L'argument d'un athée en faveur de l'athéisme
in , , ,

L’argument d’un athée en faveur de l’athéisme

Avant de devenir l’un des apologistes du christianisme les plus convaincants au monde, C.S. Lewis était un athée convaincu. Dans son livre « The Problem of Pain » (Le problème de la douleur), il réfléchit à ses pensées antérieures en tant qu’athée.

Si quelqu’un lui avait demandé, écrit-il, « Pourquoi ne croyez-vous pas en Dieu ? Il aurait répondu, quelque chose comme :

« Regardez l’univers dans lequel nous vivons. La plus grande partie de celui-ci est de loin constituée d’espace vide, complètement sombre et incroyablement froid. Les corps qui se déplacent dans cet espace sont si peu nombreux et si petits par rapport à l’espace lui-même que même si l’on savait que chacun d’entre eux est rempli au maximum de créatures parfaitement heureuses, il serait encore difficile de croire que la vie et le bonheur sont plus qu’un sous-produit de la puissance qui a créé l’univers.« 

L’erreur dans la pensée de Lewis est ici une confusion entre quantité et qualité. Aucune quantité ne peut produire quoi que ce soit de qualité. Six singes, sautant de haut en bas sur une machine à écrire pendant des millions d’années, ne reproduiront pas Hamlet ou quoi que ce soit de beau.

Il a fallu 10 ans à Johannes Brahms pour produire sa première symphonie. Sa durée d’exécution est d’une heure. Dix ans, c’est 87 600 heures. Pourtant, on ne peut pas rejeter la première symphonie de Brahms parce qu’il s’agit surtout de temps passé et non de beauté produite.

Le sol de l’atelier d’un sculpteur peut être jonché d’éclats de marbre alors que son chef-d’œuvre est à peine commencé. Cependant, la quantité d’éclats sur le sol, même s’ils l’emportent largement sur la statue, ne suggère pas que l’artiste soit principalement intéressé à les compiler.

Le fait que l’univers soit principalement constitué d’espace ne signifie pas que la vie humaine soit un sous-produit accidentel dans une production qui est censée être principalement constituée d’espace. La science sans la philosophie peut être trompeuse.

Il n’est pas déraisonnable de dire que la vie humaine est le but même de l’univers et que tout ce qui n’est pas la vie fournit la scène sur laquelle elle existe. La vie sous toutes ses formes, pour évoluer, a besoin du soleil, de la lune et des étoiles.

La réalisation d’un film peut prendre des années et nécessiter les efforts combinés d’un producteur, d’un réalisateur, d’un scénariste, d’une équipe de personnages et d’innombrables autres collaborateurs. Le produit est la raison d’être de la production, même s’il est à plus petite échelle.

On pourrait dire que la vie humaine est si riche et complexe qu’il faut des éons de temps et un univers aussi vaste que celui-ci pour la produire. De plus, comme la vie humaine représente une qualité qui ne peut être produite par la simple quantité, un être supérieur, tel que Dieu, doit être mis à contribution. Le temps et l’espace préparent le terrain. La vie elle-même requiert la main de Dieu.

Le philosophe existentialiste Nikolaï Berdyaev a fait remarquer que le visage humain est quelque chose qui semble rayonner d’un autre monde. Dostoïevski affirme que le rire des enfants est un cadeau du ciel. L’amour et la beauté trouvent leur chemin dans l’univers depuis un autre royaume. Il ne s’agit pas d’atteindre les étoiles, mais de les dépasser.

À lire aussi | Entretien avec SAJE distribution et ses films centrés sur Dieu

Les arguments en faveur de l’athéisme s’enlisent généralement dans le domaine du quantitatif. La quantité est mesurable ; la qualité transcende la mesure.

L’athéisme n’est pas seulement l’incapacité à croire en Dieu, mais l’incapacité à croire en soi.

Car nous possédons tous une qualité dont l’origine ne peut se trouver dans la simple matière. L’univers est vaste par rapport à l’homme, mais l’homme est le « roseau« , pour citer Pascal, qui peut penser. Il est, selon les mots de Gerard Manley Hopkins, un « diamant immortel« .

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire