in , ,

Le cardinal Fernandez répond au tollé suscité par son livre sexuel

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le cardinal Fernandez répond au tollé suscité par son livre sexuellement explicite : « Je n’écrirais certainement pas cela maintenant ».

Le cardinal Víctor Manuel Fernández, l’un des hommes les plus puissants du Vatican, a répondu aux critiques concernant un livre qu’il a écrit dans les années 1990 sur la spiritualité et la sensualité, notant qu’il a annulé le livre peu après sa publication.

« Je ne l’écrirais certainement pas aujourd’hui« , a déclaré à Crux le cardinal Fernandez, préfet du dicastère pour la doctrine de la foi, en précisant qu’il avait écrit ce livre lorsqu’il était plus jeune.

« Bien après ce livre, j’en ai écrit d’autres beaucoup plus sérieux, comme La force curative du mysticisme et La force transformatrice du mysticisme« , a déclaré le cardinal Fernandez à Crux.

Le cardinal a fait remarquer qu’il avait annulé le livre à thème sexuel peu de temps après sa publication et « n’a jamais permis qu’il soit réimprimé« . Il a ajouté qu’il l’avait écrit pour les jeunes couples « qui voulaient mieux comprendre le sens spirituel de leurs relations« , mais qu’il s’était ensuite rendu compte qu’il « pouvait être mal interprété« .

À lire aussi | Cardinal Fernandez, son livre refait surface « spiritualité et érotisme »

« C’est pourquoi je ne pense pas que ce soit une bonne chose de le diffuser maintenant« , a déclaré le cardinal Fernandez. « En fait, je ne l’ai pas autorisé et c’est contraire à ma volonté.« 

Le livre de 1998 dépeint une interaction sensuelle imaginaire entre le Christ et un adolescent, relie l’orgasme humain à l’intimité divine et parle d’activités sexuelles illicites pratiquées « sans être coupable et sans perdre la grâce de Dieu ou l’expérience de son amour« .

Dans le septième chapitre du livre, Fernandez aborde le thème de la pornographie et de l’excitation sexuelle, affirmant qu' »une femme (…) est moins attirée qu’un homme par la vision de photos contenant des scènes sexuelles violentes, des orgies, des images, etc. Cela ne signifie pas qu’elle est moins excitée par la pornographie dure, mais plutôt qu’elle y prend moins de plaisir et qu’elle y accorde moins d’importance« .

Selon lui, la vision négative de la sexualité humaine chez les chrétiens vient des Grecs, qui ont « influencé négativement le christianisme » en transmettant un « mépris du corps« .

Les Grecs, a-t-il dit, « considéraient que l’homme était composé de deux ‘parties’, l’âme et le corps« , et ont donc développé un mépris pour le corps et les plaisirs charnels, donnant la priorité aux choses spirituelles, qu’ils considéraient comme plus nobles et de plus grande valeur, a-t-il ajouté.

Lorsque cette mentalité grecque a influencé le christianisme, elle a produit l’idée que pour être plus « spirituel« , « il était nécessaire de mépriser le corps« , a-t-il déclaré, tout en faisant remarquer que ce qui est traditionnellement considéré comme les pires péchés dans le christianisme, l’orgueil et la haine, n’ont rien à voir avec le corps.

Ils sont plutôt « spirituels, et nous savons aussi que le corps intervient également dans les plus grandes œuvres d’amour et de dévouement« , a-t-il ajouté.

Fernandez a admis que tous les aspects du corps ne sont pas saints et que même de bonnes choses comme l’intimité sexuelle peuvent devenir perverses, affirmant qu’un couple peut perdre le sens réel du sexe et devenir « deux égocentriques qui se masturbent l’un l’autre« .

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire