Le mouvement du XIX siècle pour canoniser Christophe Colomb

Aujourd'hui, Christophe Colomb est calomnié comme étant un présage de maladie, de mort et d'asservissement des peuples indigènes. Lors des émeutes de 2020, ses statues ont été renversées dans tout le pays américain, tandis que les appels à "annuler" le jour férié fédéral en son honneur se multipliaient.

Pendant ce temps, une pétition circule à Columbus, dans l'Ohio, pour rebaptiser la ville "Flavortown" en l'honneur du célèbre chef cuisinier Guy Fieri.

Compte tenu de l'hostilité actuelle à l'égard du grand amiral, vous serez peut-être surpris d'apprendre que Christophe Colomb a un jour été proposé à la canonisation. L'histoire remonte à l'âge d'or de l'immigration italienne, entre 1875 et 1914. Christophe Colomb était un puissant symbole de l'identité italo-américaine, vénéré comme un héros catholique de l'immigration italienne. C'est à cette époque, en 1882, que le père Michael McGivney, prêtre du Connecticut, a fondé les Chevaliers de Colomb pour répondre aux besoins temporels des immigrants catholiques, dont beaucoup étaient italiens.

En 1879, l'historien français, le comte Roselly de Lorgues, publie une biographie exhaustive de Christophe Colomb (Christophe Colomb ; histoire de sa vie et de ses voyages) qui réfute les diverses calomnies dont il fait l'objet et met en évidence les motifs évangéliques de ses voyages. Le livre de Lorgues a contribué à faire de Colomb un modèle de vertu surnaturelle. S'appuyant sur des sources primaires, l'ouvrage de Lorgues met l'accent sur la vertu personnelle de Colomb telle qu'elle s'est exercée dans les diverses épreuves qu'il a subies au cours de sa vie.

La reconnaissance de la vertu personnelle de Colomb n'était pas limitée aux catholiques. L'historien protestant américain William Prescott a également parlé en termes élogieux des vertus personnelles de Colomb :

"Quels que soient les défauts de sa constitution mentale, le doigt de l'historien aura du mal à trouver une seule tare dans son caractère moral. Sa correspondance respire le sentiment d'une loyauté dévouée envers ses souverains. Sa conduite montre habituellement la plus grande sollicitude pour les intérêts de ses partisans… Ses relations étaient régies par les plus beaux principes d'honneur et de justice. Dans sa dernière communication aux souverains des Indes, il réprimande l'emploi de mesures violentes pour arracher l'or aux indigènes, comme une chose aussi scandaleuse qu'impolitique…

[Son exploration], le grand objet auquel il s'est consacré, a semblé élargir son âme entière et l'a élevée au-dessus des petits changements et des artifices par lesquels on cherche parfois à atteindre de grandes fins. Il y a des hommes chez qui de rares vertus ont été étroitement alliées, sinon à un vice positif, à une faiblesse dégradante. Le caractère de Colomb ne présentait aucune incongruité aussi humiliante. Que nous le contemplions dans ses relations publiques ou privées, il porte dans tous ses traits le même aspect noble. Il est en parfaite harmonie avec la grandeur de ses plans et de leurs résultats, plus prodigieux que ceux que le ciel a permis à tout autre mortel de réaliser."

Les catholiques du XIXe siècle avaient tendance à considérer la découverte de Colomb comme l'œuvre de Dieu, et la vie de l'amiral comme guidée par la providence divine. Sa vertu personnelle était évidente dans le récit de sa vie. La patience dont Colomb a fait preuve malgré des épreuves considérables, le pardon et la générosité dont il a fait preuve à l'égard de ses ennemis qui n'en étaient absolument pas dignes, et la charité dont il a fait preuve face à l'ingratitude royale sont si étonnants qu'ils en deviennent héroïques. Lorsque nous cessons de considérer Colomb comme un représentant de divers -ismes et que nous le considérons comme un individu, il n'est pas difficile d'apprécier la force de caractère de cet homme.

Ses vertus personnelles étant clairement établies et se manifestant à un degré exceptionnel, de nombreux catholiques commencent à demander la béatification de Colomb. Le Cardinal Donnet, archevêque de Bordeaux, écrit une lettre au pape Pie IX en 1876 dans laquelle il fait part du soutien général de l'épiscopat à l'élévation de Colomb aux autels. Les commentaires de Donnet, selon lesquels de nombreux évêques avaient signé une pétition pour ouvrir la cause de Colomb et l'auraient présentée au premier concile du Vatican s'ils n'avaient pas été empêchés par le déclenchement de la guerre franco-prussienne, sont particulièrement remarquables :

"…émus par ces révélations de l'histoire, qui confèrent au célèbre navigateur une splendeur surnaturelle. Les faits et les documents sur lesquels l'historien impartial a fondé son récit sont si nombreux et si concluants qu'ils ont emporté la conviction même d'écrivains séparés certes de l'unité catholique, mais guidés par le seul amour de la vérité.

Cette conviction, Saint-Père, est devenue en peu de temps si forte, qu'un grand nombre de Pères du Concile du Vatican ont volontairement apposé leur signature sur la pétition pour l'introduction de la cause. L'expression solennelle de leurs désirs aurait été présentée au Concile lui-même si les graves événements qui ont agité l'Europe n'étaient venus suspendre les travaux de cette auguste assemblée"
(Lettre du cardinal Ferdinand-​François-​Auguste Donnet au pape Pie IX, publiée dans La Tablette, 19 août 1876.)."

La Sacrée Congrégation des Rites fit une enquête approfondie sur le bien-fondé de la cause de Colomb. L'année suivant la lettre de Donnet, la Congrégation émet un jugement contre la poursuite de la cause. L'intelligentsia des États-Unis applaudit cette décision, car élever Colomb sur les autels compliquerait son statut de héros de l'individualisme protestant sauvage. Colomb pouvait être un Saint catholique ou un héros de la religion civique américaine, mais il ne pouvait pas être les deux. Un article du Sacramento Daily Union illustre cette attitude :

"Une dépêche [de Rome] indique que "la Sacrée Congrégation du Vatican s'est prononcée contre la canonisation de Colomb". C'est peut-être un peu dur pour Christophe Colomb, mais il est beaucoup plus facile de comprendre pourquoi il ne devrait pas être canonisé que pourquoi il devrait l'être. On se demande même ouvertement, en ces jours de doute, s'il a droit au crédit qui peut être dû à l'homme qui a "découvert" un pays qui avait été peuplé pendant des siècles par des races hautement civilisées ; et s'il n'a pas découvert l'Amérique, il serait difficile de le réclamer. Mais au mieux, il ne semble pas y avoir de lien traçable entre Colomb et la canonisation, à moins que nous n'acceptions comme tel le fait qu'ils commencent tous deux par la même lettre.

Nous ne doutons pas que Colomb lui-même aurait modestement refusé de tels honneurs posthumes, car il n'était pas un saint et ne prétendait pas l'être. Nous comprendrions mieux la proposition s'il avait été proposé pour la canonisation dans le schéma de la Religion de l'Humanité d'Auguste Comte, mais en ce qui concerne le catholicisme, le cas est différent. De plus, il aurait été gênant de devoir l'appeler Saint Christophe, parce qu'il y a déjà un Saint Christophe, et les supplications adressées à l'un ou à l'autre auraient risqué d'aller à une mauvaise adresse, et toutes sortes de confusions en auraient résulté. Dans l'ensemble, c'est mieux comme cela "
(Sacramento Daily Union, Volume 3, Number 188, 4 October 1877).

En 1892, année du quadricentenaire du premier voyage de Christophe Colomb, les catholiques américains ont rouvert la question en adressant à Rome une pétition en faveur de la canonisation. La même année, le pape Léon XIII publia la célèbre encyclique sur le grand navigateur intitulée Quarto Abeunte saeculo en commémoration de cet anniversaire. Dans cette encyclique, le pape Léon XIII qualifie les exploits de Colomb de "les plus élevés et les plus grandioses qu'une époque ait jamais vu accomplir par l'homme"(Pape Léon XIII, Quarto Abeunte saeculo, 1).

Le Pape a également souligné la nature fondamentalement religieuse des voyages de Christophe Colomb : "Puisque la foi catholique [de Christophe Colomb] a été le motif le plus fort de la conception et de la poursuite du projet, l'humanité entière ne doit pas peu à l'Église". Le pape n'était pas intéressé à revenir sur la décision de 1877 de la Sacrée Congrégation des Rites, mais il a offert une certaine consolation dans un décret spécial autorisant le clergé d'Italie, d'Espagne et des continents américains à célébrer une messe solennelle le 12 octobre de cette année-là en commémoration du débarquement de Christophe Colomb.

À lire aussi | Qu'est-ce qu'Armageddon selon la Bible ?

Alors que les historiens continuent de débattre des conséquences à long terme de la colonisation européenne des Amériques, les catholiques peuvent et doivent honorer l'homme dont les voyages ont représenté "ce qu'il y a de plus élevé et de plus grandiose que toute époque ait jamais vu accompli par l'homme", pour citer le pape Léon.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic Exchange ( Lien de l’article ).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *