in , , ,

Le Parlement européen soutient le rapport sur la persécution critiqué par l’Église catholique

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le Parlement européen soutient le rapport sur la persécution critiqué par l'Église catholique

Le Parlement européen a voté mardi en faveur d’un rapport sur la persécution des minorités religieuses qui a été fortement critiqué par l’Église catholique.

Les membres de l’organe législatif de l’Union européenne ont officiellement adopté le rapport, intitulé « Persécution des minorités pour des raisons de croyance ou de religion« , lors d’une session plénière à Strasbourg, en France, le 3 mai.

Le groupe juridique chrétien ADF International a déclaré que le projet initial soulignait l’ampleur de la persécution antichrétienne dans le monde, mais que la commission des affaires étrangères du Parlement européen avait apporté des modifications substantielles au texte.

« La persécution des chrétiens au Moyen-Orient et en Afrique a été omise et toutes les références aux chrétiens, sauf une, ont été supprimées« , a déclaré ADF International.

« Le rapport inclut cependant de multiples références mettant l’accent sur les protections des minorités de croyances athées, laïques ou humanistes.« 

Le vote a eu lieu après que la Commission des conférences épiscopales de l’Union européenne (COMECE) ait suggéré que le rapport traitait le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion et le droit à la vie comme des « droits de seconde classe.« 

À lire aussi | Le premier ministre japonais fait part au Vatican de ses préoccupations

Le secrétaire général de la COMECE, le père Manuel Enrique Barrios Prieto, a déclaré le 3 mai : « Toute tentative de miner le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion et le droit à la vie par des interprétations abusives qui restreignent indûment leur portée légitime ou de les soumettre à des « soi-disant droits de l’homme » nouvellement créés et non consensuels, y compris l’avortement, constitue une violation grave du droit international qui discrédite l’Union européenne devant la communauté internationale et devant des millions de citoyens européens.« 

Il a ajouté que le texte ne serait « d’aucune aide pour les millions de croyants religieux qui sont victimes de persécutions en raison de leur foi, en particulier les femmes et les filles vulnérables, car leur situation sera occultée et rendue invisible en donnant la priorité à d’autres intérêts politiques.« 

Le texte adopté et corrigé exprime maintenant « une profonde préoccupation quant à l’utilisation abusive et l’instrumentalisation de la croyance ou de la religion pour imposer des politiques discriminatoires, des lois, y compris des lois pénales, ou des restrictions qui contredisent et sapent les droits des personnes LGBTIQ, des femmes et des filles et restreignent l’accès aux services de base, tels que l’éducation et la santé, y compris les droits sexuels et reproductifs, criminalisent l’avortement dans tous les cas, criminalisent l’adultère ou facilitent les pratiques religieuses qui violent les droits de l’homme.« 

Adina Portaru, conseillère principale d’ADF International à Bruxelles, en Belgique, a fait valoir que le texte sapait le rôle de l’envoyé de l’UE pour la liberté religieuse, qui est devenu vacant en septembre 2021.

Le rapport adopté appelle à « une évaluation transparente et complète de l’efficacité et de la valeur ajoutée du poste d’envoyé spécial. » Il ajoute que l’envoyé devrait également se concentrer sur « les droits à la non-croyance, à l’apostasie et à l’adhésion à des opinions athées, tout en prêtant attention à la situation des non-croyants en danger.« 

Portaru a déclaré : « Nous regrettons que le rapport détourné ne demande pas à la Commission européenne de prendre toutes les mesures nécessaires pour nommer un nouvel envoyé spécial.« 

« L’Envoyé spécial a joué un rôle crucial en mettant en lumière les horreurs de la persécution religieuse au niveau européen. Ce rôle a permis de sensibiliser l’opinion à certaines des violations les plus graves et les plus persistantes des droits fondamentaux dans le monde et a contribué à concentrer les efforts de l’UE pour les contrer.« 

« L’UE doit non seulement poursuivre mais intensifier ses efforts pour protéger la liberté de religion ou de conviction dans le monde. La reconduction du mandat d’un envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction en dehors de l’UE est plus nécessaire que jamais.« 

Le Parlement européen a été accusé d’ignorer la situation critique de la minorité chrétienne d’Afghanistan dans une résolution sur ce pays d’Asie du Sud adoptée en septembre 2021.

La seule institution directement élue de l’UE a également fait face aux critiques des catholiques pour son plaidoyer en faveur de l’avortement.

Elle a voté en juin 2021 en faveur d’un rapport décrivant cette pratique comme un « soin essentiel » et cherchant à redéfinir l’objection de conscience comme un « refus de soins médicaux.« 

À lire en anglais sur CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le premier ministre japonais fait part au Vatican de ses préoccupations

Le premier ministre japonais fait part au Vatican de ses préoccupations

Le pape a accepté de dépenser 1million d'euros pour libérer une religieuse

Le pape a accepté de dépenser 1million d’euros pour libérer une religieuse