in , , ,

Le préfet du Dicastère à propos de la crémation pour un chrétien

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le préfet cardinal Víctor Manuel Fernández a répondu à deux questions concernant la crémation, du cardinal Matteo Zuppi, président de la conférence épiscopale italienne, dans une note publiée le 12 décembre.

Les réponses de M. Fernández seront probablement examinées de près par les ecclésiastiques du monde entier, qui rencontrent de plus en plus souvent des familles endeuillées ayant des demandes spécifiques concernant les cendres de leurs proches.

Quel est donc le contexte de cette nouvelle décision ? Et que dit-elle ? The Pillar y jette un coup d’œil.

Quel est le contexte ? En 1963, le Saint-Office – le prédécesseur du DDF – a publié l’instruction Piam et Constantem, selon laquelle la crémation n’était pas « un acte intrinsèquement mauvais, opposé en soi à la religion chrétienne« .

Cette instruction mettait fin à l’opposition catégorique de l’Église à la réduction en cendres des corps des défunts par le feu. Mais l’instruction réaffirmait également la coutume chrétienne ininterrompue d’enterrer avec respect les corps intacts des fidèles défunts, en se référant à la doctrine de la résurrection des morts.

Le changement de discipline a été incorporé dans le Code de droit canonique de 1983, qui stipulait : « L’Église recommande vivement d’observer la pieuse coutume d’ensevelir les morts ; elle n’interdit cependant pas la crémation, à moins qu’elle n’ait été choisie pour des raisons contraires à l’enseignement chrétien » (Can. 1176 § 3).

Dans les décennies qui ont suivi, la crémation a gagné en popularité dans tout le monde occidental, posant de nouvelles questions sur la possibilité et la manière d’harmoniser cette pratique avec l’enseignement catholique.

L’Église a répondu à l’évolution de la situation en autorisant certaines adaptations des règles. En 1997, par exemple, le dicastère de la liturgie du Vatican a accordé un indult, ou concession, permettant aux évêques diocésains des États-Unis d’autoriser la présence de restes incinérés lors d’une messe de funérailles.

L’Église catholique de Pologne révise actuellement sa réglementation, en collaboration avec le dicastère du Vatican, sur des questions telles que les pratiques à adopter lors de funérailles où les restes incinérés sont ceux d’un prêtre ou d’un évêque.

En 2016, la Congrégation pour la doctrine de la foi (anciennement DDF) a publié l’instruction Ad resurgendum cum Christo, qui énonce les règles concernant les cendres.

« Afin d’éviter toute apparence de panthéisme, de naturalisme ou de nihilisme, il n’est pas permis de disperser les cendres des fidèles défunts dans l’air, sur terre, en mer ou d’une autre manière, ni de les conserver dans des souvenirs, des bijoux ou d’autres objets.« 

Le 30 octobre dernier, le cardinal Zuppi a écrit à la DDF pour lui poser deux questions sur la conservation des cendres après la crémation.

Dans sa lettre, le cardinal Zuppi indique qu’il a créé une commission dans son archidiocèse de Bologne pour réfléchir à la manière de répondre au nombre croissant de personnes souhaitant disperser les cendres de leurs proches dans un cadre naturel.

La commission se penche également sur la question de savoir comment faire en sorte que les familles ne soient pas dissuadées d’enterrer leurs proches simplement parce que la dispersion des cendres est moins coûteuse, et quels conseils l’Église devrait donner dans les cas où le délai de conservation des cendres arrive à expiration.

M. Zuppi a posé les deux questions suivantes, résumées par le DDF :

  1. Compte tenu de l’interdiction canonique de disperser les cendres des défunts, est-il possible de préparer un lieu sacré défini et permanent pour l’accumulation et la conservation des cendres des baptisés, en indiquant les données de base de chaque personne afin de ne pas perdre la mémoire de leur nom, à l’instar de ce qui se passe dans les ossuaires, où les restes minéralisés des défunts sont déposés et conservés de manière cumulative ?
  2. Peut-on permettre à une famille de conserver une partie des cendres de son proche dans un lieu significatif de l’histoire du défunt ?

Que dit le bureau de doctrine ?

Dans la note, approuvée par le pape François lors de l’audience du 9 décembre, le cardinal Fernández a présenté un préambule de 400 mots, rappelant l’enseignement de l’Église sur la résurrection corporelle, puis a répondu aux deux questions par l’affirmative, mais avec des nuances notables.

À la première question, il a répondu qu' »un lieu sacré défini et permanent peut être réservé à l’accumulation et à la conservation des cendres des personnes baptisées décédées, en indiquant l’identité de chaque personne afin de ne pas perdre la mémoire de leurs noms« .

En ce qui concerne la seconde, il a déclaré que « l’autorité ecclésiastique, dans le respect des normes civiles en vigueur, peut prendre en considération et évaluer la demande d’une famille de conserver de manière appropriée une partie minimale des cendres de leur parent dans un lieu significatif pour l’histoire de la personne décédée, à condition que tout type de malentendu panthéiste, naturaliste ou nihiliste soit exclu et que les cendres du défunt soient conservées dans un lieu sacré« .

Vatican News a déclaré le 12 décembre que le DDF lui avait dit que « l’intervention et l’évaluation de l’autorité ecclésiastique n’est pas seulement de nature canonique mais aussi pastorale, pour aider la famille à discerner les choix à faire, en tenant compte de toutes les considérations« .

La deuxième question « est née d’un dialogue entre évêques de plusieurs pays, auquel le cardinal Zuppi a donné la parole« , précisant que la division des cendres est interdite par certaines autorités civiles.

« La réponse du dicastère a envisagé la possibilité d’un point de vue théologique plutôt que civil, comme cela a été clarifié par la suite dans la réponse« , a déclaré Vatican News.

M. Fernández, qui a été nommé préfet doctrinal en juillet, a expliqué le raisonnement des décisions dans le préambule.

Il a noté que l’instruction de 2016 indiquait que « les cendres doivent être conservées dans un lieu sacré, comme un cimetière, ou dans un espace dédié à cet effet, à condition qu’il ait été désigné comme tel par l’autorité ecclésiastique« .

La raison pastorale de ce règlement est que la réservation des cendres dans un lieu sacré garantit le souvenir du défunt et son inclusion dans les prières de la communauté chrétienne. Le cardinal Fernández a précisé que ce règlement est toujours en vigueur aujourd’hui.

Le cardinal s’est ensuite penché sur l’enseignement de l’Église concernant la résurrection des morts.

« Notre foi nous dit que nous ressusciterons avec la même identité corporelle, qui est matérielle (comme toute créature sur terre), même si cette matière sera transfigurée, libérée des limitations de ce monde« , a-t-il écrit.

À lire aussi | Un prêtre du Nebraska agressé et assassiné dans son presbytère

Mais il a précisé que la transformation « n’implique pas la récupération des particules de matière identiques qui formaient autrefois le corps de l’être humain« .

« Par conséquent, le corps de la personne ressuscitée ne sera pas nécessairement composé des mêmes éléments qu’avant sa mort. Comme il ne s’agit pas d’une simple reviviscence du cadavre, la résurrection peut se produire même si le corps a été totalement détruit ou dispersé« , écrit-il.

« Cela permet de comprendre pourquoi, dans de nombreuses urnes cinéraires, les cendres du défunt sont conservées ensemble et ne sont pas stockées séparément« .

Mais étant donné que les cendres sont les restes d’une vie humaine unique, nous les traitons avec « une attitude de respect sacré » et les conservons « dans un lieu sacré propice à la prière« , parfois situé à proximité des églises visitées par les proches.

La réponse de M. Fernández est interprétée comme un assouplissement des règles de l’Église en matière de crémation. Elle s’inscrit dans un contexte plus large d’adaptation à des pratiques émergentes. Comme elle est loin d’être exhaustive, il est probable que d’autres clarifications concernant la crémation suivront dans les années à venir.

Cet article a été initialement publié par The Pillar puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un prêtre du Nebraska décède après une agression

Un prêtre du Nebraska agressé et assassiné dans son presbytère

La prophétie miraculeuse de Notre Dame de Guadalupe

La prophétie miraculeuse de Notre Dame de Guadalupe