Le rabbin Abraham Skorka intervient pour la journée du judaïsme

Le rabbin Skorka a aidé les catholiques polonais pour la journée du judaïsme

L'ami du pape François, le rabbin Abraham Skorka, a donné une conférence auprès des catholiques polonais, lundi, pour marquer la Journée annuelle du judaïsme de l'Église.

En donnant une conférence en ligne le 17 janvier, le rabbin argentin a déclaré que les chrétiens et les juifs étaient appelés à travailler ensemble pour accroître les connaissances bibliques dans la société occidentale.

"Le processus de suppression de la Bible dans la conscience du monde occidental se poursuit", a-t-il déclaré.

"C'est précisément sur la question de la sauvegarde de l'éclat de la Bible hébraïque dans l'esprit des gens que juifs et chrétiens sont appelés à travailler ensemble. Aucun d'entre nous ne peut le faire seul."

Le rabbin, âgé de 71 ans, s'exprimait sur "le dialogue judéo-catholique 56 ans après Nostra aetate", la déclaration historique du Concile Vatican II sur les relations de l'Église avec les religions non chrétiennes.

À lire aussi | La Cour suprême se penche sur le recours d’un ancien entraîneur

La conférence a été diffusée dans le cadre d'un événement organisé par l'archidiocèse de Lublin, l'Université catholique Jean-Paul II de Lublin et le Centre archidiocésain pour le dialogue judéo-catholique pour marquer la 25e Journée du judaïsme, dont la devise cette année était "Mes pensées ne sont pas vos pensées" (Isaïe 55:8).

La Journée du judaïsme, instituée en 1997 par la conférence épiscopale polonaise, a lieu au début de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens, qui se déroule du 18 au 25 janvier. En Pologne, l'Église catholique observe également une Journée de l'Islam à la fin de la semaine œcuménique.

Dans son discours, M. Skorka a réfléchi à la relation historique entre le judaïsme et le christianisme, déclarant : "À notre époque, l'antisémitisme est l'antichristianisme, et l'antichristianisme est l'antisémitisme".

L'archevêque de Lublin, dans l'est de la Pologne, Stanisław Budzik, a également pris la parole lors de l'événement, soulignant la contribution de saint Jean-Paul II, le pape polonais qui a dirigé l'Église catholique de 1978 à 2005.

Le père Mirosław Kalinowski, recteur de l'Université catholique Jean-Paul II de Lublin, a déclaré que "les contacts entre les catholiques et les adeptes du judaïsme doivent être fondés sur le respect et le dialogue, car ils conduisent à l'acceptation et à la compréhension mutuelles."

Il a souligné que l'antisémitisme était un péché grave qui contredit l'Évangile et l'enseignement de l'Église catholique.

"En même temps, nous avons le droit au respect et à la tolérance pour notre système de valeurs", a-t-il commenté, notant que son université accueillera un centre pour l'étude des catholiques et des juifs polonais qui ont sauvé des vies sous le nazisme et le communisme.

L'événement a également mis en lumière le travail du père Gregor Pawłowski, un survivant juif de l'Holocauste devenu prêtre catholique. Pawłowski est décédé en octobre dernier en Israël, où il a servi les communautés polonaise et hébraïque.

À lire sur CNA

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *