in , , , , ,

Les chars israéliens pénètrent dans Rafah, poussant des milliers de Gazaouis

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’invasion de la ville méridionale de Gaza a fait au moins 35 morts et plus de 129 blessés parmi les Palestiniens au cours des dernières 24 heures.

Après qu’Israël a appelé à l’expulsion imminente de la ville frontalière de Rafah, au sud de Gaza, lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas hésité à mener l’offensive israélienne qu’il annonce depuis février pour prendre, selon son armée, « le dernier bastion structurel du Hamas » et le seul point de passage qui n’est pas encore contrôlé par Netanyahu.

Dès lundi soir, les bombardements sur Rafah se sont intensifiés, laissant place mardi à l’entrée des chars israéliens à travers cette frontière, annoncée comme « zone de sécurité » par les autorités israéliennes et pourtant devenue une prison pour plus d’un million de Palestiniens se réfugiant des attaques dans d’autres parties de la bande. En fait, dès le mois de janvier, les Nations unies ont déclaré qu’il n’y avait « aucun endroit sûr » à Gaza. Comme le rapporte EFE, ces attaques israéliennes sur Rafah ont fait au moins 35 morts et plus de 129 blessés parmi les Palestiniens au cours des dernières 24 heures.

« Un assaut sur Rafah serait une erreur stratégique, une calamité politique et un cauchemar humanitaire », a prédit le secrétaire général de l’ONU mardi. Avec cette invasion, l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de toutes les entrées et, pour l’instant, ne permet à aucune aide humanitaire d’entrer. À cet égard, le porte-parole du Bureau de la coordination humanitaire des Nations unies, Jens Laerke, a confirmé que les forces israéliennes avaient complètement fermé le poste frontière de Rafah après en avoir pris le contrôle militaire.

« Avec Israël qui bloque l’entrée de l’aide, du carburant et des marchandises par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom, les efforts humanitaires pour sauver des vies seront encore plus difficiles », a dénoncé Intermón Oxfam, dont le directeur Franc Cortada a affirmé que « toutes les affirmations actuelles selon lesquelles les civils seront évacués en toute sécurité ont perdu toute crédibilité ».

Après sept mois de conflit, le bilan est lourd : environ 35 000 morts et plus de 78 000 blessés, d’après EFE (Education for Employment). Alberto Priego, professeur de relations internationales à l’ICADE de Comillas, estime que la prolongation de cette incursion au point de passage de Rafah ne servirait pas les intérêts d’Israël et pourrait mener à un plan de stabilisation pour la bande de Gaza. Il souligne également que l’opinion en Israël considère que ces opérations sont coûteuses et nuisent à l’image internationale du pays.

À lire aussi | Le Vatican prépare les Jeux olympiques d’été avec une conférence sur la foi et le sport

Lors d’un entretien avec Alfa y Omega, il a été souligné que la communauté internationale devrait s’efforcer de pousser à la négociation et « garantir le respect mutuel et la pérennité des deux parties ». « La dureté du conflit amènera sans doute les modérés des deux camps à réaliser que la seule solution réside dans la négociation, la reconnaissance mutuelle et l’aspiration à vivre en paix », a affirmé M. Priego.

Les États-Unis ont-ils cessé leurs exportations d’armes vers Israël ?

Mardi dernier, Human Rights Watch (HRW) a exhorté le gouvernement américain à mettre fin à son soutien militaire et à ses ventes d’armes à Israël, suite à la révélation que ces armements ont été employés dans des attaques contre des civils et des travailleurs humanitaires.

« Il est temps de stopper les exportations d’armes vers le Moyen-Orient, Israël et les nations en conflit. J’invite les États membres et la communauté internationale à arrêter immédiatement toute exportation d’armes », a déclaré le ministre belge de la Coopération au développement.

Bien que la Maison-Blanche continue de soutenir Israël « à toute épreuve », selon Reuters, l’administration de Joe Biden a interrompu la semaine dernière une livraison de 3 500 bombes à Israël pour protester contre l’invasion de la ville de Rafah. Toutefois, alors que des fonctionnaires américains ont fait des déclarations anonymes à l’Associated Press et à l’Agence France-Presse concernant des retards dans les livraisons et des inquiétudes à ce sujet, le Pentagone a déclaré lundi qu’aucune décision politique n’avait été prise concernant la fourniture d’armes à Israël.

Cet article a été publié originellement et en anglais par Alfa y omega (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Vatican prépare les Jeux olympiques d'été avec une conférence sur la foi et le sport

Le Vatican prépare les Jeux olympiques d’été avec une conférence sur la foi et le sport

Quelques saints à invoquer en cas de maladies

Quelques saints à invoquer en cas de maladies