Les Évêques californiens contre le compostage humain
in , , ,

Les Évêques californiens s’opposent au compostage humain

Les Évêques californiens de la Conférence catholique de l’État se sont opposés au projet de loi signé dimanche par le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, autorisant le compostage des restes humains.

Le processus de compostage humain, également appelé réduction organique naturelle (NOR), est un phénomène relativement nouveau aux États-Unis et est légal dans une poignée d’autres États. Lorsqu’un corps est composté, il est placé dans un récipient réutilisable où des microbes et des bactéries le décomposent en terre sur une période de 30 à 45 jours.

La terre ainsi obtenue peut ensuite être utilisée sur un terrain privé, par exemple dans une ferme ou un jardin, et serait autrement soumise aux mêmes restrictions que la dispersion des restes incinérés dans l’État, selon le LA Times.

La conférence catholique de l’État avait exprimé son opposition au projet de loi dans une lettre datant de juin.

Kathleen Domingo, directrice exécutive de la Conférence catholique de Californie, a déclaré que l’utilisation d’une méthode de compostage du corps développée à l’origine pour les animaux de ferme crée une « regrettable distanciation spirituelle, émotionnelle et psychologique avec le défunt« . En outre, a-t-elle ajouté, le processus « réduit le corps humain à une simple marchandise jetable« .

Le processus sera disponible en Californie à partir de 2027. L’auteur du projet de loi, Cristina Garcia, membre de l’Assemblée, D-Bell Gardens, a fait valoir que le processus est plus économique et plus écologique que les méthodes d’enterrement traditionnelles et qu’il pourrait contribuer à réduire la surpopulation dans les cimetières.

L’Église catholique n’a pas d’enseignement officiel sur le compostage des corps humains, mais elle s’est prononcée à plusieurs reprises au fil des ans sur la pratique de la crémation. Bien que fortement déconseillée, la crémation peut être autorisée sous certaines conditions ; notamment, les restes ne doivent pas être dispersés et doivent être conservés dans un lieu sacré, par respect pour l’enseignement de l’Église sur la résurrection éventuelle du corps.

« Nous pensons que la « transformation » des restes créeraient une distance émotionnelle plutôt qu’une révérence pour eux« , a déclaré Steve Pehanich, porte-parole de la Conférence catholique de Californie, à Religion News Service en 2020.

« Même dans le cas de restes incinérés, ils ont demandé qu’ils restent dans un lieu communautaire approprié à la dignité inhérente au corps humain et à son lien avec l’âme immortelle« , a ajouté M. Pehanich.

L’instruction Ad resurgendum cum Christo d’octobre 2016 de la Congrégation pour la doctrine de la foi précise que si la crémation « n’est pas interdite« , l’Église « continue de préférer la pratique de l’enterrement des corps des défunts, car cela témoigne d’une plus grande estime à leur égard.« 

Dans ce même document, la Congrégation pour la doctrine de la foi a précisé que les cendres d’une personne ne doivent pas être dispersées, ni conservées à la maison ou préservées dans des souvenirs ou des bijoux, mais qu’elles doivent être « déposées dans un lieu sacré« , comme un cimetière ou une église.

À lire aussi | Un Évêque demande à un Prêtre cycliste de présenter ses excuses

Comme l’explique le document, « en enterrant les corps des fidèles, l’Église confirme sa foi en la résurrection du corps et entend montrer la grande dignité du corps humain en tant que partie intégrante de la personne humaine dont le corps fait partie de l’identité.« 

Cet article a été publié originellement par le National Catholic RegisterLien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire