S'en tenir à la lettre du concile Vatican II
in , , , , , ,

S’en tenir à la lettre du concile Vatican II

Quel était le but du Concile Vatican II ? À l’approche du 60e anniversaire de l’ouverture du concile, il est encore possible de débattre de cette question.

Au lieu de consulter l' »esprit » de Vatican II pour trouver une réponse, je suggère que nous nous penchions plutôt sur la lettre. Et là, la source la plus fiable est certainement l’homme qui a convoqué Vatican II, le pape Saint Jean XXIII.

Dans son discours d’ouverture aux Évêques réunis à Saint-Pierre, prononcé le 11 octobre 1962, le pape Jean a énoncé l’objectif comme suit.

« L’Église doit réaffirmer une fois de plus cette autorité d’enseignement qui est la sienne ».

Et pour qu’il n’y ait pas de doute :

« C’est la raison pour laquelle nous avons convoqué cette assemblée qui fait autorité.« 

Soixante ans plus tard, qui peut douter que cet objectif admirable reste un objectif admirable ? Et ce n’est pas la moindre des raisons qui explique la résistance permanente des partisans de « l’esprit de Vatican II » qui préfèrent que l’enseignement de l’Église catholique soit toujours en mouvement.

Les personnes qui pensent ainsi citent parfois la célèbre phrase de Saint John Henry Newman, dans l' »Essai sur le développement de la doctrine chrétienne« , selon laquelle « vivre, c’est changer, et être parfait, c’est avoir changé souvent« . Ils ignorent son dicton dans le même ouvrage selon lequel un développement doctrinal « pour être fidèle, doit conserver à la fois la doctrine et le principe par lesquels il a commencé.« 

Il y a, cependant, beaucoup d’affaires inachevées dans Vatican II – des choses que le concile a dit qu’il fallait faire, mais que nous n’avons pas encore eu le temps de faire. Un exemple, c’est ce que le concile a dit – dans « Lumen Gentium« , la constitution dogmatique sur l’Église – à propos de la création d’un moyen pour les laïcs qualifiés d’exprimer des opinions :

« En raison de leur savoir, de leur compétence ou de leur prééminence, les laïcs ont le pouvoir – et même parfois l’obligation – de manifester leur opinion sur les choses qui concernent le bien de l’Église. Si l’occasion se présente, ils doivent le faire par l’intermédiaire des institutions établies par l’Église à cet effet » (LG 37).

La « connaissance, la compétence ou la prééminence » peut placer la barre plus haut que certains ne le souhaiteraient, mais il est raisonnable d’insister pour que les personnes qui expriment des opinions sachent de quoi elles parlent. Le vrai problème concerne ces « institutions établies par l’Église » et il se résume à ceci : Quelles « institutions » ? Peut-être le découvrirons-nous dans une Église synodale, mais plus de 60 ans, c’est long à attendre.

À un niveau plus profond, il y a l’enseignement négligé du concile selon lequel l’appel universel à la sainteté s’étend aux laïcs. Au cas où vous l’auriez oublié :

« Le Seigneur Jésus, maître divin et modèle de toute perfection, a prêché la sainteté de vie (dont il est l’auteur et le créateur) à tous et à chacun de ses disciples, sans exception….. Il est donc tout à fait clair que tous les chrétiens, dans n’importe quel état ou marche de la vie, sont appelés à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de l’amour, et que par cette sainteté une manière plus humaine de vivre est encouragée aussi dans la société terrestre » (LG 40).

On dit souvent que les gens quittent l’Église parce qu’elle leur en demande trop. (Cela précède généralement un appel à assouplir une doctrine ou une autre). Mais je soupçonne que beaucoup quittent l’Église parce qu’elle ne leur demande pas assez. Que faire ?

Rappelez aux hésitants et aux faibles, doucement, mais fermement, que l’appel à la sainteté les inclut. Et, au fil du temps, faire comprendre que l’Église synodale n’est pas un simple salon de discussion ecclésiastique, mais une Église de pécheurs qui sont tous appelés à devenir des saints.

À lire aussi | Les Évêques californiens s’opposent au compostage humain

Russell Shaw est l’auteur de plus de vingt livres. Il est conseiller du Conseil pontifical pour les communications sociales et a été directeur de la communication des évêques américains.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le The Boston Pilot (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire