in , , ,

Les Évêques des pays nordiques publient une lettre sur la sexualité

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les Évêques des cinq pays nordiques ont publié une lettre sur l’enseignement chrétien traditionnel en matière de sexualité, défendant « l’intégrité corporelle de la personne » contre les idéologies transgenres modernes.

« Aujourd’hui, les notions de ce qu’est un être humain, et donc un être sexuel, sont en évolution. Ce qui est considéré comme acquis aujourd’hui peut être rejeté demain. Quiconque mise beaucoup sur des théories éphémères risque d’être terriblement blessé. Nous avons besoin de racines profondes« , affirment les huit membres de la conférence épiscopale nordique dans cette lettre publiée samedi.

« Essayons donc de nous approprier les principes fondamentaux de l’anthropologie chrétienne tout en tendant la main avec amitié et respect à ceux qui s’en sentent éloignés« , poursuivent-ils. « Nous devons au Seigneur, à nous-mêmes et à notre monde, de rendre compte de ce que nous croyons et des raisons pour lesquelles nous croyons que c’est vrai.« 

La lettre pastorale sera lue à haute voix lors des messes de ce week-end dans les églises catholiques de Suède, de Norvège, de Finlande, du Danemark et d’Islande. EWTN Norvège a fourni à CNA une copie de la lettre.

Le Cardinal Anders Arborelius, Évêque de Stockholm, en Suède, fait partie des huit signataires du document.

Les autres sont : pour la Norvège, Mgr Erik Varden, évêque de Trondheim, Mgr Berislav Grgić, évêque de Tromsø et Mgr Bernt Eidsvig, évêque d’Oslo ; pour le Danemark, Mgr Czeslaw Kozon, évêque de Copenhague ; pour l’Islande, Mgr Dávid Tencer, évêque de Reykjavik et Mgr Pierre Bürcher, évêque émérite de Reykjavik ; et pour la Finlande, le père Marco Pasinato, administrateur apostolique d’Helsinki.

« Notre mission et notre tâche en tant qu’évêques est d’indiquer la voie pacifique et vivifiante des commandements du Christ, étroite au départ, mais qui s’élargit au fur et à mesure que nous avançons« , déclarent les évêques dans la lettre.

« Nous vous décevrions si nous vous offrions moins« , affirment les évêques, ajoutant que « nous n’avons pas été ordonnés pour prêcher de petites notions qui nous sont propres« .

Les évêques expliquent qu’il y a de la place pour tout le monde dans l’Église qui, selon un texte du IVe siècle, est « la miséricorde de Dieu descendant sur l’humanité« .

« Cette miséricorde n’exclut personne. Mais elle fixe un idéal élevé« , précise la lettre.

La lettre pastorale commence par rappeler les 40 jours et nuits de pluie qui ont inondé la Terre à l’époque de Noé.

Elle indique que lorsque Noé et ses proches sont revenus sur la Terre purifiée, Dieu a conclu sa première alliance avec l’homme, promettant qu’un déluge ne détruirait plus jamais la Terre.

Dieu a demandé à l’humanité de le révérer, de construire la paix et d’être féconde, ont déclaré les évêques. Pour ratifier l’alliance, Dieu a créé un signe : l’arc-en-ciel.

« Ce signe de l’alliance, l’arc-en-ciel, est revendiqué à notre époque comme le symbole d’un mouvement à la fois politique et culturel« , notent les évêques. « Nous reconnaissons tout ce qu’il y a de noble dans les aspirations de ce mouvement. Dans la mesure où elles parlent de la dignité de tous les êtres humains et de leur désir d’être vus, nous les partageons« .

« L’Église, poursuit la lettre, condamne toute forme de discrimination injuste, y compris sur la base du sexe ou de l’orientation. Nous déclarons cependant notre désaccord lorsque le mouvement met en avant une vision de la nature humaine qui fait abstraction de l’intégrité incarnée de la personne, comme si le sexe physique était accidentel« .

Dans cette lettre, les évêques protestent également contre le fait qu’une telle vision soit imposée aux enfants comme « non pas une hypothèse audacieuse mais une vérité avérée« .

Le transgendérisme est « imposé aux mineurs comme un lourd fardeau d’autodétermination pour lequel ils ne sont pas prêts« , déplorent les évêques, qualifiant de « curieux » le fait que dans une société intensément consciente du corps, celui-ci soit en fait pris trop à la légère.

Les gens refusent aujourd’hui de considérer le corps « comme significatif de l’identité, supposant que la seule identité qui compte est celle produite par la perception subjective de soi, alors que nous nous construisons à notre propre image« , observent-ils.

Les évêques expliquent que nous sommes au contraire créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, à la fois dans notre corps et dans notre âme.

« L’image de Dieu dans la nature humaine se manifeste dans la complémentarité de l’homme et de la femme« , indique la lettre. « L’homme et la femme sont créés l’un pour l’autre : Le commandement de la fécondité dépend de cette réciprocité, sanctifiée dans l’union nuptiale« .

La lettre poursuit en disant que l’union d’un homme et d’une femme, en tant qu’image de la communion de Dieu avec l’humanité, n’est pas toujours facile ou indolore.

« Pour certains, elle semble être une option impossible« , reconnaissent les évêques. « Plus intimement, l’intégration en nous des caractéristiques masculines et féminines peut être difficile. L’Église le reconnaît. Elle souhaite embrasser et consoler tous ceux qui connaissent des difficultés« .

Les évêques nordiques disent reconnaître que « l’aspiration à l’amour et la recherche de la plénitude sexuelle touchent intimement les êtres humains » et ils veulent être là pour accompagner chacun dans sa croissance progressive en sagesse et en vertu.

« Nous sommes appelés à devenir des femmes et des hommes nouveaux« , disent-ils dans la lettre. « En chacun de nous, il y a des éléments de chaos qui ont besoin d’être ordonnés. La communion sacramentelle présuppose un consentement vécu de manière cohérente aux termes de l’alliance scellée dans le sang du Christ« .

Ils soulignent que les circonstances peuvent donc faire qu’un catholique ne puisse pas recevoir les sacrements pendant un certain temps. Mais « il ne cesse pas pour autant d’être membre de l’Église« . L’expérience d’un exil intérieur embrassé dans la foi peut conduire à un sentiment d’appartenance plus profond. C’est souvent ainsi que les exilés se retrouvent dans l’Écriture. Chacun d’entre nous a un chemin d’exode à parcourir, mais nous ne marchons pas seuls.

La lettre des évêques offre également quelques conseils à ceux qui sont perplexes face à l’enseignement chrétien traditionnel sur la sexualité.

« Premièrement : Essayez de vous familiariser avec l’appel et la promesse du Christ, de mieux le connaître à travers les Écritures et dans la prière, à travers la liturgie et l’étude de l’enseignement complet de l’Église, et pas seulement des bribes ici et là. Prenez part à la vie de l’Église« , conseillent les évêques.

« Deuxièmement, ajoutent-ils, il faut considérer les limites d’un discours purement laïque sur la sexualité. Il doit être enrichi. Nous avons besoin de termes adéquats pour parler de ces choses importantes« .

À lire aussi | Cinquième dimanche de Carême – homélie du Père Warren

L’Église, disent-ils, « aura une précieuse contribution à apporter si nous récupérons la nature sacramentelle de la sexualité dans le plan de Dieu, la beauté de la chasteté chrétienne et la joie de l’amitié, qui nous permet de voir qu’une grande intimité libératrice peut être trouvée aussi dans des relations non sexuelles« .

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire