in , , ,

Les investissements du Vatican doivent être conforme à l’enseignement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Les investissements du Vatican doivent être conforme à l'enseignement
Les investissements du Vatican doivent être conforme à l'enseignement
Les investissements du Vatican doivent être conforme à l'enseignement

Une politique du Vatican publiée mardi stipule que les investissements financiers du Saint-Siège ne peuvent contredire l’enseignement catholique, cette réforme est engagée par le pape François et entrera en vigueur le 1er septembre 2022.

La politique stipule que les investissements du Vatican doivent « être alignés sur les enseignements de l’Église catholique, avec des exclusions spécifiques pour les investissements financiers qui contredisent ses principes fondamentaux, tels que le caractère sacré de la vie ou la dignité de l’être humain ou le bien commun« .

Les directives précisent également que les investissements du Saint-Siège et des entités connexes doivent viser à contribuer à un monde plus juste et plus durable et à générer un rendement suffisant de manière durable.

Les investissements seront effectués par l’intermédiaire d’APSA, le gestionnaire du trésor et de la fortune souveraine du Saint-Siège, et supervisés par un comité d’éthique composé de quatre professionnels de la finance et dirigé par le cardinal Kevin Farrell.

Selon la politique, le Vatican et les entités apparentées ne peuvent pas investir dans des produits et des technologies liés à « la pornographie, la prostitution, les jeux d’argent, l’industrie de l’armement et de la défense, les centres de santé favorables à l’avortement et les laboratoires ou les entreprises pharmaceutiques qui fabriquent des produits contractuels et/ou travaillent avec des cellules souches embryonnaires« .

Les industries qui, selon la politique, doivent être évitées pour les investissements, mais ne sont pas interdites, comprennent le pétrole et les mines, l’énergie nucléaire et les boissons alcoolisées.

Les entités du Vatican disposeront d’un délai de grâce d’un an pour se défaire des investissements existants qui ne sont pas conformes aux nouvelles politiques.

En avril 2021, une émission d’investigation italienne a accusé le trésor du Vatican d’avoir investi 20 millions d’euros (environ 24 millions de dollars à l’époque) dans plusieurs sociétés pharmaceutiques impliquées dans la fabrication de la « pilule du lendemain« .

Selon la politique, les investissements doivent être évalués pour s’assurer qu’ils sont conformes aux principes de la doctrine sociale de l’Église catholique sur la dignité humaine, le bien commun – y compris la destination universelle des biens – la subsidiarité et la solidarité.

Les directives excluent également les investissements conçus pour être spéculatifs ou relevant d’une stratégie spéculative « à moins qu’ils ne soient nécessaires à l’efficacité des opérations d’investissement ou à la couverture des risques.« 

« La décision d’investir dans un lieu plutôt qu’un autre […] est toujours un choix moral et culturel« , précise la politique.

Les investissements seront approuvés par un comité de surveillance, qui a été formé le mois dernier après près de deux ans de travail.

Le 7 juin, le cardinal Farrell a été nommé président du nouveau comité de surveillance, un organe établi par la nouvelle constitution du Vatican, Praedicate Evangelium.

Le cardinal Farrell, 74 ans, dirigera un comité composé de quatre professionnels des finances : John Zona, directeur des investissements du Boston College ;
Jean Pierre Casey, fondateur et gestionnaire de RegHedge ;
Giovanni Christian Michael Gay, directeur général de Union Investment Privatfonds GmbH ; David Harris, gestionnaire de portefeuille de Skagen Funds.

Depuis 2020, le cardinal irlando-américain dirige également un comité chargé de surveiller les décisions financières internes du Vatican qui échappent aux autres normes de responsabilité.

À lire aussi | Un ex luciférien devenu prêtre met en garde contre l’occultisme

Selon les statuts du comité, publiés le 19 juillet, les membres sont nommés par le pape François pour un mandat de cinq ans, avec possibilité de reconduction pour un second mandat.

Le comité fonctionnera ad experimentum (période d’essai) pendant cinq ans.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un ex luciférien devenu prêtre met en garde contre l'occultisme

Un ex luciférien devenu prêtre met en garde contre l’occultisme

Grégoire XVI et l'histoire de la première encyclique sociale

Grégoire XVI et l’histoire de la première encyclique sociale