in , , , , , , ,

L’Évangile, debout sur un pied – Homélie pour le 30e dimanche de l’année

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Une expression courante chez les rabbins de l’époque de Jésus veut qu’un rabbin pose une question à un autre rabbin et demande que la réponse soit donnée « debout sur un pied« .

C’est une façon de dire : « Soyez bref dans votre réponse« .

C’est peut-être cette idée qui sous-tend la question posée dans l’Évangile d’aujourd’hui par le juriste, qui demande :

« Maître, quel commandement de la loi est le plus grand ?« .

Le texte dit qu’il pose cette question à Jésus pour le « mettre à l’épreuve« . En fait, il dit à Jésus :

« Très bien, allons droit au but. Tu parles de beaucoup de choses nouvelles, mais quel est le plus grand commandement ?« 

Pour cette réflexion, mettons de côté les hostilités de fond et laissons Jésus réciter la loi, debout sur un pied. En réponse, Jésus récite le traditionnel Shema juif :

« שְׁמַע יִשְׂרָאֵל יְהוָה אֱלֹהֵינוּ יְהוָה אֶחָד. Šĕmaʿ Yisĕrāʾel Ădōnāy Ĕlōhênû Ădōnāy eḥād. Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est unique.« 

Le texte plus complet récité par Jésus est tiré du Deutéronome :

Écoute, Israël : Le Seigneur notre Dieu, le Seigneur est un. Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Ces commandements que je vous donne aujourd’hui doivent être sur vos cœurs » (Dt 6, 4-6).

Jésus ajoute ensuite, selon une tradition rabbinique commune : « Et le second est semblable : aime ton prochain comme toi-même. Toute la loi et les prophètes dépendent de ces deux commandements.« 

Voilà, toute la loi repose sur un seul pied. La première table de la loi (les trois premiers commandements) : aime le Seigneur ton Dieu. La deuxième table de la loi (les commandements 4 à 10) : aime ton prochain.

Il est intéressant de noter plusieurs aspects de ce résumé :

Le leadership de l’amour – Jésus dit que toute la loi et les prophètes dépendent du commandement d’aimer Dieu et son prochain. L’amour vient en premier et constitue le fondement, la force de la loi. Jésus dit ailleurs :

« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements » (Jean 14:15).

En d’autres termes, c’est l’amour qui nous permet de respecter la loi. Lorsque nous voulons faire quelque chose, le faire est à la fois joyeux et, d’une certaine manière, sans effort. L’amour change nos désirs de sorte que nous voulons ce que Dieu veut et que nous observons sa loi non pas parce que nous y sommes obligés, mais parce que nous le voulons.

Les couches de l’amour – Le texte dit que nous devons aimer Dieu avec notre cœur, notre âme et notre esprit. Ces couches de notre existence englobent l’ensemble de la personne intérieure. Ainsi :
L’esprit – Par l’amour, nous parvenons à un esprit nouveau, c’est-à-dire à une nouvelle façon de penser.
Cœur – Par l’amour, nous recevons un cœur nouveau ; nos désirs sont réformés et conformes à Dieu.
Âme – Par l’amour, nous recevons une nouvelle âme. Nous commençons à vivre une vie entièrement nouvelle, car l’âme est le principe vivifiant du corps.

La somptuosité de l’amour – Notez l’utilisation du petit mot « tout« . Nous aimons le Seigneur de tout notre cœur, de tout notre esprit et de toute notre âme. Lorsque nous aimons, nous ne sommes pas minimalistes, nous sommes somptueux. Notre réponse à Dieu est entière, et non superficielle. L’amour ne demande pas : « Quel est le moins que je puisse faire ? L’amour demande : « Que puis-je faire de plus ?« 

On dit que Rabbi Hillel (110 av. J.-C. – 10 ap. J.-C.), encore plus bref, a dit de la deuxième table de la loi : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse à toi-même… tout le reste n’est que commentaire« .

Nous aimons compliquer les choses, mais ce n’est pas le cas. Si un développement est nécessaire, considérez les dix commandements, compris et exprimés à la lumière de l’amour :

Je n’aime pas d’autres dieux. Si j’aime vraiment Dieu, dois-je avoir besoin de lois distinctes qui me disent que je ne dois pas faire passer d’autres dieux, qu’il s’agisse de choses ou de personnes, avant Lui ? Non ! Je veux être fidèle et je ne songerais jamais à être infidèle en « couchant avec d’autres dieux« , quels qu’ils soient.

J’aime son nom. Je n’ai pas besoin de règles qui m’interdisent d’utiliser le nom de Dieu avec haine ou de manière vaine et vide. J’aime son nom ; l’entendre illumine mon cœur d’amour. J’aime le louer. Si j’aime Dieu, je n’ai pas besoin d’être contraint par la loi ou la peur de venir à la messe le dimanche et de l’adorer. Je veux l’adorer et louer son nom. J’aime ma famille, mon Église et mon pays. S’il en est ainsi, je n’ai pas besoin qu’on me dise de révérer ceux qui détiennent l’autorité légale dans ces lieux.

J’aime ma famille ; je suis prêt à l’honorer, à la révérer et à prier pour elle. J’aime aussi mon Église et je suis prêt à aimer ses dirigeants et à prier pour eux. Je suis l’enseignement de l’Église avec joie, confiant que j’entends la voix du Seigneur, qui m’enseigne à travers l’Église. J’aime mon pays et je prie pour nos dirigeants, afin que Dieu les soutienne et les guide. Je suis volontiers toutes les lois justes et j’œuvre pour une unité fondée sur la vérité et pour le bien commun.

J’aime mes voisins. Dans ce cas, pourquoi voudrais-je les tuer, que ce soit physiquement, émotionnellement ou spirituellement ? Si j’aime les autres, je respecte leur vie et j’agis de manière à les édifier, en les encourageant et en les aidant à avoir une vie plus riche et plus abondante, enracinée dans la vérité. Je n’agirais jamais de manière imprudente pour mettre en danger l’un d’entre eux parce que je les aime.

J’aime la vie humaine. Si j’aime mes voisins, pourquoi les tenterais-je ou les exploiterais-je sexuellement ? Si j’aime la famille humaine, pourquoi la mettrais-je en danger en traitant à la légère le caractère sacré de la sexualité humaine par laquelle Dieu nous appelle à l’existence ? Pourquoi voudrais-je regarder de la pornographie ou rire de blagues grossières qui rabaissent quelque chose d’aussi sacré ? Si j’aime les autres, pourquoi voudrais-je me satisfaire à leurs dépens ?
J’aime les autres en respectant ce qui leur appartient. Si j’aime les autres, pourquoi voudrais-je les voler, blesser ou mettre en danger ce qui leur appartient, ou les priver de ce qui leur revient de droit ? Pourquoi serais-je injuste envers les autres en leur refusant un juste salaire ? Pourquoi serais-je injuste envers les pauvres en refusant de les aider alors que je peux le faire ? Si j’ai deux manteaux, l’un d’eux appartient à juste titre aux pauvres. Si j’aime les autres, pourquoi volerais-je ou agirais-je de manière injuste ? Je veux les aider et je me réjouis de leur bonheur. Je respecte ce qui leur revient de droit et je partage leur joie.

Je dis la vérité dans l’amour. Pourquoi mentirais-je à ceux que j’aime ? Pourquoi chercherais-je à nuire à leur réputation ou à faire des commérages à leur sujet ? Pourquoi transmettrais-je des choses blessantes dont je ne sais même pas si elles sont vraies ? Pourquoi ne pas partager avec eux la vérité dans l’amour ? L’amour se réjouit de la vérité ; pourquoi mentirais-je ou supprimerais-je la vérité ?
Je me réjouis de la bonne fortune des autres. Si j’aime les autres, pourquoi chercherais-je à posséder ce qu’ils ont ou à leur en vouloir pour ce qu’ils ont ? Je les aime et je suis heureux pour eux. Peut-être que leurs bénédictions signifient que je serai moi aussi béni.

Je respecte les familles des autres. Pourquoi chercherais-je à nuire au mariage ou à la famille d’un autre ou à lui en vouloir pour le don qu’il a dans son conjoint et sa famille ? Je suis heureux de ses bénédictions. Je suis heureux que mon ami ait une femme aimante et des enfants bien élevés. Par amour, je cherche à l’encourager à se réjouir de ses dons !
Tout se résume donc à l’amour. L’amour se réjouit de Dieu. L’amour veut tout ce que Dieu veut. L’amour se réjouit des autres et veut ce qu’il y a de mieux pour eux.

L’amour est la clé, mais beaucoup d’entre nous ont du mal à aimer. Dieu peut nous donner un cœur nouveau, un cœur qui commence à L’aimer, pleinement et librement ; un cœur qui a un amour profond – même de l’affection – pour tout le monde. Dieu le fera pour nous si nous le voulons.

À lire aussi | Le Saint-Siège réaffirme la solution à deux États en Terre Sainte

« Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de vous votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon Esprit et je vous pousserai à suivre mes décrets et à veiller à l’observation de mes lois. » (Ez 36,26-27).

Mille questions et doutes peuvent nous venir à l’esprit lorsque nous sommes appelés à aimer. Même lorsque nous aimons, nous ne pouvons pas toujours dire oui. L’amour doit parfois dire non ; l’amour ne peut pas tout approuver. L’amour doit parfois corriger et réprouver. En fin de compte, les gens savent si vous les aimez ou non et ils savent si vous aimez Dieu ou non. Si les gens connaissent votre amour pour eux et en font l’expérience, il leur est possible d’accueillir même les choses difficiles et stimulantes que vous dites. Oui, tous ces doutes et ces questions trouvent leur réponse dans l’amour.

Je devrais maintenant m’arrêter, car si Jésus donne l’ordre de « se tenir sur un pied« , le prédicateur doit lui aussi être bref. Vous et moi aimons compliquer les choses et poser beaucoup de questions, mais la réponse est assez simple : l’amour. Oui, tout le reste n’est que commentaire.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Mgr Charles Pope – ADW  – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Saint-Siège réaffirme la solution à deux États en Terre Sainte

Le Saint-Siège réaffirme la solution à deux États en Terre Sainte

Macron souhaite ancrer le droit de tuer des enfants à naître

Macron souhaite ancrer le droit de tuer des enfants à naître