Que pense vraiment le Pape de l'homosexualité et du péché ?

L'homosexualité et le péché... Le samedi 27 janvier, une correspondance a été échangée entre l'infatigable militant LGBTQ+, le "père" James Martin, et le pape François.

L'ensemble du ministère du "père" Martin est lié à son désir de faire évoluer la compréhension catholique de l'homosexualité.

Cette correspondance fait suite à une interview accordée par le Pape François à Associated Press, dans laquelle le Pape a souligné que l'homosexualité n'était pas un crime.

Le "père" Martin, "prêtre" jésuite américain et rédacteur en chef du magazine jésuite America, a immédiatement écrit au Pape pour lui demander des éclaircissements, et a immédiatement reçu une réponse.

La correspondance s'est avérée intéressante pour un public plus large, car elle a mis en lumière les problèmes sous-jacents qui alimentent les guerres culturelles sur la sexualité.

Au cours de l'interview accordée à l'AP, le Pape François avait imaginé une conversation au cours de laquelle, tout en faisant remarquer qu'être gay n'était pas un "crime", quelqu'un aurait pu objecter qu'"être gay était un péché", ce à quoi le Pape aurait répondu :

"C'est aussi un péché de manquer de charité les uns envers les autres".

Invité à clarifier son point de vue par le "père" Martin, il a écrit ce qui suit dans sa lettre explicative :

"Lorsque j'ai dit que c'était un péché, je faisais simplement référence à l'enseignement moral catholique, qui dit que tout acte sexuel en dehors du mariage est un péché. Bien sûr, il faut aussi tenir compte des circonstances, qui peuvent diminuer ou éliminer la faute."

Et ces deux déclarations réunies ont créé une certaine agitation. D'une part, le Pape François a réaffirmé de manière louable l'enseignement éthique catholique en disant que tout acte sexuel en dehors du mariage est un péché. Mais d'un autre côté, il a, de manière quelque peu ambiguë, introduit une autre idée qui, lorsqu'elle est liée au débat public sur l'amour homosexuel, peut contribuer à saper l'enseignement catholique.

Austin Ivereigh a certainement pensé que c'était le cas. Dans un re-tweet hâtif de la correspondance du Père Martin, il a proclamé triomphalement :

"C'est ainsi que l'enseignement de l'Église se développe. La malheureuse expression "intrinsèquement désordonné", source de tant de blessures et de malentendus et abandonnée de facto il y a longtemps, est maintenant officiellement mise au rebut."

Qu'avait-il compris de la part du Pape François ?

Pour saisir la sémiotique du placard, il faut savoir quel est l'argument des groupes de pression homosexuels et progressistes.

D'une part, l'enseignement éthique chrétien a mis l'accent sur les catégories données de l'activité morale et sociale. Et c'est à cela que le Pape fait référence lorsqu'il réitère avec confiance la position éthique chrétienne très simple selon laquelle, pour que le sexe soit saint, il doit avoir lieu uniquement au sein d'un mariage chrétien.

Puisque l'appétit érotique homosexuel ne peut être satisfait qu'entre deux membres du même sexe, en dehors du mariage, il manque d'ordre biologique et spirituel. Il est donc "intrinsèquement désordonné".

L'analyse spirituelle n'est pas plus nuancée que la réalité biologique - les besoins de l'âme sont inadaptés de la même manière sans ambiguïté que les organes génitaux sont inadaptés.

Mais le lobby progressiste s'est emparé d'une importante mise en garde éthique et l'a transformée en une nouvelle loi éthique supérieure.

Ce principe est celui auquel le Pape François fait référence lorsqu'il dit que la culpabilité ou la faute est affectée par le contexte :

"Il faut aussi considérer les circonstances, qui peuvent diminuer ou éliminer la faute".

Cette "élimination de la faute" est un sacré antidote à la compréhension du péché. On pourrait même penser qu'elle le supprime.

La façon habituelle d'expliquer ce que l'on entend par "le contexte compte" est d'imaginer une situation où un enfant a faim ou est affamé et qu'il vole une miche de pain. L'injustice et la faim atténuent la responsabilité du vol. Peut-être même le justifient-elles ?

Les éthiciens se disputent sur de telles choses (généralement hypothétiques). Et il y a clairement une mise en garde importante à faire. Nous ne sommes pas des automates vivant dans un système éthique mécanique.

Ainsi, ceux qui souhaitent modifier l'enseignement de l'Église sur le sexe proposent l'argument suivant : et si la qualité de l'affection sexuelle entre deux personnes qui ne sont pas mariées l'une à l'autre pouvait justifier leurs actions ? Et si, par exemple, ils atteignaient de tels niveaux d'intimité, de tendresse, de besoin, d'affection, de fidélité et de permanence, éthiquement impressionnants, que les mérites accumulés par toute cette émotion vertueuse l'emportent sur le "péché" ?

Pour enfoncer le clou, on pourrait suggérer que deux personnes affectueuses sur le plan homoérotique ont une intimité sexuelle aimable, généreuse et peut-être même charmante ; et si l'on place ce couple aux côtés d'un autre couple hétéro (hypothétique) qui traverse une période difficile et dont l'attirance sexuelle est faible, pauvre, peu sympathique, sans succès et mal assortie, alors l'intimité sexuelle gay est certainement supérieure sur le plan éthique à l'intimité hétéro et plutôt plus incompétente ou peu sympathique ? N'est-elle pas même "plus aimante" ?

Mais nous constatons immédiatement que la valeur la plus élevée dans cet argument est "quel genre de sexe affectueux avez-vous ?". Et c'est bien là une préoccupation majeure de notre culture. C'est le nouvel étalon-or de l'éthique ; et non pas "quelle est la catégorie de relation dans laquelle vous êtes ?".

Mais l'intégrité de l'idée d'une catégorie spirituelle est-elle minée ou reconfigurée par la qualité de l'affection et de l'intimité sexuelles (si l'on peut réellement juger de telles choses) ?

Comment pouvons-nous tester l'affirmation progressiste croissante selon laquelle la catégorie n'a pas autant d'importance que la qualité de "l'intimité amoureuse" exprimée entre un couple hypothétique ?

Que dirions-nous à un frère et une sœur dont la relation sexuelle a eu lieu en dehors du mariage et était incestueuse ? La qualité de leur "amour" (rappelez-vous toujours le mantra selon lequel "l'amour est l'amour") l'emporte-t-elle sur le fait qu'il s'agit d'inceste et non de mariage ?

Qu'en est-il du beau-père "attiré par les mineurs" (connu comme pédophile) qui veut exprimer son amour à sa jeune belle-fille avec un degré d'affection sexuelle sincère et intense et avec un degré de permanence terrifiant ?

Prenons l'argument dans une autre direction. Disons que deux personnes non mariées ressentent un tel torrent débordant d'affection sexuelle et intime qu'elles estiment que son intégrité exige qu'elles invitent une troisième personne dans cette intimité - ce que l'on appelle aujourd'hui la transformation d'un couple en un "thruple" ?

L'argument selon lequel le contexte (ou l'intention) peut écarter tout reproche, et par voie de conséquence tout péché, permettra l'érosion du couple hétérosexuel monogame.

En étendant le mariage biologique de l'homme à la femme aux couples de même sexe sur la base de l'intensité et de l'authenticité des sentiments romantiques qu'ils éprouvent l'un pour l'autre, la catégorie du mariage est modifiée et, associée à l'"élimination de la faute", la notion de sexe hors mariage comme péché disparaît.

James Martin et Austin Ivereigh sont tous deux convaincus que lorsque le Pape François a déclaré

"tout acte sexuel en dehors du mariage est un péché. Bien sûr, il faut aussi considérer les circonstances, qui peuvent diminuer ou éliminer la faute", que cette "élimination de la faute" reflète la revendication progressive que la qualité de l'intimité sexuelle l'emporte sur la croyance que la catégorie du mariage n'est pas négociable pour pouvoir dire ce qui est péché aux yeux de Dieu et ce qui ne l'est pas.

Quoique le Pape François ait voulu dire lorsqu'il a insisté sur le fait que "les circonstances peuvent éliminer la faute", les progressistes insistent sur le fait qu'il avait l'intention de modifier l'enseignement catholique sur le sexe, le mariage et le péché et qu'il est en train de le faire.

Cet article a été publié originellement par Catholid Herald (Lien de l’article).

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Un commentaire

  1. Quand je lis :« Lorsque j’ai dit que c’était un péché, je faisais simplement référence à l’enseignement moral catholique, qui dit que tout acte sexuel en dehors du mariage est un péché. Bien sûr, il faut aussi tenir compte des circonstances, qui peuvent diminuer ou éliminer la faute.«
    Les Papes JPII et BXVI, pour ne citer que eux, ont explicitement confirmé que ce type de fautes ne peut pas être "éliminée".
    le Pape refuse donc de se soumettre en conscience à l'enseignement de ses prédécesseurs et rejette le dépot de la foi. De ce fait il favorise l'hérésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *