in , , , ,

Un miracle ? Une future et première Sainte afro-américaine ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Des centaines de pèlerins se sont rendus ces derniers jours dans un monastère bénédictin de sœurs religieuses dans la campagne du Missouri, après que la nouvelle a commencé à se répandre sur les réseaux sociaux la semaine dernière que les restes récemment exhumés de la fondatrice afro-américaine de l’ordre contemplatif semblent être incorrompus, quatre ans après sa mort et son enterrement dans un simple cercueil en bois.

Sœur Wilhelmina Lancaster, OSB, a fondé en 1995, à l’âge de 70 ans, les Sœurs bénédictines de Marie, Reine des Apôtres, connues pour leurs albums de chants grégoriens et d’hymnes catholiques classiques, quittant ainsi les Sœurs oblates de la Providence, sa communauté depuis plus de 50 ans.

Connue pour sa dévotion à la messe latine traditionnelle et sa fidélité à la contemplation bénédictine et à la liturgie des heures, elle est décédée à l’âge de 95 ans le 29 mai 2019, en la solennité de l’Ascension.

Environ quatre ans plus tard, lors de la solennité de l’Ascension en rite latin, l’abbesse et les sœurs ont décidé de déplacer son corps vers sa dernière demeure à l’intérieur de la chapelle de leur monastère, une coutume de longue date pour les fondateurs et les fondatrices.

S’attendant à trouver des ossements, les sœurs bénédictines ont déterré un cercueil contenant un corps apparemment intact, bien que le corps n’ait pas été embaumé et que le cercueil en bois présente une fissure en son milieu qui a laissé passer l’humidité et la saleté pendant une durée inconnue au cours de ces quatre années.

« Nous pensons qu’elle est la première femme afro-américaine à avoir été trouvée incorrompue« , a déclaré samedi l’abbesse actuelle de la communauté, Mère Cecilia, OSB, au groupe ACI d’EWTN. En tant que responsable du monastère, c’est elle qui a examiné en premier lieu le contenu du cercueil.

Le corps était recouvert d’une couche de moisissure qui s’était développée en raison des niveaux élevés de condensation à l’intérieur du cercueil fissuré. Malgré l’humidité, rien de son corps ni de ses habitudes ne s’est désintégré au cours de ces quatre années.

Le choc a été immédiat pour la communauté qui s’était rassemblée pour l’exhumer.

J’ai cru voir un pied complètement plein et intact et j’ai dit : « Je n’ai pas vu ça comme ça« , raconte l’abbesse. « J’ai donc regardé à nouveau plus attentivement.« 

Après avoir regardé à nouveau, elle a crié à haute voix :

« Je vois son pied ! » et la communauté, dit-elle, « s’est mise à applaudir« .

« Je veux dire qu’il y avait ce sentiment que le Seigneur faisait cela« , a-t-elle dit. « En ce moment, nous avons besoin d’espoir. Nous en avons besoin. Notre Seigneur le sait. Et elle était un tel témoignage d’espoir. Et de la foi. Et de la confiance« .

L’Église catholique a une longue tradition de « saints incorruptibles« , dont plus d’une centaine ont été béatifiés ou canonisés. Les saints sont appelés incorruptibles parce que, des années après leur mort, certaines parties de leur corps, voire la totalité, sont immunisées contre le processus naturel de décomposition. Même avec les techniques modernes d’embaumement, les corps sont soumis à des processus naturels de décomposition.

Selon la tradition catholique, les saints incorruptibles témoignent de la vérité de la résurrection du corps et de la vie à venir. L’absence de décomposition est également considérée comme un signe de sainteté : une vie de grâce vécue si étroitement avec le Christ que le péché, avec sa corruption, ne progresse pas de manière habituelle, mais est miraculeusement tenu en échec.

Un signe magnifique

À lire aussi | L’archevêque Cavalli : Medjugorje est un lieu de prière

Les rumeurs selon lesquelles une inondation aurait ouvert la tombe et les sœurs auraient examiné le cercueil à la lumière d’une lampe de poche au milieu de la nuit sont très exagérées, a déclaré l’abbesse au groupe ACI.

« J’ai dû utiliser la lampe de poche parce qu’on ne peut pas vraiment voir dans une fissure sombre, même avec le soleil. J’ai cru voir un pied, mais je me suis arrêtée parce que, vous savez, ce n’est pas tous les jours qu’on regarde dans un cercueil« , a-t-elle raconté. « Il y a donc un peu d’hésitation : que vais-je voir ?« 

Conscientes de la fissure et de la saleté du cercueil, les sœurs ont retiré le corps avec précaution. Le squelette aurait dû peser une vingtaine de kilos. Au lieu de cela, les sœurs ont soulevé ce qu’elles ont estimé être un corps pesant « entre 35 et 40 kilos« , a déclaré l’abbesse.

Cet article a été publié originellement par Catholic News Agency (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire