in , , ,

Une bouillie moderniste pour changer l’Église catholique

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

D’après les modernistes, l’Église catholique doit prendre des mesures concrètes pour promouvoir les femmes à des postes de décision et s’efforcer de parvenir à une « inclusion radicale » des personnes qui s’identifient par leurs préférences sexuelles ou leur sexe supposé, selon le plan du prochain « Synode sur la synodalité« .

L’Instrumentum Laboris, ou document de travail, a été publié par le Vatican avant l’ouverture de la première des deux sessions de la 16e assemblée générale ordinaire du synode des évêques en octobre.

Une synthèse des réponses obtenues lors des consultations mondiales sur les réponses possibles de l’Église aux défis contemporains a révélé une demande « unanime » et « cruciale » pour que les femmes soient autorisées à accéder à des postes de responsabilité et de gouvernance, ce qui soulève à nouveau la question de l’admission des femmes au diaconat catholique.

Le document recommande également que l’Église s’efforce davantage d’atteindre et d’accepter les personnes marginalisées.

Il s’écarte des autres documents officiels de l’Église en utilisant le langage préféré du mouvement mondial pour les droits sexuels et génésiques, en particulier le terme « LGBTQ+ » (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, queers).

Traditionnellement, l’Église a refusé de définir les personnes principalement en fonction de leurs préférences ou orientations sexuelles et a parlé des homosexuels, par exemple, comme des personnes qui éprouvent une « attirance pour le même sexe« .

Le document pose la question suivante :

« Comment pouvons-nous créer des espaces où ceux qui se sentent blessés par l’Église et mal accueillis par la communauté se sentent reconnus, reçus, libres de poser des questions et non jugés ? À la lumière de l’exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia, quelles mesures concrètes sont nécessaires pour accueillir ceux qui se sentent exclus de l’Église en raison de leur statut ou de leur sexualité (par exemple, les divorcés remariés, les personnes vivant dans des mariages polygames, les personnes LGBTQ+, etc.« 

Le document de travail a également repris une proposition controversée faite en 2019 pour l’ordination d’hommes mariés en réponse à une pénurie de clergé dans certaines parties du monde, comme dans le bassin amazonien de l’Amérique du Sud.

« Comme le proposent certains continents, pourrait-on ouvrir une réflexion concernant la discipline sur l’accès à la prêtrise pour les hommes mariés, au moins dans certaines régions ?« , demande le document.

Le document recommande également de vastes réformes structurelles, canoniques et institutionnelles de la manière dont l’autorité est exercée par les évêques dans l’Église.

Il préconise l’introduction d’un processus « synodal » ouvert qui implique un dialogue et un discernement continus ainsi qu’un changement progressif. Il décrit également la « conversation dans l’Esprit » comme une « méthode synodale » pour rechercher les conseils de l’Esprit Saint afin de répondre aux « signes des temps« .

Ce document de 60 pages a été rédigé par un comité de 22 personnes en avril et mai et a été approuvé par le pape François.

Il précise qu’il ne représente pas l’enseignement du Magistère, mais souligne simplement les « priorités qui ont émergé de l’écoute du peuple de Dieu » jusqu’à présent.

Invariablement, cependant, peu de catholiques dans tous les pays ont été motivés pour participer au processus de consultation depuis qu’il a commencé en 2021.

Le cardinal jésuite Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du synode, a déclaré à Vatican News que le document était simplement « un texte qui devrait inspirer » une réflexion plus approfondie et un discernement final.

« Les fiches de travail nous donnent des questions concrètes qui ont émergé aux différents niveaux du parcours synodal et c’est le Synode des évêques et les participants au Synode des évêques qui doivent maintenant achever ce processus de discernement« , a-t-il déclaré.

« La véritable fin est celle du Saint-Père lorsque (sa décision) est donnée par le résultat du Synode. Nous posons donc des questions. Nous ne donnons pas de réponses. Les réponses doivent être données par le Synode« .

Il poursuit :

« Nous devons réfléchir à la manière dont les femmes peuvent participer pleinement à la vie de l’Église et il ne s’agit pas d’une question d’ordination des femmes. C’est beaucoup plus profond et beaucoup plus important. Il s’agit de la dignité du baptême. La dignité du baptême n’est pas moindre pour les femmes que pour les hommes… doivent-elles simplement préparer le thé pour les hommes ? Non.« 

À lire aussi | La fonderie qui fabrique des cloches depuis près de mille ans

Il a ajouté :

« Je pense que l’Église doit respecter les différences. Dans une Église mondiale, il est presque impossible d’avoir exactement la même opinion. Il faut partager la même foi en Jésus-Christ. Nous devons vivre et témoigner de Jésus-Christ. Nous devons maintenir l’enseignement de l’Église et vivre l’Évangile. Mais cela se fera avec des couleurs et des goûts différents, et cela me va très bien« .

Pour la première fois, plus d’un cinquième des délégués votants au synode ne seront pas des évêques, mais seront sélectionnés par le pape François parmi une liste de 140 laïcs, femmes consacrées, prêtres et diacres.

Cet article a été publié originellement par Catholic Herald (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

  1. Je pense que ce serait bien de parler de l’infaillibilité de l’Eglise catholique

    Expliquer que l’enfer ne pourra triompher contre l’Eglise catholique

    En gros ces documents émanant du synode ne changeront pas la doctrine

    La doctrine ne pourra jamais changer et il faut expliquer pourquoi

    Ce qui est dramatique c’est que des inconscients vont dire des inepties et que cela peut amener des âmes à prendre le risque de se perdre