in , , , ,

Quand les difficultés surgissent – Homélie pour le 5e dimanche de l’année

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Dans la vie, nous sommes confrontés à de nombreuses difficultés ; elles nous mettent au défi, ainsi que notre foi.

Une lutte profonde peut nous amener à remettre en question Dieu, son amour ou même son existence. Les lectures d’aujourd’hui nous parlent de ce genre de difficultés et les interprètent de manière prophétique. Regardons ces lectures en trois étapes.

I. La désillusion d’un profond désespoir – La lecture du livre de Job exprime clairement le sentiment que nous avons tous éprouvé à un moment ou à un autre. Job dit :

« La vie de l’homme sur la terre n’est-elle pas une corvée ? … On m’a assigné des mois de misère, on m’a assigné des nuits agitées … puis la nuit s’éternise, je suis rempli d’agitation jusqu’à l’aube. Mes jours … s’achèvent sans espoir … je ne reverrai pas le bonheur.« 

Job est fatigué et inquiet, en colère et anxieux, déprimé et découragé. Nous sommes tous passés par là, et même si nous prions pour que cela n’arrive pas, la vie nous ramène parfois à des difficultés, même si les temps sont bons.

Remarquez la désillusion de Job. Il dit :

« Je ne reverrai plus le bonheur« .

La souffrance a pour effet de nous plonger dans l’illusion que les choses ne seront plus jamais bonnes, que nous ne serons plus jamais heureux ou satisfaits. Pourtant, l’Écriture dit que les troubles ne durent pas éternellement, que les pleurs peuvent durer une nuit, mais que la joie viendra avec la lumière du matin (Psaume 30:5). Cela est vrai même pour ceux d’entre nous qui vont bientôt mourir ; la mort ouvre la voie à une joie nouvelle et durable, à condition que nous soyons fidèles.

Job est pris dans l’illusion que sa vie est finie, qu’elle ne sera plus jamais bonne. Ce n’est pas le cas, il sera à nouveau béni, béni avec une abondance encore plus grande que celle qu’il avait auparavant.

Nous aussi, nous pouvons nous perdre dans l’illusion lorsque la souffrance s’installe. Un millier de questions, commençant généralement par « pourquoi« , nous assaillent. Bien que le mystère de la souffrance ne puisse pas être entièrement expliqué, nous devrions nous rappeler que Dieu permet certaines difficultés dans notre vie afin que certains objectifs puissent être accomplis (si nous sommes fidèles). Dieu permet les difficultés pour

Nous orienter – Parfois, Dieu doit allumer un feu sous nos pieds pour nous faire avancer. Les problèmes nous orientent souvent dans une nouvelle direction et nous motivent à changer. Il faut parfois une situation douloureuse pour nous faire changer de voie. Proverbes 20:30 dit que les coups et les blessures enlèvent le mal, et que les coups purifient les entrailles. Lorsque notre chemin devient trop facile, nous avons tendance à nous éloigner de Dieu.

INSPECTEZ-NOUS – Nos problèmes nous aident à montrer de quoi nous sommes vraiment faits. Les épreuves et les tests que j’ai subis dans ma vie m’ont permis de découvrir de nombreuses forces que je ne soupçonnais pas. Il y a une épreuve dans chaque témoignage, et les épreuves ont le pouvoir de purifier et de fortifier notre foi, ainsi que de l’inspecter pour voir si elle est authentique. Les épreuves ne servent qu’à tester votre foi, pour voir si elle est forte et pure. (1 Pierre 1:6).

CORRIGEZ-VOUS – Certaines leçons ne peuvent être apprises que par la douleur et l’échec. Parfois, nous n’apprenons la valeur de quelque chose (par exemple, la santé, l’argent, une relation) qu’en le perdant. Il était bon que je sois affligé pour que j’apprenne tes décrets (Psaume 119:71-72). Avant d’être affligé, je m’égarais. Mais maintenant je garde ta parole (Psaume 119:67).

NOUS PROTÉGER – Un problème peut être une bénédiction déguisée s’il nous empêche d’être blessé par quelque chose de plus grave. Il peut s’agir d’une chose aussi simple que d’être bloqué dans un embouteillage et d’éviter ainsi un terrible accident. Il peut s’agir de quelque chose de plus grave, comme de perdre la santé, mais aussi de perdre notre capacité à pécher si gravement. Dans Genèse 50:20, Joseph dit à ses frères (qui l’avaient vendu comme esclave) : « Vous avez voulu me faire du mal, mais Dieu a voulu que ce soit pour le bien, afin que s’accomplisse ce qui est en train de se faire, c’est-à-dire sauver de nombreuses vies.« 

NOUS PERFECTIONNER – Lorsqu’ils sont traités correctement, les problèmes forgent le caractère. Dieu s’intéresse bien plus à notre caractère qu’à notre confort. Nous pouvons aussi nous réjouir lorsque nous rencontrons des problèmes et des épreuves, car nous savons qu’ils sont bons pour nous, qu’ils nous aident à apprendre à être patients. Et la patience développe la force de caractère. (Romains 5:3). Vous êtes éprouvés comme le feu éprouve l’or et le purifie (1 Pierre 1:7).

La désillusion de Job a donc besoin d’une petite correction. Dieu ne l’a pas abandonné. Il ne fait aucun doute qu’il est dans le pétrin, mais le pétrin ne dure pas éternellement. Dieu le permet pour une raison et pour une saison, mais les saisons changent.

Au plus profond du désespoir, un tel encouragement peut ne pas sembler émotionnellement satisfaisant, mais la première étape pour améliorer notre état d’esprit est d’enraciner nos pensées de manière appropriée dans ce que Dieu enseigne.

II. La destination des disciples en détresse – En termes simples, lorsque les difficultés surviennent, il faut courir vers le Seigneur dans la prière. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, on nous dit que la belle-mère de Simon était malade et avait de la fièvre. On lui en parla aussitôt… Le soir, après le coucher du soleil, on lui amena tous ceux qui étaient malades ou possédés par des démons. Toute la ville était rassemblée à la porte. Il guérit beaucoup de malades atteints de diverses maladies, et il chassa beaucoup de démons.

Notez l’instinct des gens qui se tournent vers le Seigneur « immédiatement« . Quelques vieux chants me viennent à l’esprit :

J’aime le Seigneur, il a entendu mes cris, il a eu pitié de tous mes gémissements. Tant que je vivrai et que la détresse s’élèvera, je me hâterai vers son trône.
Quel ami nous avons en Jésus, Il porte tous nos péchés et nos chagrins. Quel privilège de tout porter à Dieu dans la prière ! Oh, quelle paix nous perdons souvent, oh, quelle douleur inutile nous supportons, tout cela parce que nous ne portons pas tout à Dieu dans la prière.
Le roi Jésus est à l’écoute toute la journée pour entendre un pécheur prier.
En effet, si Dieu a des raisons de nous permettre d’éprouver des difficultés, cela ne signifie pas qu’il ne veut pas que nous demandions la grâce, la force et la guérison.

Le livre de Jacques dit simplement :

« Vous n’avez rien parce que vous ne demandez rien » (Jacques 4:2).

En cherchant le Seigneur, nous devrions nous rappeler que la persévérance est aussi un aspect important de la prière.

Jésus a raconté une parabole à ses disciples pour leur montrer qu’ils devaient toujours prier et ne pas abandonner (Luc 18:1).

« Je vous le dis, même si [le voisin grincheux] ne se lève pas pour donner [à son voisin] du pain parce qu’il est son ami, à cause de la persévérance de cet homme, il se lèvera et lui donnera tout ce dont il a besoin « (Luc 11:8).

La prière fervente et efficace d’un homme juste est d’un grand secours (Jacques 5:16).

III. La doctrine de la décision divine – Nous avons passé en revue deux vérités qui sont quelque peu en tension : Dieu permet parfois les difficultés pour une raison et pour un temps, et nous devons nous précipiter vers le Seigneur dans la prière lorsque les difficultés surviennent, pour chercher de l’aide et du soulagement. L’un des enseignements nous incite à rechercher un soulagement immédiat auprès de Dieu. L’autre nous rappelle que les pleurs peuvent durer un certain temps, mais que c’est toujours pour une raison, une raison jugée par Dieu comme étant à la fois nécessaire et productive.

En fin de compte, la « doctrine de la décision divine » dit que nous devons accepter avec confiance que Dieu sait ce qui est le mieux. Nous nous tournons vers lui pour obtenir un soulagement et nous lui permettons de dire « maintenant » ou « plus tard » en réponse à nos prières.

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, nous voyons ces deux enseignements illustrés Tout d’abord, beaucoup sont venus à lui pour être guéris et il les a tous guéris. Mais ensuite, nous lisons ceci :

Se levant de très bonne heure avant l’aube, il partit et s’en alla dans un lieu désert, où il priait. Simon et ceux qui étaient avec lui le poursuivirent et, l’ayant trouvé, ils dirent :

« Tout le monde te cherche. »

Il leur dit :

« Allons dans les villages voisins, afin que j’y prêche aussi. C’est pour cela que je suis venu. »

Il alla donc dans leurs synagogues, prêchant et chassant les démons dans toute la Galilée.

Notez donc que, bien que certains soient restés dans la ville à la recherche d’une guérison immédiate, Jésus choisit d’aller plus loin, car il n’est pas ici simplement pour faire des miracles médicaux, mais plutôt (comme il le dit) pour prêcher le Royaume et, en fin de compte, pour mourir pour notre vrai problème : notre péché. Il peut être difficile pour nous d’entendre Jésus dire non à cette ville et de passer à autre chose. En fait, Pierre manifeste une certaine frustration à l’idée que Jésus ait quitté la ville pour prier et qu’il soit finalement reparti. Néanmoins, pour ceux qui sont de retour à Capharnaüm, Jésus dit à certains d’entre eux « maintenant » et à d’autres « attends« . C’est sa décision et il sait ce qui est le mieux.

Considérons ceci : dans un cas comme dans l’autre, nous sommes bénis. Soit nous faisons l’expérience de la guérison maintenant et nous avons alors un témoignage à donner, soit notre foi est renforcée parce que nous recevons la bonne nouvelle que tout va s’arranger. L’Écriture nous dit : « Et nous savons que toutes choses concourent à la perfection,

Nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment le Seigneur, de ceux qui sont appelés selon son dessein (Romains 8:28).

A lire aussi | C’est l’holocauste silencieux, le plus grand génocide de l’histoire

En d’autres termes, même les choses difficiles de la vie, par la grâce de Dieu, concourent au bien ; elles apportent un certain bénéfice. Dieu permet la lutte pour l’instant parce qu’il en connaît le bénéfice. L’Écriture dit aussi,

Vous vous réjouissez de ce que, pour un peu de temps encore, vous avez à souffrir diverses épreuves, afin que l’authenticité de votre foi, plus précieuse que l’or périssable éprouvé par le feu, vous vaille louange, gloire et honneur lors de la révélation de Jésus-Christ (1 Pierre 1:6).

Nos souffrances ont donc un but : nous fortifier et nous purifier.

La doctrine de la décision divine laisse les choses à Dieu. Que ce soit maintenant ou plus tard, tout ira bien si nous faisons confiance à Dieu. S’il y a un délai, c’est qu’Il a ses raisons, et même si ces raisons sont mystérieuses et gênantes pour nous, la décision appartient à Dieu.

Voici donc quelques indications pour les disciples face aux difficultés. En bref, refusez la désillusion, courez vers Jésus et respectez sa décision.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW  – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire