in , , , ,

Cinquième dimanche de Pâques – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce cinquième dimanche de Pâques : C’est vrai. Nous nous adaptons tous à notre environnement. Nous nous adaptons continuellement et nécessairement parce que notre société nous demande de nous adapter.

Il y a quelques années, notre monde a dû s’adapter à la pandémie de COVID-19. Nous avons dû nous adapter au travail à domicile, à l’école, à la maison, à l’arrêt des relations sociales et des voyages. Mais cette adaptation peut parfois éloigner le chrétien de l’Évangile et lui inculquer un ensemble de valeurs différentes de celles du Christ.

Nous devons tous nous demander s’il nous est vraiment possible de mener une vie chrétienne ici et maintenant sans faire de grands compromis et sans nous adapter. Ou bien l’Évangile fixe-t-il des normes que des gens ordinaires comme vous et moi ne pourront jamais atteindre ? Est-ce qu’il indique des sommets inatteignables et ajoute l’insulte à la blessure en nous accablant d’une énorme culpabilité ou en menaçant de punitions sévères ceux qui échouent à l’épreuve ?

Dans la deuxième lecture, par exemple, il nous est dit que nous sommes une race élue, un sacerdoce royal, une nation consacrée, un peuple mis à part pour chanter des louanges, appelé des ténèbres à son admirable lumière. Une race élue signifie que nous ne sommes pas une communauté de hasard. L’élection divine est à la base de l’expérience chrétienne. L’Église est une communauté appelée et chacun d’entre nous a été appelé par Dieu à partager la vie de cette communauté.

Qu’est-ce que cela signifie ? Un sacerdoce royal ? Il y a une petite minorité qui est ordonnée pour conduire le peuple dans le sacrifice, mais le sacrifice est toujours du peuple, pour le peuple et par le peuple. N’oubliez jamais un mot important de la messe :

« Le pain que nous rompons et la coupe que nous offrons« .

Nous sommes un peuple consacré à Dieu, même dans notre état de péché. Mais quelle est la réalité ? Quelle est votre expérience et quelle est la mienne ? Beaucoup d’entre nous devraient admettre que nos cœurs sont troublés et que nous mettons souvent notre confiance dans d’autres choses que Dieu. Nous sommes bien plus attirés par le matériel et le charnel que par l’Esprit et les choses de l’Esprit entre la religion du dimanche et la vie réelle du lundi.

En réalité, l’Évangile s’adresse toujours et partout à un peuple pécheur, à vous et à moi tels que nous sommes. Il s’adresse à nous dans notre condition humaine actuelle. Être humain, c’est être de chair et de sang. Être humain, c’est être partagé entre le désir du bien et le désir du mal, c’est être moralement schizophrène. Être humain, c’est être l’arène de nombreuses tentations extraordinaires et le lieu de naissance de nombreux désirs troublants.

Nous pouvons imaginer que tous ceux qui nous entourent sont heureux, sûrs d’eux, forts de leur foi, sans problèmes et à l’abri des tentations. Eh bien, ne le croyez pas. De telles personnes n’existent pas et n’ont jamais existé. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un sans doute, sans tentation, sans problème. Nous partageons tous une humanité commune. Nous devons tous emprunter le même chemin.

Il suffit de regarder le groupe de personnes qui assistent à la messe en direct dimanche via leur ordinateur à la maison. Depuis samedi soir, des dizaines de centaines de milliers de personnes se sont connectées. Rassemblez ces personnes n’importe où et vous trouverez parmi elles un grand kaléidoscope de problèmes et de situations humaines. Il y aura des personnes divorcées, des personnes handicapées physiquement et mentalement, des personnes souffrant de troubles émotionnels et psychologiques, et des personnes souffrant de toutes sortes de conditions et de problèmes humains connus de Dieu seul. Il y aura dans cette église toutes sortes de conditions humaines et de personnes ayant des problèmes connus de Dieu seul. Et tous seront les bienvenus, pas certains, mais tous.

Idéalement, nous devrions être ou essayer d’être une église des exclus, et non une église qui rejette les gens. L’Évangile s’adresse à eux, à nous, à tous, quelle que soit la réalité de notre condition humaine. Nous n’avons rien à craindre car Dieu connaît nos problèmes et voit nos tentations. Il est conscient de nos doutes et de nos insécurités. Notre évangile nous dit que nous ne devons pas toujours nous adapter à ce qui nous entoure. Nous pouvons être différents.

À lire aussi | La Sainte Vierge est vraiment l’Épouse du Père éternel dans l’Incarnation

Il nous dit d’avoir du courage et de l’espoir, que nous soyons troublés spirituellement, moralement, physiquement, sexuellement, émotionnellement, psychologiquement ou financièrement. Peu importe, le Christ le sait. Il voit et, encore et encore, il nous dit :

« Venez à moi. Venez comme vous êtes. Venez avec tout ce que vous êtes« .

Quels que soient vos problèmes, qu’ils soient superficiels ou très profonds, ne paniquez pas, n’ayez pas peur, restez calmes et écoutez Ses paroles. Ne continuez pas à vous adapter à votre environnement si celui-ci est mauvais. Aidez à changer votre environnement, vivez et sortez de l’obscurité pour entrer dans sa merveilleuse lumière.

Et souvenez-vous toujours de ses paroles :

« Je suis le chemin, la vérité et la vie. Il n’y en a pas d’autre. »

Source Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La Sainte Vierge est vraiment l'Épouse du Père éternel dans l'Incarnation

La Sainte Vierge est vraiment l’Épouse du Père éternel dans l’Incarnation

Un ex-scientifique de Google met en garde contre les dangers de l'intelligence artificielle

Un ex-scientifique de Google met en garde contre les dangers de l’intelligence artificielle