in , , , ,

Cinquième dimanche du temps ordinaire – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce cinquième dimanche du temps ordinaire : Le Dr David Livingstone, mort en 1873, était un missionnaire et explorateur écossais.

Il a passé plus de la moitié de sa vie à servir en Afrique. Il s’est rendu dans des régions inexplorées du continent où aucun Européen n’était jamais allé auparavant. Il n’a pas pris d’armes ni de fournitures pour faire du commerce. Les Africains qui étaient avec lui transportaient des fournitures médicales. Le Dr Livingstone portait simplement sa bible et le Dr Livingstone est devenu une légende.

Dans un effort pour documenter ses remarquables réalisations pour ses lecteurs, l’éditeur du New York Herald a envoyé son correspondant à Londres, Henry Stanley, à la recherche de Livingstone. Lorsque Stanley a finalement trouvé le missionnaire, il l’a salué avec ces mots célèbres, « Dr. Livingstone, je présume« . Le Docteur était en mauvaise santé, il était défaillant. Mais sa capacité à faire la différence dans la vie de ceux qui l’entourent ne s’est jamais démentie. Avec ses fournitures médicales, il a créé un petit hôpital. Il est même allé dans d’autres villages pour soigner les malades. Chaque soir, où qu’il soit, il lisait des histoires de la bible et dirigeait des prières.

Stanley, qui était un journaliste coriace, a écrit :

« Qu’est-ce qui le pousse à continuer ? Petit à petit, je me suis retrouvé à aider à l’hôpital. Il est devenu contagieux, sa sympathie et son amour pour les autres se sont répandus jusqu’à moi. Sa piété, sa sainteté, son zèle et sa gentillesse m’ont touché. Il m’a converti, mais il ne l’a jamais su. Il était vraiment une lumière pour le monde, il était vraiment le sel de la terre« .

Dans notre lecture d’aujourd’hui, nous entendons Jésus et Isaïe. Tous deux sont inconfortablement stimulants, tous deux sont forts, directs et sans compromis. Chacun nous dit quelque chose que nous préférerions ne pas entendre.

Car Jésus nous dit ce que nous devrions être et que nous ne sommes généralement pas. Et Isaïe nous dit ce que nous devrions faire et que nous ne faisons généralement pas. Les deux métaphores que Jésus utilise aujourd’hui, le sel et la lumière, auraient une signification beaucoup plus grande pour ses auditeurs que pour nous.

Pour eux, le sel transformait ce qu’il touchait, à une époque où il n’y avait pas de réfrigération. Le sel était une bouée de sauvetage, il empêchait les aliments de se gâter, de pourrir et de se corrompre. Le sel purifiait même, c’est pourquoi dans l’Ancien Testament le sel était utilisé pour assaisonner chaque sacrifice.

Et Moïse dit au peuple : avec toutes vos offrandes, vous offrirez du sel.

Que pouvons-nous dire de la signification de la lumière ? Dans la maison d’une pièce du paysan oriental, la petite lampe à huile était essentielle. Sans elle, une grande partie de la vie se serait arrêtée à la nuit tombée. Et les gens n’auraient pas pu se voir, n’auraient pas pu lire la Torah. Aujourd’hui, Jésus nous dit que vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde. Notez qu’il ne dit pas :

« Je veux que vous soyez ou cela vous dérangerait-il d’être le sel et la lumière ?« 

Non, c’est presque un commandement. Et nous voulons répondre : es-tu sérieux, Seigneur ? Est-ce une plaisanterie ou une de tes exagérations délibérées comme arracher un œil ou couper une main ?

Jésus répondrait : non, ce n’est pas une fantaisie.

Que cela te plaise ou non, le monde dépend en grande partie de personnes comme toi. Pas seulement des apôtres comme Pierre et Paul, pas seulement des saints comme François ou Mère Teresa. Si nous voulons passer de la guerre à la paix, de la famine à la plénitude, de la haine à l’amour, alors chaque disciple du Christ doit au moins essayer d’être une lumière ou un sel.

Ou de faire la différence d’une manière ou d’une autre. Et le prophète Isaïe nous dit comment faire la différence. Écoutez-le à nouveau : partagez votre pain avec les affamés et abritez les sans-abri. Habillez la personne que vous voyez nue et ne vous détournez pas de votre propre péché. Et supprimez le poing serré et la parole méchante.

Il y a quelques années, la veille de Noël à Dallas, au Texas, l’église luthérienne a été entièrement brûlée. Mme Green vivait de l’autre côté de la rue, il y avait un bâtiment abandonné pour les enfants sur le site. Tôt le matin de la veille de Noël, Mme Green a commencé à passer des appels. Les gens sont venus avec des scies, des marteaux, des balais, des serpillières, des brosses et de la peinture. Le matin de Noël, le bâtiment était prêt pour le culte, avec même une nouvelle moquette.

Mme Green n’est pas chrétienne. Elle est juive et a déclaré au journal télévisé du matin de Dallas que ce n’était pas si important, qu’elle faisait simplement sa petite part. Mais qui sait combien de vies ont été enrichies par la lecture de cette histoire dans le journal.

Qui sait combien de guérisons ont eu lieu dans cette communauté. Un peu de sel, un peu de lumière peuvent faire une grande différence. Les Quakers ont un merveilleux slogan qui dit :

« Il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l’obscurité« .

C’est une merveilleuse réponse chrétienne à un monde malade. Je n’ai jamais oublié un panneau que j’ai lu il y a des années, dans la chapelle d’un couvent.

Elle disait :

« Prêtre de Dieu, dites cette messe comme si c’était votre première messe, comme si c’était votre dernière messe, comme si c’était votre seule messe« .

On peut dire la même chose de chacun d’entre vous. Vivez ce jour comme si c’était votre premier jour, comme si c’était votre dernier jour, comme si c’était votre seul jour. Chaque nouveau jour est une chance d’être plus semblable au Christ.

Un chanteur et chef d’orchestre bien connu a écrit dans son autobiographie :

« Femmes, chevaux, voitures, vêtements, j’ai tout fait et savez-vous comment cela s’appelle, Mesdames et Messieurs ? Cela s’appelle vivre. »

À lire aussi | La résidence d’été pontificale devient un centre de formation à l’écologie intégrale

Ne serait-ce pas plus satisfaisant si un jour, vous pouviez dire de vous-même….ceux que j’ai aimés et ceux que je n’ai pas aimés ? Tous les gens, mais surtout les sans-abri et les désespérés.

Les nus et les affamés, les solitaires et les mal-aimés, ceux qui sont différents de moi. Les toxicomanes et les malades du sida. Je n’ai pas tout fait, mais j’ai fait ce que j’ai pu.

Et savez-vous comment cela s’appelle, mesdames et messieurs ? Cela s’appelle aimer, cela s’appelle être une lumière pour le monde et le sel de la terre.

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La résidence d'été pontificale devient un centre de formation à l'écologie intégrale

La résidence d’été pontificale devient un centre de formation à l’écologie intégrale

La violence anti-chrétienne en Israël s'intensifie

La violence anti-chrétienne en Israël s’intensifie