in , , ,

Des missionnaires américains pris au piège en Haïti sollicitent des prières

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Alors que la lutte pour le pouvoir se poursuit en Haïti après que le Premier ministre de ce pays des Caraïbes, Ariel Henry, a annoncé qu’il démissionnerait lundi en raison de l’escalade de la violence, une missionnaire américaine et plusieurs de ses enfants adoptifs bloqués sur place demandent des prières et de l’aide alors qu’ils attendent d’être évacués.

Ryan et Jill Dolan, ainsi que leurs enfants, travaillent comme missionnaires en Haïti depuis octobre 2013, par l’intermédiaire de leur ministère Love A Neighbor, en collaboration avec leur église d’origine, Camano Chapel, dans l’État de Washington.

Dans une déclaration publiée mardi sur la page Facebook du ministère, un membre de la famille a cependant révélé que Jill Dolan, ainsi que quatre des enfants adoptés du couple, ont été pris au piège alors qu’ils tentaient de quitter le pays la semaine dernière.

« Mon neveu Ryan et sa femme Jill demandent une prière urgente pour Jill et quatre de leurs adolescents adoptés qui se rendaient au mariage de leur fille biologique Sarah au nord de West Palm Beach en Floride lorsque des gangs armés ont pris le contrôle de l’aéroport de la capitale haïtienne, Port-Au-Prince, au début de la semaine dernière, et les y ont piégés« , a déclaré le membre de la famille.

« Les vols ont été annulés depuis, ce qui les a contraints à rester dans un petit hôtel où ils peuvent entendre des coups de feu alors que la violence massive des gangs visant à évincer le premier ministre se poursuit dans toute la ville, et en particulier près de l’aéroport où ils sont retranchés. Les adolescents sont tous blancs (un frère et une sœur biologiques à moitié mexicains), ils se distinguent donc en Haïti, ce qui n’aide pas en ce moment« , ajoute le communiqué.

« Toutes les routes à l’intérieur et à l’extérieur de la capitale sont également fermées, de sorte qu’ils ne peuvent même pas retourner à leur lieu de travail dans la péninsule ouest d’Haïti, où ils gèrent un dispensaire, un orphelinat et une maison de retraite dans un village de montagne« .

Le membre de la famille a déclaré que Ryan Dolan et son fils se trouvaient déjà aux États-Unis lorsque les troubles ont éclaté en Haïti, « mais bien sûr, ils vivent aussi le drame« .

Les appels du Christian Post au ministère pour plus de commentaires sont restés sans réponse mercredi, mais Jill Dolan a déclaré au New York Post dans une interview qu’elle avait été en contact avec l’ambassade des États-Unis en Haïti et qu’elle craignait « que nous soyons pris au milieu de quelque chose de vraiment dangereux« .

En fait, ce qu’ils disent, c’est « Soyez prudents« . Je me dis : « OK, ce n’est pas très utile«  », a-t-elle déclaré au média.

« Ma crainte est que nous soyons pris au milieu de quelque chose de vraiment dangereux. Nous sommes déjà en première ligne, nous sommes dans une mauvaise zone. C’est un peu déprimant. Les coups de feu ne s’arrêtent jamais.« 

En juillet 2023, le département d’État américain a réémis un avis de voyage de niveau 4 pour Haïti, demandant aux Américains de ne pas se rendre dans ce pays des Caraïbes. Il a également ordonné à tous les citoyens américains et aux employés du gouvernement qui ne sont pas en situation d’urgence de quitter le pays dès que possible.

« Ne vous rendez pas en Haïti en raison des enlèvements, de la criminalité, des troubles civils et de la médiocrité des infrastructures de santé. Le 27 juillet, le Département d’État a ordonné le départ des membres de la famille des employés du gouvernement américain et des employés du gouvernement américain qui ne sont pas en situation d’urgence. Les citoyens américains en Haïti devraient quitter le pays dès que possible par des moyens de transport commerciaux ou privés, compte tenu de la situation actuelle en matière de sécurité et des problèmes d’infrastructure« , indique l’avis.

« Les citoyens américains souhaitant quitter Port-au-Prince doivent suivre les informations locales et ne le faire que lorsqu’ils sont considérés comme sûrs« .

Cet avertissement n’a pas empêché des missionnaires comme les Dolan ou le célèbre auteur Mitch Albom de se rendre sur place. Mitch Albom dirige la mission et l’orphelinat Have Faith Haiti en Haïti depuis 2010.

Mitch Albom était en Haïti lorsque les récents troubles ont éclaté, mais il a eu la chance de faire partie des dix personnes qui ont été évacuées de Port-au-Prince mardi, selon le Detroit Free Press.

« Après deux jours d’efforts coordonnés, un groupe de personnes de l’orphelinat Have Faith Haiti, dont ma femme et moi-même, a été évacué au milieu de la nuit d’un site en Haïti (pas de notre orphelinat)« , a déclaré M. Albom dans un communiqué mardi soir, après avoir été secouru avec l’aide de la représentante des États-Unis Lisa McClain, R-Michigan.

« Il s’agissait d’un sauvetage par hélicoptère et c’était assez fou. Je tiens à remercier Cory Mills et Lisa McClain, qui ont joué un rôle déterminant dans la réalisation de cet effort indépendant. Nous avons eu de la chance de nous en sortir« , a déclaré M. Albom.

D’autres missionnaires, comme le révérend Steven Svendsen, pasteur de longue date de la Providence Reformed Baptist Church à Rice Lake, dans le Wisconsin, qui est coincé dans un lieu inconnu en Haïti, ont déclaré qu’ils espéraient également pouvoir être évacués par hélicoptère.

Samedi dernier, il a expliqué dans un message publié sur Facebook qu’il avait envisagé d’essayer de quitter Haïti en passant par la frontière de la République dominicaine, mais qu’on le lui avait déconseillé.

À lire aussi | La Béatification d’Alexandre Toé : Lettre du Supérieur Général

« Nous étions prêts à partir vers la frontière de la République dominicaine en moto, mais on nous a conseillé de ne pas le faire. Notre vol pour MIA est reprogrammé pour le 22 mars. Je ne peux pas divulguer l’endroit précis où nous nous trouvons.« , a-t-il déclaré.

« Ils nous nourrissent, font notre lessive et refusent tout commerce pour notre protection. J’ai dit au propriétaire que cela pourrait durer deux semaines. Il m’a dit qu’il se fichait de savoir si cela durerait deux mois. Entrez, Marines américains« .

Alors que Svendsen semble avoir tiré le meilleur parti de sa situation, la famille de Jill Dolan affirme qu’elle doit faire face à un stress à la fois physique et économique, car elle n’avait pas prévu de devoir louer plusieurs chambres d’hôtel et de payer les repas pendant près de deux semaines à Port-Au-Prince.

« Jill dit que leurs fonds sont à court en raison de la situation désespérée et inattendue et a demandé toute aide financière que vous pouvez donner ainsi que votre soutien par la prière. De plus, ils pourraient avoir besoin d’être évacués par une société de sécurité privée, ce qui est coûteux. Je prie pour que le gouvernement américain apporte également son aide« , a déclaré le membre de la famille.

« L’adresse pour les dons d’aide est leur église d’origine, www.camanochapel.org/give-online et cliquez sur le bouton Give Online et sélectionnez Dolan Family. Pour couronner le tout, les rapports de presse indiquent que les réserves de nourriture s’amenuisent dans la ville. Il s’agit d’un conflit brûlant qui ne se déroule pas à l’autre bout du monde, mais non loin de la Floride prospère. Merci pour toute aide que vous pourrez apporter et pour vos prières« .

Cet article a été initialement publié par Christian Post puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire