in , , ,

Gaza : « Ma foi s’épanouit au milieu des défis de la guerre »

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Il y a cinq mois, dans la ville de Gaza, Suhail Shadi Abu Dawod, 18 ans, attendait un visa pour l’Italie afin de commencer son noviciat à l’Institut du Verbe Incarné (IVE) – et c’est alors que la guerre entre Israël et le Hamas a éclaté.

« J’ai commencé à envisager de rejoindre la congrégation du Verbe Incarné en 2021, lorsque j’avais 15 ans« , a déclaré Abu Dawod à CNA par l’intermédiaire de son pasteur, le père Gabriel Romanelli.

« Je souhaite la rejoindre parce que c’est une congrégation simple et humble qui diffuse le message d’amour, de spiritualité, de prière du rosaire et de foi dans le monde entier.« 

Abu Dawod est un postulant de l’institut. Il suit les traces des deux prêtres de sa paroisse qui font partie de l’IVE.

« Lorsque la guerre a interrompu mon voyage, j’ai ressenti une profonde tristesse et une grande déception. Cependant, je me suis rendu compte que Dieu préparait un cadeau important pour moi et pour le développement de ma vocation. Cela fait partie du plan de Dieu. Je me fie aux conseils de Dieu et je crois fermement en sa grâce pour moi« , a-t-il déclaré.

Comme des centaines d’autres chrétiens de Gaza, Abu Dawod et sa famille ont quitté leur maison et vivent depuis cinq mois dans les locaux de la paroisse latine de la Sainte-Famille, dans le nord de Gaza.

« Se sentir béni au milieu de la guerre » ou « la foi est plus forte que la guerre » sont quelques-unes des pensées qu’Abu Dawod partage de temps à autre sur Facebook.

« Je me sens vraiment béni« , a-t-il déclaré à CNA, « en voyant tous les gens assister et prier à la sainte messe, unis d’un seul cœur, en particulier à l’occasion de la fête de Noël, qui célèbre la naissance de Jésus« .

Chaque jour, le postulant participe à la messe en tant que servant d’autel et s’occupe des plus jeunes. Il aide également à la fabrication d’hosties sacramentelles dans une fabrique « de fortune« . Il fait partie du groupe de scouts, joue au football et apprend à jouer de la cornemuse. La violence et la mort qui sévissent autour de lui n’ont pas ébranlé sa foi, mais l’ont, selon lui, renforcée.

« Ma foi s’épanouit au milieu des défis de la guerre, elle grandit jour après jour grâce aux prières quotidiennes du rosaire, à la lecture des récits de vie des saints et, surtout, à la méditation chaque dimanche devant le corps du Christ. Jésus, qui est la source de ma foi, est le fondement sur lequel je place toute ma confiance« , a-t-il déclaré.

Abu Dawod a indiqué qu’il avait également enrichi sa vocation en travaillant comme bénévole à l’œuvre caritative de Mère Teresa au sein de la paroisse, au service des enfants handicapés et des personnes dans le besoin qui y vivent.

« J’ai commencé à écrire un journal pendant mon service, et grâce à ce voyage, j’ai pu constater une amélioration de ma spiritualité, ce qui est de la plus haute importance« , a-t-il déclaré.

Au cours de ces mois très difficiles, Abu Dawod a appris que « Dieu a toujours pitié de nous » et que « Dieu est avec nous, il ne nous abandonnera jamais dans cette situation difficile« .

Les chrétiens de Gaza ont toujours refusé de quitter leur paroisse et de se rendre dans le sud de Gaza, malgré la menace d’attaques et de bombardements. « Nous sommes comme l’arche de Noé aux jours du déluge« , ont déclaré les membres de la paroisse à leur pasteur, le père Romanelli, qui n’a pas pu revenir à la paroisse depuis que la guerre a éclaté.

Ces paroles, pleines de foi et d’espoir, sont similaires à celles d’Abu Dawod.

« Mon Seigneur Jésus-Christ me donne toujours de l’espoir, il est la source de l’espoir dans ma vie. Je me tiens comme un signe d’espoir, supportant les défis, les difficultés et la douleur pendant cette période périlleuse de la guerre« , a-t-il déclaré.

Même aujourd’hui à Gaza, alors que la nourriture et l’eau se font de plus en plus rares et que les conditions d’hygiène sont à leur limite, que de nombreuses personnes sont mortes et que d’autres souffrent psychologiquement, ce jeune homme prononce des paroles de foi et d’espoir :

« Dieu nous a fait des dons abondants et bénis, sans aucune limite. Il continue à nous fournir les produits de première nécessité qui nous permettent de vivre.« 

Abu Dawod dit qu’il a également appris quelque chose sur lui-même.

« J’ai appris à être plus patient, en particulier dans les choses que je demande à Dieu, en reconnaissant qu’il a un plan pour moi et pour les bonnes choses qui viendront à ma rencontre. Je dois attendre que sa glorieuse volonté se déploie« , a-t-il déclaré.

« J’ai également appris à donner la priorité à l’amour plutôt que de chercher à être aimé, en comprenant que l’amour est la clé pour répandre la paix dans le monde – aimer sans limites.« 

En cette période de carême, Abu Dawod a déclaré :

« Je vis actuellement le carême d’une manière différente de toutes les années précédentes. Je prie davantage, je récite le saint rosaire et j’assiste à la sainte messe. Je jeûne davantage, je m’abstiens de consommer des choses que j’aimais auparavant et je pardonne aux autres, car cette période appelle à la réconciliation.« 

À lire aussi | Euthanasie : La république accélère sa politique meurtrière

Même le mot « résurrection« , vu de Gaza et au milieu de la guerre, a pris un nouveau sens.

« Il signifie que nous sommes les enfants de Dieu, et non ses esclaves. Il souligne son amour illimité pour nous, qui surpasse tous les autres« , a déclaré M. Abu Dawod.

« Il a envoyé son Fils unique, Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a triomphé du diable et de tous les mauvais esprits du monde, vainqueur des ténèbres et de la mort.« 

Abu Dawod a choisi de consacrer son temps au service de Jésus alors qu’il se prépare pour Pâques.

« Je purifie mon cœur, je m’efforce d’éliminer tous les péchés qui s’y trouvent, tout cela en prévision de la rencontre avec le roi Jésus lors de la grande fête de Pâques. Cette fête est un rappel poignant de la façon dont Jésus s’est sacrifié sur la sainte croix pour le pardon de nos péchés. Par sa glorieuse résurrection le troisième jour, il a brisé les liens de la mort« .

En Terre sainte, là même où Jésus est mort et ressuscité, Abu Dawod prie pour la paix.

« Nous implorons Dieu pour la paix, la même paix qui s’est répandue dans le monde au moment de la résurrection de Jésus« , a-t-il déclaré. « Mes prières ferventes sont dédiées à la justice et à l’établissement d’une paix durable en Terre sainte, en particulier dans notre ville de Gaza.« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire