in , , ,

Les irlandais célèbrent une solide victoire pour la famille et les femmes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

« Le meilleur cadeau possible à l’approche de la fête des mères ». C’est ainsi que David Quinn, militant pro-famille, a décrit l’échec, le 8 mars, de deux référendums irlandais qui auraient élargi la définition de la famille et supprimé la mention des mères dans la constitution irlandaise de 1937.

Comme la Grande-Bretagne voisine, l’Irlande célèbre la fête des mères le quatrième dimanche de carême, qui tombait cette année le 10 mars.

Bien que les sondages d’opinion aient montré qu’une majorité claire était favorable au projet du gouvernement irlandais d’élargir la définition de la famille pour y inclure d’autres « relations durables » en plus du mariage, lorsque les votes ont été comptés le 9 mars, 67,7 % des citoyens ont rejeté l’amendement, tandis que seulement 32,3 % l’ont soutenu.

Un deuxième amendement proposait de supprimer une disposition de la constitution qui stipulait que les femmes ne devaient pas être contraintes, par nécessité économique, d’accepter un emploi en négligeant leurs devoirs au sein du foyer.

Là encore, les sondages indiquaient qu’il avait des chances d’être adopté, mais cette proposition a été rejetée par une marge encore plus large, 73,9 % contre 26,1 %. Il s’agit du plus grand nombre de « non » dans l’histoire des référendums irlandais.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a rapidement reconnu que son gouvernement avait essuyé une défaite « globale » lorsque les électeurs ont rejeté les amendements qui, selon les évêques du pays, auraient affaibli le soutien au mariage et sapé l’institution de la maternité.

Les évêques n’ont pas appelé directement à voter « non » à l’un ou l’autre des derniers amendements proposés, mais dans une déclaration lue lors des messes du week-end précédant le vote, ils ont déclaré que la famille est la cellule fondatrice de la société et qu’elle est essentielle au bien commun parce qu’elle est basée sur « l’engagement public exclusif, à vie et donnant la vie, du mariage« .

Les prélats avaient prévenu que le deuxième amendement aurait eu « pour effet d’abolir toute référence à la maternité dans la Constitution » et aurait laissé « la contribution sociétale particulière et incalculable » que les mères au foyer ont apportée et continuent d’apporter en Irlande sans être reconnue.

Les amendements avaient été soutenus par tous les partis politiques, à l’exception du petit parti Aontú (Unité), qui n’a qu’un seul député au Parlement national, l’Oireachtas.

Maria Steen, une avocate catholique qui a fait campagne contre les deux propositions, a qualifié le résultat de « grande victoire du bon sens« .

Elle a ajouté qu’il s’agissait également d’un « rejet d’un gouvernement qui semble plus préoccupé par les applaudissements des médias sociaux que par le fait de s’atteler à la tâche de gouverner le pays« .

Mme Steen a décrit le résultat comme « l’expression par le peuple irlandais de la gratitude et de l’amour – la gratitude envers les femmes pour le travail qu’elles accomplissent dans leurs foyers et qui est souvent invisible et méconnu« .

« La gratitude envers les mères pour le rôle unique et irremplaçable qu’elles jouent dans la vie de leurs enfants et de leurs familles, et la reconnaissance de la place spéciale que le mariage occupe dans notre constitution et qu’elles veulent conserver« , a-t-elle ajouté, s’adressant au National Catholic Register, le partenaire d’information de CNA, au centre national de dépouillement des bulletins de vote au château de Dublin.

S’adressant aux journalistes le 9 mars, M. Varadkar s’est dit déçu par les résultats. Mais, a-t-il reconnu, « les gens ont été interrogés, les débats ont eu lieu, les arguments ont été entendus« .

« Le public a largement exprimé son refus de modifier la constitution que nous avions proposée. Nous l’acceptons, nous le respectons et nous assumons la responsabilité des résultats« , a-t-il déclaré.

Les référendums ont été organisés pour coïncider avec la Journée internationale de la femme.

M. Quinn, qui est directeur du groupe de réflexion pro-mariage The Iona Institute, a déclaré au Register que « le gouvernement a demandé aux électeurs de supprimer le mot « mère » de la constitution et ils ont répondu par un « non » retentissant. Ils ont également rejeté à une très large majorité la tentative d’imposer le terme extrêmement nébuleux de « relations durables » dans la constitution« .

Il a insisté sur le fait que « le gouvernement doit maintenant faire plus pour permettre aux mères de rester à la maison avec leurs enfants si c’est leur souhait. Il faut notamment mettre fin à la préférence actuelle accordée aux crèches au détriment de la maison. Au lieu de cela, le gouvernement devrait donner l’argent alloué aux crèches directement aux mères de jeunes enfants afin qu’elles puissent le dépenser soit pour la crèche, soit pour faciliter le maintien à la maison, selon leur souhait« .

Les résultats du week-end ont constitué une bonne nouvelle pour les conservateurs sociaux qui avaient été les grands perdants des récentes campagnes référendaires.

Adoptée en 1937, la constitution irlandaise a fait l’objet de 40 propositions d’amendement, dont 20 au cours des 63 premières années et 20 autres depuis l’an 2000.

En 2015, l’Irlande est devenue le premier pays au monde à légaliser le mariage civil entre personnes de même sexe par le biais d’un vote populaire, lorsque la constitution a été modifiée par 62 % de votes favorables contre 37 % de votes défavorables. En 2018, les électeurs ont choisi de supprimer le droit à la vie des enfants à naître de la constitution, légalisant ainsi l’avortement par une marge de 68 % contre 33 %.

Le sénateur Rónán Mullen, membre indépendant du Seanad Éireann, la chambre haute du Parlement national, qui a fait campagne contre les amendements, s’est dit satisfait du résultat.

Interrogé par le Register pour savoir s’il pensait que ce résultat pourrait marquer le début d’une renaissance du mouvement conservateur, il a répondu : « On peut l’espérer« .

Toutefois, il a déclaré que dans le climat actuel, il était important pour les conservateurs de construire une alliance plus large.

« La défaite de ce référendum a donné lieu à une nouvelle coalition inhabituelle entre ce que l’on pourrait appeler des personnes ayant une vision traditionnelle des valeurs sociales et des personnes ayant une vision sociale plus large« , a déclaré M. Mullen.

« De nombreuses personnes trouvent un terrain d’entente dans la nécessité de remettre en question certaines des nouvelles idéologies dangereuses concernant le genre, mais ne partagent pas nécessairement le même point de vue, même sur des questions aussi importantes que l’avortement.« 

« Ce serait une bonne chose s’il existait un nouveau front politique qui tenterait au moins de mettre un terme à certains des dommages causés par l’agenda ‘woke’ au sein du gouvernement« , a-t-il ajouté.

Certains signes indiquent que des membres du gouvernement eux-mêmes partagent ce sentiment.

À lire aussi | Gaza : « Ma foi s’épanouit au milieu des défis de la guerre »

Willie O’Dea, membre influent du Fianna Fáil, le parti qui dirige le gouvernement actuel, s’est rendu sur les réseaux sociaux à la suite des résultats pour avertir que son parti devait repenser son orientation et rejeter un autre plan controversé qui, selon les militants, limitera la liberté d’expression.

« Le Fianna Fáil doit revenir à l’essentiel et abandonner le projet de loi sur les discours haineux, etc. Concentrez-vous sur le logement, la santé, la loi et l’ordre et arrêtez de jouer avec la galerie d’excitation« , a-t-il déclaré.

« Commencez à écouter les gens, arrêtez de leur parler avec condescendance, et arrêtez d’écouter les Verts et les ONG qui n’ont plus rien à voir avec la réalité.« 

L’influence des ONG

En effet, l’influence des organisations non gouvernementales est apparue au grand jour à la suite des résultats.

Le ministre d’État Peter Burke a admis que le gouvernement « devra évaluer dans quelle mesure le secteur des ONG est en contact avec les gens ordinaires« . L’Irlande finance ces organisations à hauteur de 6,2 milliards d’euros (6,8 milliards de dollars) par an, soit six fois ce qu’elle dépense pour la défense, et elles ont été la force motrice des référendums.

Peadar Tóibin, le chef du parti Aontú qui s’est opposé au référendum, a déclaré au Register que « de nombreuses ONG dépendent considérablement du gouvernement pour leur financement et beaucoup ont pris des décisions sur le référendum qui étaient en totale contradiction avec les personnes qu’elles sont censées représenter. Je pense que cela a alimenté la pensée de groupe et la mentalité de troupeau, qui est un aspect si dangereux du système politique en Irlande« .

« Nous avons besoin d’un audit sur le financement des ONG qui reçoivent des fonds du gouvernement« , a ajouté M. Tóibin. « Ce financement crée-t-il une chambre d’écho gouvernementale ? Pourquoi certaines ONG sont-elles si déconnectées des personnes qu’elles prétendent représenter ?« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire