in , , , , , , ,

Il y a 64 ans, Jean XXIII faisait l’annonce historique de Vatican II

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Au cours des prochaines années, jusqu’en décembre 2025, nous marquerons le 60e anniversaire du déroulement du Concile Vatican II. Cette période nous offre une occasion particulière de revenir sur cette assemblée historique, qui continue à être si cruciale pour la vie de l’Église aujourd’hui.

Parmi les nombreux moments mémorables du Concile, une date de ce mois-ci se distingue tout particulièrement : Le 25 janvier 1959. C’est ce jour-là que, dans une allocution prononcée devant un petit groupe de cardinaux réunis dans le monastère bénédictin rattaché à la basilique Saint-Paul-hors-les-murs de Rome, Jean XXIII a annoncé son intention de convoquer un concile œcuménique.

Cette annonce semble avoir été une grande surprise pour les éminents dirigeants de l’Église présents, ainsi que pour le monde entier. Peut-être n’aurait-elle pas dû l’être.

Dès 1922, le Pape Pie XI avait reconnu l’utilité de réunir les Évêques du monde entier, dans le style collégial d’un concile, afin de répondre aux graves problèmes auxquels le monde était confronté au lendemain de la Première Guerre mondiale. Plus tard, sous le pontificat de Pie XII, un projet plus vaste de concile œcuménique a été élaboré. Face aux défis logistiques d’un rassemblement aussi immense et aux idées divergentes sur la portée d’un concile, le Pape a décidé de ne pas aller de l’avant avec cette idée.

La situation allait radicalement changer peu après l’élection au siège de Pierre du Cardinal-patriarche de Venise, Angelo Giuseppe Roncallli, âgé de 77 ans. La conscience de la valeur des synodes et des conciles dans la vie de l’Église était profondément ancrée dans l’esprit de ce nouveau Pape, Jean XXIII, tant par ses études que par son expérience pastorale. Les premières allusions à un concile sont apparues quelques jours seulement après son élection. Malgré cet état d’esprit, si favorable à une telle assemblée œcuménique, la décision d’aller de l’avant avec cette initiative n’était pas simplement le résultat d’idées reçues ou d’une réflexion pastorale élaborée.

Si les détails exacts ne sont pas clairs, le Pape avait la ferme conviction que l’idée de tenir un concile œcuménique venait de l’Esprit Saint. Comme il l’a dit à un groupe de pèlerins de Venise en mai 1962, il a senti son âme « illuminée par une grande idée« , qu’il a reçue avec une « confiance ineffable dans le divin Maître« , et qui a été confirmée par l’assentiment immédiat et joyeux du secrétaire d’État du Vatican, l’aide de confiance du Pape, le Cardinal Domenico Tardini.

Cette conviction profonde de Jean XXIII, quant à l’inspiration surnaturelle de l’idée, le conduisit à regarder au-delà des « sérieuses difficultés« , comme il le reconnaissait lui-même, auxquelles serait confrontée une entreprise aussi immense qu’un concile œcuménique.

Quelques jours seulement après cette rencontre avec le Cardinal Tardini, le pape annonça son idée à un groupe plus important de Cardinaux et au monde entier. Cette déclaration a été faite peu après la messe du 25 janvier 1959, qui commémorait la fête de la conversion de Saint Paul et la fin de l’Octave de prière pour l’unité des chrétiens.

Devant les Cardinaux réunis dans la salle du chapitre de l’abbaye bénédictine voisine de la basilique, le regard du Pape se tourne vers le monde entier.

Il a reconnu, comme il l’a dit, que les yeux du monde étaient tournés vers lui – certains aimables et d’autres moins. Il était conscient, comme il l’a indiqué dans son discours, que le monde attendait la réponse pastorale qu’en tant qu’Évêque de Rome et pasteur de l’Église universelle, il offrirait aux besoins spirituels de l’époque.

Il est intéressant de noter qu’en faisant une annonce d’une telle portée mondiale, Jean XXIII a d’abord porté son attention sur le local. Il a parlé de la ville de Rome qui, comme il l’a fait remarquer, avait été complètement transformée depuis qu’il l’avait connue, dans sa jeunesse. L’immense afflux de personnes dans la ville, venues de toute l’Italie et du monde entier, avait fait de la ville une véritable « ruche humaine« , avec un bourdonnement ininterrompu de voix confuses, à la recherche d’harmonie. Ces voix « s’entremêlent et s’effilochent facilement« , a-t-il observé, rendant difficile la recherche de l’unité nécessaire à la vie religieuse, civile et sociale de la Ville éternelle.

Ici, au niveau local, nous pouvions voir un microcosme des défis plus larges que le Pape allait reconnaître dans le monde dans son ensemble. Le Saint-Père était convaincu, à ce niveau local comme au niveau mondial, que les défis d’un monde en mutation nécessitaient l’aide de Notre Seigneur et la coordination des efforts des individus et des groupes.

Un tel désir serait satisfait, comme le pape l’a annoncé plus tard dans son discours, par un synode diocésain pour Rome. Jean XXIII connaissait bien la valeur des synodes diocésains grâce à son travail pastoral dans le diocèse italien de Bergame, ainsi qu’à ses recherches sur l’Archevêque de Milan, Saint Charles Borromée. Il s’est rendu compte que tout effort de renouvellement de l’Église dans son ensemble devait commencer par un effort collégial au niveau local.

Fort de cette évaluation de la réalité pastorale de Rome, le Pape a levé son regard vers l’état du monde. Il y a vu un grand drame de l’action de Dieu et la triste réalité du péché. Il s’est réjoui, d’une part, de la manière dont « la grâce du Christ continue à multiplier les fruits et les merveilles d’élévation spirituelle, de salut et de sainteté dans le monde entier« .

D’autre part, il a reconnu la situation tragique de l’homme qui, abusant de sa liberté et sous l’inspiration du « prince de ce monde« , rejette la foi dans le Christ et se tourne vers les « soi-disant biens du monde« . Le Pape a reconnu avec franchise la tentation de la recherche des biens matériels et du progrès technologique, et la manière dont ce « progrès… affaiblit les énergies de l’esprit » et conduit à la décadence spirituelle et morale.

Face à ces circonstances dramatiques, Jean XXIII a exprimé sa ferme décision de répondre au présent en s’appuyant sur le passé de l’Église. Il a parlé de la résolution, qui venait de son cœur, de se tourner vers les anciennes formes d’action doctrinale et pastorale qui, « dans l’histoire de l’Église, aux époques de renouveau, ont donné des fruits d’une efficacité extraordinaire » pour leur pensée, leur consolidation de l’unité et leur renforcement de la ferveur chrétienne.

Ces fruits n’étaient pas purement spirituels, comme il l’affirmait, mais contribuaient également au bien-être de l’homme sur terre.

Après avoir brossé à grands traits ce panorama de la vie de la ville de Rome et du monde dans son ensemble, le Pape nouvellement élu a procédé à sa déclaration historique :

Chers frères et enfants bien-aimés ! Nous annonçons devant vous, certes en tremblant un peu d’émotion, mais avec l’humble détermination du propos, le nom et la proposition d’une double célébration :

D’un Synode diocésain pour la ville et d’un Conseil œcuménique pour l’Église universelle.

Avec ces mots, le Pape a initié un moment historique dans la mission salvatrice de l’Église dans le monde. Comme il l’a lui-même rappelé plus tard, les Cardinaux ont écouté dans un « silence impressionnant et pieux« .

Ils semblaient se rendre compte, comme le Saint-Père l’a commenté aux pèlerins de Venise, que ses propositions n’étaient pas simplement un plan prudent digne de félicitations et de commentaires.

Il a ajouté que ces assemblées donneraient lieu à une mise à jour du Code de droit canonique, qui accompagnerait et « couronnerait » les travaux du Synode et du Conseil.

Après avoir exprimé son ouverture aux suggestions des Évêques concernant son projet, il a élevé son attitude profondément collégiale jusqu’à la sphère céleste en demandant l’intercession de « l’Immaculée Mère de Jésus et notre Mère« , avec Saint Pierre et Saint Paul et la multitude des Saints du ciel.

De leur part, il demandait à Dieu un bon début, la continuation et le succès heureux de la grande entreprise qu’il s’était proposée, « pour l’édification et la joie de tout le peuple chrétien« , et une invitation renouvelée aux chrétiens séparés de parvenir à une unité profondément désirée. Après une salutation affectueuse, faisant écho aux salutations surnaturelles affectueuses de Saint Paul et de Saint Léon le Grand, ainsi qu’une bénédiction finale, son bref discours s’est achevé.

Au contraire, l’action du Saint-Père était une initiative surnaturelle à contempler.

Ironiquement, mais peut-être à juste titre, les Cardinaux n’ont pas été les premiers à entendre l’annonce du Concile. Quelques minutes avant les paroles du Pape, le bureau de presse du Vatican avait diffusé une annonce radiophonique informant le monde de l’annonce historique de Jean XXIII, sans savoir que la messe à la Basilique Saint-Paul avait été retardée.

À lire aussi | Les modernistes d’#OutInChurch s’organisent en association

D’une certaine manière, la tournure des événements était appropriée. Cette initiative qui avait pris naissance si profondément dans la Tradition de l’Église et dans le cœur du «  Bon Pape « , comme on appelait Jean XXIII, s’adressait en effet au monde entier.

Les autorités ecclésiastiques auront besoin d’un peu plus de temps pour saisir la grande vision que le Saint-Père avait de ce nouveau concile œcuménique, le premier du XXe siècle. Mais au moins, la première étape d’un voyage épique, inspiré par l’Esprit Saint, avait commencé.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire