in , , ,

Le Royaume-Uni va-t-il se doter d’un plus grand nombre d’écoles catholiques ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le gouvernement britannique a annoncé cette semaine son intention d’abandonner une politique éducative contre laquelle l’Église catholique fait pression depuis plus de dix ans.

La ministre britannique de l’éducation, Gillian Keegan, a annoncé cette décision le 1er mai, un jour après avoir visité la Cardinal Vaughan Memorial School, un important lycée catholique de Londres.

Le changement proposé pourrait avoir un impact significatif sur l’enseignement catholique en Angleterre. Mais de quoi s’agit-il exactement ? À quoi ressemble actuellement le système scolaire catholique ? Et que se passera-t-il ensuite ? Le Pilier y jette un coup d’œil.

En quoi consiste le changement ?

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi qu’il prévoyait d’abandonner une politique connue sous le nom de « plafond de 50 % » ou « règle des 50 %« .

Cette règle a été introduite en 2010, lorsque le gouvernement de coalition conservateur-libéral-démocrate de l’époque a dévoilé son initiative « écoles libres« .

Le gouvernement de coalition a déclaré que les entreprises, les organisations caritatives, les parents ou les enseignants pouvaient créer des écoles gratuites pour les enfants de toutes aptitudes, qui seraient financées par l’État mais indépendantes des autorités locales. Les responsables ont fait valoir que cette initiative élargirait le choix des parents et contribuerait à relever le niveau de l’enseignement.

Mais il y avait un hic : si des « groupes confessionnels » voulaient créer des écoles gratuites, ils seraient soumis à un « plafond de 50 %« .

Ainsi, si l’Église catholique crée une école libre et reçoit plus de demandes que de places disponibles, l’école ne sera autorisée à attribuer que 50 % de toutes les places disponibles à des élèves catholiques.

Compte tenu de la popularité de l’enseignement catholique en Angleterre, même parmi les non-catholiques, il était presque certain qu’une nouvelle école libre catholique serait sursouscrite. Cela signifierait qu’en vertu de la règle des 50 %, l’école devrait refuser des élèves catholiques parce qu’ils sont catholiques – une proposition inacceptable pour l’Église.

La Conférence des évêques d’Angleterre et du Pays de Galles a déclaré en 2013 que « l’imposition d’un plafond de 50 % sur le contrôle des admissions n’est pas une base sûre pour la création d’une école catholique« . Elle a exhorté les diocèses à « résister à toute pression visant à établir une école sur cette base« .

Dix ans après le lancement de l’initiative des écoles libres, il y avait 550 écoles libres fréquentées par plus de 100 000 élèves. Mais il n’y avait pas une seule école libre catholique, malgré le lobbying persistant de l’agence épiscopale pour l’éducation, le Catholic Education Service, pour que le plafond soit levé.

Cette semaine, Gillian Keegan – dont le titre officiel est secrétaire d’État à l’éducation et qui a fréquenté des écoles catholiques dans sa jeunesse – a déclaré que le gouvernement prévoyait d’abandonner le plafond de 50 %, ouvrant ainsi la voie à la création d’écoles libres catholiques.

Les catholiques anglais se sont réjouis de cette annonce.

Sir Edward Leigh, membre chevronné du Parlement britannique, l’a qualifiée de « grande victoire pour l’éducation catholique et le bon sens« .

« Pendant des années, nous avons essayé de faire entendre raison aux ministres et d’autoriser l’ouverture d’écoles libres catholiques. L’ancienne secrétaire d’État à l’éducation, Ruth Kelly, vice-présidente de l’Union catholique de Grande-Bretagne, a déclaré que « le fait d’empêcher l’ouverture d’écoles libres catholiques n’a jamais eu de sens« .

Le président du Catholic Education Service, l’évêque Marcus Stock, a qualifié l’annonce de « bienvenue« .

« Les diocèses sont bien placés pour répondre aux différentes demandes locales en matière d’éducation dans le pays, y compris en ce qui concerne les enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux et des handicaps. Les parents peuvent également s’en réjouir« , a-t-il déclaré.

« L’enseignement catholique ne se contente pas de fournir un secteur scolaire performant et de promouvoir la formation des enfants aux valeurs et aux vertus ; il présente une plus grande diversité ethnique que les autres écoles, éduque davantage d’élèves issus des milieux les plus défavorisés et renforce la cohésion sociale au sein de nos communautés« .

À quoi ressemble le système scolaire catholique anglais ?

Sur plus de 29 000 écoles en Angleterre et au Pays de Galles, 2 169 sont catholiques. Environ 850 000 élèves fréquentent des écoles catholiques.

Selon le Catholic Education Service, plus de 334 000 élèves des écoles catholiques sont issus de milieux non catholiques, soit environ 40 %.

Un peu moins d’un cinquième des élèves de l’enseignement catholique obligatoire en Angleterre sont issus des milieux les plus défavorisés, ce qui est nettement plus élevé que la moyenne nationale. La population des écoles catholiques compte également un pourcentage plus élevé d’élèves issus de minorités ethniques que la moyenne des écoles publiques anglaises.

En Angleterre, les écoles se répartissent en deux grandes catégories : les écoles indépendantes et les écoles publiques.

Les écoles catholiques indépendantes – également appelées « public schools » au Royaume-Uni, mais « private schools » aux États-Unis – comprennent des établissements historiques tels que Ampleforth College, qui compte parmi ses anciens élèves le créateur de « Downton Abbey » Julian Fellowes et l’acteur Rupert Everett, et Stonyhurst College, qui entretient des liens avec J.R.R. Tolkien. (Il ne s’agit pas de collèges au sens américain du terme, puisqu’ils accueillent respectivement des étudiants âgés de 13 à 18 ans et de 11 à 19 ans).

Dans le secteur public, il existe deux types d’écoles catholiques : les écoles subventionnées et les académies.

Les frais de fonctionnement des écoles bénévoles sont entièrement pris en charge par l’État. Mais le gouvernement ne couvre que 90 % des coûts d’investissement. Les 10 % restants sont fournis par une fondation qui supervise l’école.

Les parents qui envoient leurs enfants dans des écoles catholiques subventionnées sont généralement invités à verser une contribution volontaire annuelle pour couvrir les frais d’entretien.

Les écoles catholiques bénévoles suivent le programme national standardisé comme les autres types d’écoles, mais dispensent un enseignement religieux conforme à la foi catholique.

Les académies, quant à elles, sont des écoles qui étaient auparavant gérées par les autorités locales, mais qui sont désormais supervisées par des organismes appelés « academy trusts« , ce qui leur permet d’exercer un plus grand contrôle sur des questions telles que les périodes de cours et le respect du programme national.

Les académies catholiques sont inspectées par un organisme gouvernemental appelé Ofsted et par des inspecteurs travaillant pour le compte de l’évêque diocésain.

L’Angleterre compte 921 académies catholiques, soit 46 % des écoles catholiques financées par l’État.

La différence entre les académies et les écoles libres est que les académies étaient auparavant gérées par les autorités locales, tandis que les écoles libres sont nouvelles. On ne sait pas encore combien d’écoles libres catholiques pourraient être ouvertes, ni à quelle vitesse.

Que se passe-t-il ensuite ?

L’annonce faite cette semaine par le ministre de l’éducation n’a pas immédiatement supprimé le plafond de 50 %. Il restera en place pendant que le gouvernement mènera une consultation qui se terminera en juin.

Ce retard soulève des questions, car le Royaume-Uni est à la veille d’élections générales qui pourraient voir le parti conservateur de Gillian Keegan balayé du pouvoir après 14 ans.

Les élections générales doivent avoir lieu avant le 28 janvier 2025, mais la date sera décidée par le Premier ministre Rishi Sunak, qui a indiqué qu’elles se tiendraient « au cours du second semestre » de cette année.

Si les élections ont lieu rapidement, le nouveau gouvernement pourrait-il annuler le projet de suppression du plafond ?

Dans un article paru le 1er mai dans le magazine Spectator, la commentatrice catholique Melanie McDonagh a déclaré qu’il était « peu probable que les travaillistes s’opposent à cette mesure« , le parti qui est largement en tête dans les sondages.

Mme McDonagh a souligné que l’homologue travailliste de M. Keegan, Bridget Phillipson, était elle aussi « issue d’une école catholique« .

Mais les syndicats d’enseignants influents s’opposent à ce changement.

La National Association of Head Teachers (NAHT) a déclaré qu’elle craignait que la suppression du plafond soit « une mesure inutile et potentiellement rétrograde« , tandis que le directeur de l’Association of School and College Leaders (ASCL) a suggéré qu’il n’y avait « aucune preuve que la suppression du plafond de 50 % soit bénéfique pour la société ou l’éducation« .

A lire aussi | Le Césarisme et les révolutions politiques

Les groupes de campagne laïques rejettent également, sans surprise, cette mesure.

Le directeur général d’Humanists UK, Andrew Copson, a déclaré que ce changement « augmenterait la ségrégation religieuse et raciale dans nos écoles à un moment où l’intégration et la cohésion n’ont jamais été aussi importantes« .

Stephen Evans, directeur général de la National Secular Society, s’est quant à lui déclaré « consterné » par une décision qui « ouvrirait la porte à une nouvelle vague d’écoles confessionnelles qui excluraient de fait les familles de religions et de croyances différentes« .

En 2010, l’année où le plafond a été introduit, le nouvel athéisme était en pleine ascension et l’anticatholicisme allait crescendo alors que le pape Benoît XVI effectuait une visite capitale en Grande-Bretagne.

Mais l’atmosphère a clairement changé si un gouvernement en difficulté pense que l’abandon du plafond est un moyen de gagner des voix à l’approche des élections générales.

Cet article a été publié originellement par le The Pillar et traduit par Lecatho (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Césarisme et les révolutions politiques

Le Césarisme et les révolutions politiques

Un prêtre de Chicago bénit des homosexuels

Un prêtre de Chicago bénit des homosexuels