Le Vatican a-t-il "snobé" les catholiques allemands modernistes ?
in , , ,

Le Vatican a-t-il « snobé » les catholiques allemands modernistes ?

Samedi, une présidente du Chemin synodal allemand a accusé le Vatican de « snober » les catholiques allemands. Irme Stetter-Karp est présidente du Comité central des catholiques allemands et co-présidente du Chemin synodal.

Dans une déclaration publiée le 19 novembre, la laïque a déclaré que la « critique fondamentale de la Voie synodale » formulée la semaine dernière par le Vatican « ne snobe pas seulement les Évêques allemands, qui considèrent dans leur grande majorité que des réformes sont nécessaires. Elle ne tient pas compte non plus de l’impatience de nombreux catholiques à l’égard de leur Église.« 

Soixante-trois Évêques allemands étaient à Rome la semaine dernière pour des entretiens avec le Pape François et la Curie romaine.

Une déclaration commune publiée vendredi par le Saint-Siège et la Conférence épiscopale allemande parle de dialogue et de patience, mais montre qu’il n’y a guère d’accord entre le Vatican et les prélats allemands sur le processus qui a suscité des inquiétudes dans le monde entier et des mises en garde contre un nouveau schisme en provenance d’Allemagne.

Le président de la Conférence épiscopale allemande, l’Évêque Georg Bätzing, a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse samedi matin qu’il n’y avait aucune intention de quitter le catholicisme. Au contraire, a-t-il dit, les partisans du Chemin synodal veulent rester catholiques, « mais nous voulons être catholiques d’une manière différente« .

L’Évêque Stefan Oster de Passau a été l’un des premiers Évêques à s’exprimer après la visite à Rome.

Il a souligné qu’il n’y avait eu « aucune concession à aucun moment » du processus allemand.

Oster a également noté l’absence du Pape François à la réunion de vendredi, « contrairement à nos attentes et à la première annonce. »

Le fait que le Pape n’ait pas participé à la réunion avec le secrétaire d’État, le Cardinal Pietro Parolin, et les chefs de certains autres dicastères – alors que cela avait été annoncé initialement – a été considéré par le président de la Conférence épiscopale allemande comme un élément positif.

L’évêque Bätzing, du Limbourg, a déclaré : « Le Pape est un jésuite intelligent. Il nous a laissé lutter les uns avec les autres comme des frères« .

Bätzing a déclaré que certains évêques allemands avaient cherché la « clarté » sur les résolutions controversées du Chemin synodal, posant des questions pour obtenir des « réponses claires » aux questions, dans le sens de « est-ce possible ou non ? »

Bien que la Curie romaine puisse une fois de plus résumer « ses objections, ses préoccupations » concernant le processus allemand, la voie synodale a pris ses décisions, y compris concernant un Conseil synodal permanent, a ajouté Bätzing.

Le Vatican est intervenu en juillet contre un tel organe, mettant en garde contre la menace d’un nouveau schisme de l’Allemagne.

À lire aussi | L’Abbé François Schneider, dit-il la vérité sur l’avortement ?

Mgr Oster a déclaré vendredi que les préfets du Vatican, en particulier le cardinal Luis Ladaria, qui dirige le Dicastère pour la doctrine de la foi, et le Cardinal Marc Ouellet, préfet du Dicastère pour les Évêques, avaient « indiqué très clairement que, d’une part, ils veulent continuer à dialoguer avec les Évêques en Allemagne, ainsi que sur les décisions et les résultats du Chemin synodal en Allemagne« .

Dans le même temps, M. Oster a déclaré qu’il « n’a perçu aucune concession à aucun moment, mais plutôt une opposition claire de la part des deux parties » sur les questions essentielles. Il s’agit notamment de l’enseignement moral et du rôle et de la structure de l’Église.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire