in , , ,

Myanmar : un état de tourmente et de souffrance sans précédent

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Myanmar : un état de tourmente et de souffrance sans précédent
Myanmar : un état de tourmente et de souffrance sans précédent

Dans une interview accordée à ACI Prensa, le Cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Yangon au Myanmar, a déclaré que le pays est dans un « état de tourmente et de souffrance sans précédent, qui semble ne pas avoir de fin » en raison d’un coup d’État survenu au début de l’année 2021, en pleine pandémie de COVID-19.

Le conflit a déjà endommagé ou détruit plus de 100 lieux de culte, a rapporté le cardinal, et la violence s’est étendue à de nombreuses régions du territoire.

De plus, il a indiqué que près de 3 millions de personnes ont été déplacées et ont un besoin urgent d’aide, qui arrive progressivement grâce au travail de l’Église catholique et d’autres organisations non gouvernementales telles que Religions for Peace.

Liberté religieuse menacée

Bien que le Myanmar soit un pays à majorité bouddhiste, la constitution garantit la liberté religieuse. Cependant, Bo a souligné une réalité inquiétante :

« La dernière décennie a vu émerger des forces fondamentalistes qui ciblent les religions minoritaires.« 

La situation a été exacerbée par les récents troubles politiques qui affectent les personnes de toutes confessions, souffrant des conséquences d’une guerre civile en expansion. « La paix est la prière commune de toutes les religions« , a insisté le cardinal.

Le conflit a laissé une marque dévastatrice sur l’infrastructure religieuse du pays, notamment dans la région de Sagaing et le diocèse de Loikaw, a rapporté l’archevêque.

« L’attaque contre les lieux de culte a forcé de nombreuses congrégations à abandonner leurs églises, un coup dur pour les communautés majoritairement chrétiennes comme les Kachins« , a-t-il déploré.

De plus, les groupes ethniques armés, qui ne représentent officiellement aucune religion, sont souvent à tort associés à leur foi particulière, ce qui conduit rapidement à des attaques contre les lieux de culte.

Comment l’Église catholique survit-elle ?

« L’été a apporté une chaleur insupportable et l’eau est rare. L’Église a souffert mais continue d’être une source de guérison, notamment grâce aux prêtres et au travail social religieux », a relaté Bo.

Le prélat a également déclaré que les églises catholiques ont accueilli de nombreuses personnes déplacées à l’intérieur du pays.

« Les besoins sont énormes et la sécurité alimentaire est une nécessité urgente pour notre peuple« , a-t-il souligné.

Le cardinal, également président de la Conférence des évêques du Myanmar, a indiqué que de nombreuses communautés religieuses ont perdu leurs maisons, monastères et églises à cause de la violence.

En novembre 2018, le pape François a visité le pays. Selon l’archevêque de Yangon, lors de sa visite, le pape a délivré « plusieurs messages d’amour et de paix, mais malheureusement, ils n’ont pas été pris en compte. » Malgré tout, le pontife, a ajouté le cardinal, a apporté un message de paix entre les religions et leurs leaders.

Face à tant de violence, le cardinal a lancé un appel universel pour instaurer la paix au Myanmar : « Nous appelons toutes les parties à rechercher un chemin de paix. Au début de la guerre, l’Église a essayé de rassembler toutes les parties pour travailler au consensus. Récemment, les voies de la paix semblent limitées, mais l’Église continue de tendre la main à tous les acteurs dans l’espoir de parvenir à la paix.« 

L’ONU avertit : ‘Un cauchemar sans fin’ au Myanmar

Début mars, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a exprimé sa profonde préoccupation concernant la situation au Myanmar, décrivant la crise comme un « cauchemar sans fin » infligeant des niveaux de souffrance et de cruauté insupportables à sa population.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a rapporté en mai que le régime militaire a causé des milliers de morts, notamment par des frappes aériennes dans les villes et villages, et a détenu arbitrairement plus de 20 000 opposants, dont 3 909 femmes.

À lire aussi | Carlo Acutis sera le premier saint millénaire

En outre, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé en avril à une cessation immédiate de la violence, à la libération des prisonniers détenus arbitrairement et à une amélioration de l’accès humanitaire.

Enfin, l’ONU a également rapporté que l’urgence humanitaire s’aggravera cette année, avec 18,6 millions de personnes ayant besoin d’aide en 2024, un chiffre 19 fois supérieur à celui enregistré en février 2021.

Le coup d’État au Myanmar

Début 2021, les forces armées du pays asiatique (connues sous le nom de Tatmadaw) ont pris le contrôle du gouvernement, alléguant une fraude électorale lors des élections générales du 8 novembre 2020, où le parti de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) d’Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix en 1991, a remporté une victoire écrasante.

Cependant, ces allégations de fraude n’ont pas été soutenues par des observateurs indépendants et sont perçues par beaucoup comme une excuse pour que les militaires reprennent le contrôle du pays.

Cet article prend pour source Catholic News Agency (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Carlo Acutis sera le premier saint millénaire

Carlo Acutis sera le premier saint millénaire

Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité

Un et Un et Un sont Un. Une Homélie pour le Dimanche de la Trinité