in , , , ,

Pécheur, ne laissez pas passer cette récolte – Homélie pour le 27e dimanche de l’année

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’Évangile d’aujourd’hui est empreint d’une urgence et d’une clarté qui font souvent défaut aux chrétiens d’aujourd’hui, y compris au clergé.

Dans cet évangile, le message est urgent, provocateur et clair : un jour de jugement s’annonce pour chacun d’entre nous et nous devons être prêts. Ce message donne à réfléchir à un monde moderne qui rejette souvent l’idée du jugement et certainement celle de l’enfer. Pourtant, Jésus dit clairement que le Royaume de Dieu peut nous être enlevé si nous refusons d’en accepter les fruits dans notre vie.

Les paraboles utilisées par Jésus pour enseigner le jugement et la réalité de l’enfer sont souvent très vivantes, voire choquantes dans leurs images brutales. Ce ne sont certainement pas des histoires pour les personnes facilement offensées. Elles sont également difficiles à accepter pour ceux qui ont essayé de transformer Jésus en une sorte de compagnon agréable et affirmatif plutôt que le prophète et Seigneur intransigeant qu’il est.

Personne n’a parlé de l’enfer plus souvent que Jésus. Tenter de réconcilier ces enseignements présentés sans ménagement avec le Dieu qui nous aime tant, renvoie aux mystères plus profonds de la justice et de la miséricorde et à leur interaction avec la liberté humaine. Mais ce point doit être clair : personne ne nous aime plus que Jésus et pourtant personne n’a parlé de l’enfer et de sa certitude plus souvent que Jésus. Personne ne nous a mis en garde contre le jugement et ses conséquences inéluctables plus souvent que Jésus. Par amour pour nous, Jésus parle de la mort, du jugement, du paradis et de l’enfer. En tant que personne qui nous aime, il veut qu’aucun d’entre nous ne soit perdu. C’est pourquoi il nous avertit ; il dit la vérité dans l’amour.

Historiquement, cette parabole avait pour les anciens Juifs une signification qui s’était déjà réalisée. Dieu avait établi sa vigne, Israël, et en avait pris soin. Il leur a donné toutes les bénédictions, les a fait sortir de l’esclavage et les a établis dans la Terre promise. Pourtant, en cherchant les fruits de la justice, il n’en trouva guère. Alors qu’il envoyait de nombreux prophètes pour les avertir et les inciter à porter ces fruits, ceux-ci furent persécutés, rejetés et même assassinés. Enfin, Dieu envoya son Fils, mais lui aussi fut assassiné. C’est alors qu’une sentence est prononcée : Il fera mourir ces misérables d’une mort misérable et il louera sa vigne à d’autres vignerons qui lui en donneront le produit en temps voulu… C’est pourquoi, je vous le dis, le Royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à un peuple qui en produira les fruits. En 70 après J.-C., Jérusalem était détruite ; le Temple ne devait jamais être reconstruit.

Le peuple juif n’est pas montré du doigt dans les Écritures, car nous sommes tous, comme eux, une vigne, et si nous n’y prenons pas garde, leur histoire sera notre propre histoire. Comme les anciens, nous avons une décision à prendre. Soit nous acceptons l’offre du Royaume et nous cédons ainsi à l’œuvre du Seigneur et produisons une récolte, soit nous subissons le jugement pour avoir choisi de rejeter l’offre du Royaume. Dieu ne nous forcera pas à accepter sa royauté ou son royaume. Nous avons un choix à faire et ce choix sera au cœur du jugement que nous subirons.

Regardons de plus près l’Évangile et appliquons-le à la vigne de notre vie.

I. LE SEMIS – Le texte dit : « Un propriétaire planta une vigne, l’entoura d’une haie, y creusa un pressoir et construisit une tour. Puis il la loua à des locataires et partit en voyage. »

Remarquez l’attention et la providence du propriétaire (Dieu) qui a donné à chacun d’entre nous la vie et toutes sortes de grâces. L’image de la vigne indique que nous avons la capacité de porter du fruit. Cela signifie les nombreux dons, talents et capacités que Dieu nous a donnés.

La haie évoque la protection de sa grâce et de sa miséricorde. Bien que le monde puisse être un endroit tentant, Dieu a mis autour de nous une haie de protection qui est suffisante pour nous garder à l’abri du péché grave, si nous acceptons son pouvoir.

Mais notez aussi qu’une haie implique des limites. Ainsi, les grâces protectrices de Dieu, bien que suffisantes, signifient que nous devons vivre dans des limites, à l’intérieur de la haie qui empêche les animaux sauvages de la tentation de dévorer les fruits de notre vigne.

La tour symbolise l’Église, qui monte la garde comme une sentinelle qui nous avertit des dangers pour nous qui vivons à l’intérieur des limites de la haie. La tour (l’Église) se dresse également en signe de contradiction avec le monde hostile de l’extérieur, qui cherche à dévorer les fruits de la vigne.

Le fait que le propriétaire loue la vigne nous rappelle que nous ne nous appartenons pas ; nous avons été achetés à un prix élevé. C’est Dieu et lui seul qui a créé toutes ces choses que nous appelons nôtres. Nous ne sommes que des intendants, même de nos vies. Nous appartenons à Dieu et devons rendre des comptes et produire des fruits, comme nous le verrons plus loin.

Mais il faut insister sur ce point : Dieu a pris grand soin de nous ; il nous a donné sa grâce, sa miséricorde, sa personne même. Comme le dit le texte d’Isaïe :

« Que fallait-il faire de plus pour ma vigne que ce que je n’avais pas fait ? Dieu nous aime et ne veut pas que nous nous perdions. Il nous donne toutes les grâces et la miséricorde dont nous avons besoin pour réussir. Le Seigneur dit : Je suis vivant, déclare l’Éternel souverain, je ne prends pas plaisir à la mort des méchants, mais je veux qu’ils se détournent de leur voie et qu’ils vivent. Revenez ! Détournez-vous de vos mauvaises voies ! Pourquoi mourrez-vous, maison d’Israël ? (Ez 33:11) »

Il faut insister sur ce point avant que nous ne nous plaignions trop vite du jugement qui suivra. Dieu offre toutes les grâces possibles pour nous sauver. C’est à nous d’accepter ou de rejeter cette aide.

II. LA RECHERCHE – Le texte dit : « Lorsque le temps des vendanges approcha, il envoya ses serviteurs vers les vignerons pour obtenir ses produits.« 

Il y a des moments dans nos vies où Dieu cherche des fruits. Rappelez-vous qu’il est le propriétaire et que les fruits lui reviennent de droit. Il a tout fait pour faire naître le fruit et mérite maintenant de voir le produit de sa grâce dans la vigne de notre vie, qui est la sienne.

Et quels fruits le Seigneur recherche-t-il ? Les valeurs et les fruits du Royaume : la foi, la justice, la miséricorde, la paix, le pardon, la chasteté, la fidélité, la générosité, l’amour des pauvres, l’amour de la famille et des amis, même l’amour de l’ennemi, la bonté, la vérité, la sincérité, le courage de dire la vérité et de témoigner de la foi, l’esprit évangélique.

Notons aussi que le texte dit qu’il envoie des serviteurs pour obtenir les produits. Il s’agit là aussi d’une preuve de la miséricorde de Dieu. Historiquement, les « serviteurs » de Dieu étaient les prophètes. Et Dieu a envoyé les prophètes non seulement pour récolter la justice, mais aussi pour rappeler, clarifier et appliquer la Parole de Dieu et avertir les pécheurs. Dieu a patiemment envoyé plusieurs générations de prophètes pour aider Israël.

Il en va de même pour nous. Dieu nous envoie de nombreux prophètes pour rappeler, clarifier, appliquer et avertir. Ce sont peut-être des prêtres ou des religieux, des parents, des catéchistes, des enseignants ou des modèles. Mais ils font tous partie du plan de Dieu pour nous avertir de porter du fruit et pour nous aider à susciter et à obtenir certains de ces fruits pour Dieu. Chacun à sa manière dit, comme saint Paul dans la deuxième lecture d’aujourd’hui :

« Tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est beau, tout ce qui est aimable, s’il y a quelque chose d’excellent et s’il y a quelque chose de digne de louange, pensez à ces choses. Continuez à faire ce que vous avez appris, reçu, entendu et vu en moi (Ph 4,8-9). »

Oui, Dieu recherche des fruits, et à juste titre. Et il envoie ses serviteurs, les prophètes, pour aider à les faire naître en nous.

III. LE PÉCHÉ – Le texte dit : « Les locataires se saisirent des serviteurs ; ils frappèrent l’un, tuèrent l’autre, et lapidèrent le troisième. Il envoya encore d’autres serviteurs, plus nombreux que les premiers, mais ils les traitèrent de la même manière. Enfin, il leur envoya son fils, pensant qu’ils respecteraient mon fils. Mais quand les métayers virent le fils, ils se dirent les uns aux autres : « C’est l’héritier. Venez, tuons-le et prenons son héritage. Ils le saisirent, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.« 

Ainsi, malgré tout ce que Dieu a fait en envoyant ses serviteurs, les prophètes, les vignerons les rejettent tous, et avec de plus en plus de véhémence. Leur cœur s’endurcit. Le propriétaire (Dieu) va même jusqu’à manifester son amour et sa volonté de sauver, en envoyant son propre fils. Mais ils le traînent hors de la vigne et le tuent. Oui, Jésus est mort aux portes de la ville, assassiné pour avoir cherché le fruit de la foi auprès des vignerons.

Qu’en est-il de nous ? Trop nombreux sont ceux qui rejettent les prophètes de Dieu. Ils le font avec une véhémence croissante et un traitement abusif. Beaucoup aujourd’hui méprisent l’Eglise, méprisent les Ecritures, méprisent les pères, les mères, les amis, les chrétiens en général qui cherchent à clarifier et à appliquer la Parole de Dieu et à avertir de la nécessité de se tenir prêts. Il est tout à fait possible que, pour chacun d’entre nous, des résistances répétées entraînent un endurcissement du cœur. En fin de compte, certains, en fait beaucoup selon Jésus, tuent effectivement la vie de Dieu en eux et rejettent totalement le Royaume de Dieu et ses valeurs. Ils ne veulent pas vivre une vie où se manifestent le pardon, la miséricorde, l’amour des ennemis, la chasteté, la justice, l’amour des pauvres, la générosité, la bonté, le témoignage du Seigneur et de la vérité.

Nous devrions faire preuve d’une grande sobriété, car ils sont très nombreux aujourd’hui à être dans ce cas. Certains se sont simplement éloignés et sont indifférents. (Certains, il faut le dire, ont été blessés ou ont du mal à croire, mais au moins ils restent ouverts). D’autres encore haïssent passionnément l’Église, l’Écriture et tout ce qui a trait à Dieu, et rejettent explicitement un grand nombre, voire la plupart des valeurs du royaume énumérées ci-dessus. Il est urgent de continuer à tenter de les atteindre, comme nous le verrons.

IV. LA SENTENCE – Le texte dit : « Que fera le propriétaire de la vigne à ces vignerons, quand il viendra ? Ils lui répondirent : « Il fera mourir ces misérables d’une mort atroce, et il louera sa vigne à d’autres vignerons qui lui en donneront le produit en temps voulu. C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à un peuple qui en produira les fruits.« 

Voici donc la phrase : si vous ne voulez pas du Royaume, vous n’êtes pas obligés de l’avoir. À un certain niveau, il nous semble que tout le monde veut le Royaume, c’est-à-dire que tous ceux qui ont un tant soit peu de foi en Dieu veulent aller au Ciel. Mais qu’est-ce que le paradis ? C’est la plénitude du Royaume de Dieu. Ce n’est pas seulement un lieu que nous avons créé. C’est le lieu où la volonté de Dieu, où les valeurs du Royaume s’épanouissent pleinement. Mais comme nous l’avons vu, nombreux sont ceux qui ne veulent pas vivre chastement, qui ne veulent pas pardonner, qui ne veulent pas être généreux et aimer les pauvres, qui ne veulent pas que Dieu ou quelqu’un d’autre soit au centre, qui ne veulent pas adorer Dieu.

L’exclusion de soi – Ayant rejeté les valeurs du Royaume, et ayant rejeté les prophètes qui les ont avertis, beaucoup s’excluent tout simplement du Royaume. Dieu n’imposera le Royaume à personne. Si vous n’en voulez pas, même après la grâce et la miséricorde de Dieu et son plaidoyer par l’intermédiaire des prophètes, vous n’êtes pas obligés de l’avoir. Il vous sera retiré et donné à ceux qui le veulent et apprécient son aide.

L’existence de l’enfer s’enracine essentiellement dans le respect de Dieu pour notre liberté, car nous avons été appelés à aimer. Mais l’amour doit être libre et non contraint. C’est pourquoi l’enfer doit exister. C’est l' »arrangement alternatif » que les autres prennent pour eux-mêmes dans leur rejet du Royaume de Dieu. À un moment donné, Dieu pose la question, et à la mort, notre décision est fixée pour toujours.

Oui, l’enfer et le jugement qui le précède sont clairement enseignés ici et en de nombreux autres endroits par Jésus (par exemple, Mt 23:33 ; Lc 16:23 ; Mc 43:47 ; Mt 5:29 ; Mt 10:28 ; Mt 18:9 ; Mt 5:22 ; Mt 11:23 ; Mt 7:23 ; Mt 25:41 ; Mc 9:48 ; Luc 13:23 ; Ap 22:15 ; et beaucoup, beaucoup d’autres). Cet enseignement est celui d’un Seigneur qui nous aime et veut nous sauver, mais qui est aussi bien conscient de notre entêtement et de notre raideur de cou.

A lire aussi | Le pape nomme à nouveau une femme à un poste élevé au Vatican

Quelle est une réponse saine à cet enseignement ? Travailler sérieusement au salut des âmes, à commencer par la nôtre. Rien n’a autant détruit l’évangélisation et l’activité missionnaire que la notion moderne selon laquelle tout le monde va au paradis. Rien n’a autant détruit le zèle pour la vie morale ou la soif des sacrements, de la prière et de l’Écriture. Et rien n’est aussi contraire à l’Écriture que le rejet de l’enfer et l’idée que tout le monde va au paradis.

Mais plutôt que de paniquer ou de désespérer, nous devrions nous mettre au travail et nous montrer plus pressants dans notre quête pour gagner des âmes au Christ. Avec qui le Seigneur veut-il que vous travailliez pour le ramener à lui ? Priez et demandez-lui :

« Qui, Seigneur ? »

Le Seigneur ne veut pas que les gens se perdent. Mais, comme autrefois, il envoie toujours ses prophètes (c’est-à-dire vous) pour ramener tous ceux qui veulent bien l’écouter. Travailleras-tu pour le Seigneur ? Travaillerez-vous pour les âmes ? Car le jour du jugement approche et le Seigneur doit nous y préparer. Serez-vous pressés de le faire, pour vous et pour les autres ?

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Mgr Charles Pope – ADW (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le pape nomme à nouveau une femme à un poste élevé au Vatican

Le pape nomme à nouveau une femme à un poste élevé au Vatican

Prier le Rosaire pour mettre fin au fléau de l'avortement

Prier le Rosaire pour mettre fin au fléau de l’avortement