in , , , ,

Quatrième dimanche de Carême – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce quatrième dimanche de Carême ; Aucun d’entre nous ne devrait prendre les publicités télévisées trop au sérieux. Mais il y a un type de personne qui devrait absolument s’en éloigner.

Il s’agit des personnes qui, lorsque les symptômes d’une maladie sont décrits, sont convaincues d’être atteintes de cette maladie. Vous pouvez dire ce que vous voulez, ils l’ont. Elles peuvent être malades ou non, mais elles ont une imagination débordante – et elles aiment être en mauvaise santé.

D’un autre côté, il existe de nombreuses maladies qui nous affligent et qui ne sont pas imaginaires. Chacun d’entre nous en reçoit une bonne part, de la varicelle à la mort. Si nous parlons non seulement de maladie, mais aussi de souffrance et de tragédie, nous ne parlons plus à la légère.

Un enfant naît gravement handicapé. Une personne est blessée à vie dans un accident de voiture. Quelqu’un est privé de sa santé par une maladie mystérieuse. Ce sont les affligés. Affligés, sinon par Dieu, du moins par la vie. Il est tout à fait humain de se demander pourquoi ces choses arrivent. Pourquoi moi ou mes enfants ?

La cécité du méchant dans l’histoire de l’Évangile est une chose maléfique, et vous avez entendu deux théories qui ont tenté de l’expliquer. A-t-il péché ou ses parents ont-ils péché ? Les Juifs croyaient que la souffrance était le résultat direct d’une vie de péché. Mais ce jeune homme est né aveugle. Cela ne pouvait donc pas être le résultat de ses péchés. Les disciples eux-mêmes demandent alors qui a péché : cet homme ou ses parents ?

Jésus rejette les deux réponses. Les disciples sont intrigués par la question séculaire : pourquoi y a-t-il tant de souffrance dans le monde ? Comme nous, ils ne peuvent s’empêcher de se demander pourquoi Dieu a fait les choses ainsi. Bien sûr, la réponse courte à cette question est que Dieu ne fait pas le mal. À cause de notre libre arbitre, la race humaine s’est rebellée contre Dieu et le mal est entré dans le monde. Mais il a toujours été et sera toujours difficile pour nous d’obtenir une réponse complète au problème du mal.

L’une des réponses ou des idées données à tous les chrétiens est la croix. Qu’on le veuille ou non, on nous dit que suivre le Christ signifie accepter l’adversité dans la vie. Il faut faire face à l’inévitabilité de la croix. Nous faisons tous l’expérience de la croix. Si vous ne l’avez pas encore fait, vous le ferez. Prendre sa croix chaque jour n’est pas une suggestion, mais un commandement.

Nous sommes tous confrontés à la douleur à un moment ou à un autre. Physique ou émotionnelle. Ce qui compte, c’est ce que nous faisons de cette douleur, de cette croix. N’est-il pas étrange que des deux condamnations qui ont été crucifiées avec le Christ sur le Calvaire, une seule soit entendue ? Sa promesse qu’en ce jour, tu seras avec moi dans le paradis ?

N’est-il pas pitoyable que deux hommes aient souffert la même agonie et qu’un seul ait profité de sa douleur ? L’autre a maudit le Christ de l’avoir gardé sur la croix. Pourquoi ? Parce que pour l’un, la croix était une pure souffrance. Pour l’autre, la croix était synonyme de sacrifice. Souffrance et sacrifice ne sont pas synonymes. C’est la tragédie d’un monde désorienté de les avoir confondus. Le sacrifice est une souffrance qui a un but.

J’ai vu un jour un film dans lequel une femme souffrait d’une maladie douloureuse. Son mari lui dit : « Faites-vous des amis avec la douleur et elle cessera de vous faire souffrir« . C’est une belle pensée, mais ce n’est pas tout à fait vrai. La solution est plus profonde. Devenez l’ami de Dieu, et vous cesserez peut-être de vous demander « pourquoi« . Et plutôt commencer à demander « comment« .

Comment, Seigneur, vas-tu m’aider à traverser ce passage ? Porter ce fardeau, ou dans les langues chrétiennes, porter cette croix. L’homme de l’Évangile qui a recouvré la vue ne s’est même pas approché de Jésus pour lui demander. Jésus est venu à lui.

Il est déjà venu à vous par le baptême. Il continue à venir à vous dans les paroles de l’Écriture, dans les sacrements de l’Église. Il nous a montré comment faire face à la souffrance. Il n’a pas reculé devant elle. Sa croix était littérale. Il l’a saisie à deux mains, l’a empoignée, a lutté avec elle. Jésus n’a pas accepté sa croix, c’est une attitude passive. Jésus a pris sa croix, l’a embrassée parce que c’était la volonté de son Père. Cela nous rappelle que la souffrance peut être un voyage avec un but. Ce n’est pas une route sans fin qui ne mène nulle part.

À lire aussi | Perpignan : Abondance de pluie après la procession

Beaucoup d’entre nous sont comme ces disciples sur la route d’Emmaüs, quittant Jérusalem, s’éloignant de la mort et de la souffrance. Et nous aimons tous faire cela. Mais lorsque nous le faisons, nous passons à côté de la résurrection.

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire