Rocco Siffredi : la dépendance sexuelle a une nature diabolique
in , , , ,

Rocco Siffredi : la dépendance sexuelle a une nature diabolique

Dans une récente interview télévisée, la star italienne du porno a parlé de sa dépendance sexuelle comme d’un esclavage qu’il a vécu avec beaucoup de souffrance, et a déclaré que cette obsession folle avait des caractéristiques démoniaques.

Le 15 novembre, Rocco Siffredi, le roi du porno, était l’invité d’un programme sur une chaîne italienne.

Rocco Siffredi et les souffrances causées par l’esclavage sexuel

Il y a un passage dans cette interview qui frappe beaucoup et qui sort du récit habituel de la star du porno fait de performances, de détails durs, de gains faramineux. Siffredi, ému, confie quelque chose de profond et de douloureux sur lui-même : son désir de se castrer et de mourir pour se libérer de l’addiction au sexe.

Et ce n’est pas tout. L’entretien ouvre une réflexion sérieuse que l’on ne s’attendait pas à voir stimulée par ce personnage.

Avec 1700 films à son actif, et 130 prix remportés, l’acteur a annoncé une semi-nouveauté : il a arrêté il y a quelques mois pour la troisième fois (la bonne, espérons-le) de jouer dans des films pornographiques, mais pas de les tourner. Parce que :

« Le porno n’est pas seulement ma vie, c’est aussi mon travail« .

« Je ne joue plus« 

« Finalement, il semble que j’ai arrêté ! – dit-il – cela fait un moment que je n’ai plus rien fait en tant qu’acteur, plus devant la caméra. (…) Et on dirait que j’y arrive, parce que j’ai dit trois fois que j’arrête et puis je rechute, je suis très faible à cet égard. (…) Je vais complètement vers ma femme. Une fois, ils m’ont dit : « Rocco, le secret c’est de ne regarder que ta femme et toute ton énergie que sur elle« . Je dois dire que ça marche.« 

Siffredi est marié à sa femme Rozsa depuis 29 ans et ils sont parents de deux enfants.

L’abîme de la promiscuité

En 2004, il quitte pour la deuxième fois le monde du porno afin de se consacrer à sa famille, d’avoir une relation plus pure et plus authentique avec Rosa. Mais malheureusement, il n’est pas en mesure de réaliser cette intention.

La journaliste lit une déclaration de Siffredi :

« Je suis allé avec plus de mille prostituées dans la rue parce que j’étais fou. Ma femme est si jolie mais la variété me manquait.« 

Il le commente ainsi :

« Pas seulement les prostituées, tout ce que l’addiction vous donne. Tu sors et tu vois des hommes, des femmes, des transsexuels. Tout. (…) les enfants me disaient : « papa, on joue, papa, on joue ». Et je disais, « Papa doit sortir maintenant, puis je viens. » Tous les jours, tous les jours.« 

Et au lieu de cela, il rentrait tard le soir, après avoir eu des « relations non-stop » toute la journée.

Rocco Siffredi : Je ne manquais de rien, poursuivait-il, je partais simplement sans âme, je partais. Je sortais et si je ne trouvais pas de prostituée, c’était pareil.

Francesca Fagnani lit une deuxième déclaration de l’acteur :

« Lorsque cette pulsion m’assaille dans sa forme la plus violente, je vais même jusqu’à penser que je voudrais me castrer pour résoudre le problème. Mais c’est précisément à ce moment-là que je demande à Dieu de m’aider par l’intercession de ma mère. »

La star du porno ajoute et explique ce que la dépendance a provoqué chez lui : le désir de mourir. C’est l’un des passages les plus forts de toute l’interview :

« Qu’avez-vous demandé à Dieu ou à votre mère dans ces moments-là ? » demande le journaliste.

Siffredi répond en larmes : « Que Dieu me laisse simplement mourir« .

Une période tragique et très difficile qui a duré longtemps, dit-il, et dont il s’est maintenant « bien sorti » avec l’aide de sa femme.

J’ai peur de ne jamais en sortir complètement, mais je dois essayer de diriger mes énergies pour y arriver. Je dois dire que je me suis beaucoup amélioré. Je peux gérer ma personnalité, ne pas être trop faible.

La présentatrice lit une troisième déclaration :

« Elle me fait parfois perdre la tête, au point de me rendre presque agressive. Il fut un temps où j’avais peur de ne pas savoir comment m’arrêter ».

La star du porno commente :

« Quand on parle du diable, à mon avis, aujourd’hui, le diable, c’est le sexe. (…) »

Il s’agit d’une déclaration très forte, car elle est prononcée par un homme qui est complètement éloigné de la foi. Et quel que soit le sens que l’on veuille donner au terme qu’il utilise :  » diable « , il ne fait aucun doute que Siffredi vit son obsession du sexe comme quelque chose de démoniaque. C’est donc une force maligne à laquelle on ne peut résister, qui prend définitivement possession de la vie mentale, conduisant l’individu, par la séduction d’un plaisir illimité, à l’autodestruction.

Les mots de Rocco Siffredi pour un croyant résonnent avec détresse comme la représentation vivante de la manière sournoise dont le diable – aujourd’hui plus que jamais – prend possession d’une âme, l’asservissant et la réduisant à lui-même.

À lire aussi | La vie de Mahomet d’après l’histoire de l’Église Catholique

En ce sens, il devient involontairement le « témoignage parfait » de ce que l’Église affirme avec force sur les dommages très graves que l’esclavage sexuel et la pornographie causent aux individus, en particulier aux plus jeunes, en les vidant de leur vitalité et en les laissant extrêmement malheureux.

Cet article a été publié originellement et en italien par le Aleteia (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire