Saint François de Sales, Évêque et médecin, priez pour nous
in , , , , , ,

Saint François de Sales, Évêque et médecin, priez pour nous

Je présente saint François de Sales (1567-1622) parmi les « Saints dans l’art » de ce mois-ci parce que le 28 décembre était le 400e anniversaire de sa mort. (Je n’ai toujours pas compris pourquoi sa fête tombe le 24 janvier, si ce n’est que le 28 décembre est devancé par la fête plus ancienne des Saints Innocents).

Alors, pourquoi s’intéresser à quelqu’un qui est mort il y a 400 ans ? Qu’a-t-il à dire aux gens d’aujourd’hui ?

Beaucoup de choses.

L’un des éléments les plus importants de la spiritualité de saint François de Sales est l’accent mis sur la sainteté comme étant l’affaire de tous. Son Introduction à la vie dévote – l’un des ouvrages classiques les plus importants de la spiritualité catholique – n’a pas été écrit pour les religieux. Elle a été écrite pour les catholiques moyens, d’une manière qui la rend encore lisible par le catholique moyen. Introduction a été écrit non pas pour des personnes qui prévoient de renoncer au monde, mais pour des personnes qui continueraient à vivre dans le monde tout en s’efforçant de devenir saintes.

C’était assez révolutionnaire pour l’époque. Oui, l’Écriture nous dit « soyez saints comme votre Père céleste est saint » (Matthieu 5:48) mais, à un certain moment, la perfection spirituelle a été considérée comme la province d’un petit nombre de personnes, tandis qu’éviter le péché semblait être la préoccupation de la grande majorité. Saint François de Sales a rejeté cette idée.

Peut-être François de Sales ne nous semble-t-il pas si révolutionnaire, étant donné que nous avons vécu avec l’accent renouvelé du Concile Vatican II sur l’appel universel à la sainteté. Comme l’a enseigné le Concile, « le Seigneur Jésus, le divin Maître et Modèle de toute perfection, a prêché la sainteté de vie à chacun de ses disciples de toute condition » (Lumen gentium, n° 40). Mais dans la France des XVIe et XVIIe siècles, c’était différent.

Une autre façon pour François de parler aux gens d’aujourd’hui est le « désespoir » que certains appellent les crises de conscience dont il a souffert dans sa jeunesse. François était profondément inquiet pour son salut ; ce n’est qu’après avoir invoqué la Sainte Vierge Marie qu’il a réalisé que « Dieu a voulu du bien pour lui« .

Dans l’Église de Nice d’aujourd’hui, cela pourrait ne pas sembler si remarquable (bien que je soupçonne plus de gens d’en douter que de le laisser croire). Mais au XVIe siècle, marqué par la peste, la guerre et une mortalité élevée, François n’était pas le seul à avoir ces craintes. La question est de savoir comment y faire face. Martin Luther, par exemple, a choisi d’inventer sa propre église.

Ce souci de son propre salut a également alimenté le point soulevé plus haut, à savoir que Dieu veut que nous soyons saints. Les réformateurs protestants considéraient la sainteté comme inatteignable. Pour Luther, la grâce de Dieu ne me change pas, mais la façon dont Dieu me regarde. Son analogie est que l’homme est comme un tas de fumier et la grâce de Dieu, de la neige. La neige recouvre le fumier, mais c’est toujours du fumier : n’allez pas vous promener pieds nus dans les tulipes.

Pourtant, parmi les protestants, Luther était l’optimiste. François de Sales vivait près de Genève, le quartier général de Jean Calvin, un fanatique religieux qui considérait l’humanité comme une massa damnata (masse damnée), majoritairement prédestinée à l’enfer, et la nature humaine comme « totalement dépravée« . Avec les protestants qui martelaient cette vision déformée de l’homme, on se contentait d’échapper à la damnation plutôt que d’aspirer à des sommets spirituels.

Né en 1567 dans une famille noble de Savoie, cette partie du sud-est de la France proche de la frontière suisse, François était préparé à une carrière juridique et politique, étudiant à l’université de Paris et en droit à l’université de Padoue. Bien que sa famille souhaite qu’il fasse une carrière politique et juridique, François se sent appelé à la prêtrise. Il a été ordonné en 1593.

Calvin ayant fait de Genève une théocratie, de nombreux catholiques vivaient désormais en Savoie, tandis que les calvinistes étaient influents dans la région. François s’est attelé à la tâche de convertir les calvinistes. Il prêche et fait du prosélytisme. Lorsque les gens n’écoutent pas, il glisse sous leur porte des tracts écrits dans son style gracieux, mais solide. Petit à petit, il commence à avoir de l’effet.

Lorsque l’Évêque de Genève meurt, il en devient le nouvel Évêque en 1602. Il convient toutefois de noter qu’il n’a jamais vécu dans la ville. Comme le canton de Genève réprimait l’Église catholique, l’Évêque a vécu en exil à Annecy – alors en Savoie, aujourd’hui en France, à environ 40 km au sud de Genève.

La prédication populaire de François a inspiré une veuve, Jeanne de Chantal, qui, sérieuse dans sa vie spirituelle, lui a demandé d’être son directeur spirituel. Au cours de ce processus, une amitié s’est nouée qui les a conduits tous deux à des intuitions mystiques plus profondes et a amené Jeanne à fonder un nouvel ordre religieux, les Sœurs de la Visitation. Comme François, elle a été canonisée comme Sainte. Sa spiritualité a ensuite influencé d’autres congrégations religieuses, par exemple Don Bosco à la fin du 19e siècle et ses Salésiens.

François s’est employé à réformer son diocèse et à évangéliser personnellement son troupeau lointain et isolé, réparti sur les pentes des Alpes occidentales. En même temps, il entretenait une correspondance active avec les personnes qui sollicitaient sa direction spirituelle ainsi que ses propres écrits. Introduction à la vie dévote et Traité de l’amour de Dieu sont deux de ses chefs-d’œuvre très lisibles. Pourquoi ne pas les lires ?

François est mort d’une crise cardiaque en 1622. Il a été canonisé en 1665.

Notre saint est représenté dans l’art de Francisco Ruiz de la Iglesia (1649-1704), un peintre baroque espagnol du XVIIe siècle affilié à la cour d’Espagne. Ses œuvres comprennent des thèmes religieux et des portraits. « San Francisco de Sales« , datant des années 1690, est l’un et l’autre.

À lire aussi | L’Évêque allemand controversé pourrait devenir le chef doctrinal du Vatican

Le saint est représenté assidûment à son bureau, en train d’écrire. Il y a assez de papier et de plumes. Il est pris dans un moment de réflexion, regardant au-delà de lui-même, tandis que derrière le rayonnement du saint nom de Jésus (IHS) l’inspire. Pour que personne ne pense que la doctrine est la sienne, un crucifix est placé en évidence à côté de ses écrits, rappelant que l’accent est mis sur le Christ. Le saint est encore relativement jeune – il n’avait que 55 ans à sa mort.

Le tableau est conservé par le musée national espagnol de la sculpture, à Valladolid.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire