in , , ,

Synode sur la synodalité : Homophobie et Homo Sapiens

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Malgré toutes les discussions sur l’Esprit Saint lors du Synode sur la synodalité, un observateur objectif devrait dire que les langues de feu qui ont produit l’Évangile de Jean, la Lettre de Paul aux Romains et l’Apocalypse semblent être à court de mots au fur et à mesure que l’événement se déroule.

Le grand poète irlandais W.B. Yeats, qui n’était pourtant pas catholique, a fait remarquer il y a un siècle que « le Saint-Esprit est une source intellectuelle » :

« Le Saint-Esprit est une fontaine intellectuelle« , et les évêques croyaient-ils que le Saint-Esprit se manifesterait dans la décoration et l’architecture, dans les manières quotidiennes et le style écrit. Quel homme pieux peut lire les Pastorales de notre Hiérarchie sans être horrifié par un style rance, grossier et vague, comme celui des journaux quotidiens ?

Et Yeats n’a jamais vu les « modules » d’un Instrumentum laboris ou écouté des réflexions troubles sur la mission, la communion et la participation.

L’Église catholique possède la tradition culturelle la plus longue et la plus riche du monde. Ce qui doit faire pleurer les anges, c’est de voir le langage ecclésial filandreux, suffisant, pseudo-sociologique, pseudo-psychologique, abrutissant, dans lequel le synode actuel est mené.

C’est comme si l’Église avait décidé que son héritage profond et étendu des prophètes hébreux, des premiers Pères de l’Église, de la philosophie grecque, du droit romain et de toute l’histoire ultérieure des saints et des sages de notre civilisation pouvait être mis de côté dans le but de « marcher ensemble« .

Cette diatribe trouve son origine dans le compte rendu des discussions synodales sur les LGBT, qui ont commencé à la fin de la semaine dernière. Nous ne sommes pas censés savoir ce qui se dit dans la salle synodale. Certains médias proches du pape ont même fait l’éloge de la retenue dont ont fait preuve les participants au synode vis-à-vis des médias. D’autres médias, également proches, ont cependant facilement découvert de ce qu’ils croient être des sources appropriées – parce qu’anonymes – qu’il y a eu des débats émotionnels entre des personnes réaffirmant les enseignements de l’Église sur les LGBT et d’autres appelant à un plus grand « discernement » – ces dernières ayant été acclamées dans la salle.

Il est déjà révélateur que l’acronyme LGBT soit si répandu parmi les enthousiastes et les détracteurs. Mais le Synode, qui semble en partie conçu pour rattraper le « monde« , est – même dans ses éléments les plus progressistes – déjà loin derrière.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a récemment cherché à se défendre des accusations selon lesquelles il s’attaquait aux droits parentaux en matière d’éducation – ce qui aurait pu être un sujet fructueux pour ce synode, soit dit en passant. Il a parlé de la protection des personnes 2SLGBTQI+. Aurons-nous besoin d’un autre synode d’ici peu pour aborder cette question ? Et il y a encore beaucoup de lettres inutilisées dans l’alphabet. Et des chiffres.

Le mot « homophobie » a été rejeté par toutes les personnes présentes dans la salle du synode. C’est très bien si cela signifie que les personnes appartenant à la minorité sexuelle doivent être traitées civilement, comme n’importe qui d’autre.

Mais en tant que catholiques, nous ne devrions pas nous laisser berner par des artifices idéologiques. Lorsque vous acceptez avec désinvolture l’utilisation d’un terme (LGBT) créé à des fins idéologiques – et que vous vous félicitez ainsi de votre humanité – vous êtes à deux doigts du naufrage intellectuel et moral. Prendre le terme « homophobie » au pied de la lettre, c’est croire que toute personne qui rejette ou résiste à ce qui a été considéré récemment comme une aberration sexuelle est elle-même atteinte d’un trouble mental (phobie).

Il y a beaucoup d’hommes et de femmes dans la salle du synode qui savent cela. Et qui connaissent aussi la profondeur et l’ampleur de ce qui est en jeu. Et pourtant, on entend dire que certains participants laïcs s’étonnent que de nombreux évêques restent tranquillement assis pendant que ces termes sont lancés.

Ce serait déjà assez grave si ce genre de fantaisie idéologique se limitait aux questions LGBT. Mais il est clair que sur des sujets comme les « femmes« , la « diversité« , l' »inclusion« , l' »ouverture« , l' »égalité« , c’est comme si les progressistes catholiques avaient reçu le ballon sur la ligne des cinq yards de l’Église tandis que la défense se démenait pour s’aligner.

Plusieurs penseurs catholiques ont répondu que ce qui manque dans tout cela, c’est une authentique « anthropologie » chrétienne, qui indique qui nous sommes – homo sapiens – en raison de qui est Dieu. L’anthropologie n’est probablement pas le terme approprié pour aborder le problème auquel nous sommes confrontés, bien que j’aie moi-même utilisé ce terme pour des raisons de commodité.

La science de l’anthropologie devrait à proprement parler être descriptive. Tout anthropologue peut observer, par exemple, que pratiquement toutes les communautés humaines que nous connaissons ont un ensemble de croyances que nous pourrions qualifier de religieuses, et des normes morales liées à ces croyances.

Le langage utilisé par les communautés humaines sur ces questions n’est pas l’argot de l’internet ou des médias sociaux sur l' »inclusion » et la « diversité« , qui, dans la mesure où ils sont valables (c’est-à-dire dans des limites étroites), dérivent de principes plus fondamentaux. Ces principes sont marqués par des termes – des termes « binaires » – comme sacré/profane, saint/sinistre, divin/humain, et (plus bas dans la chaîne conceptuelle mais toujours dans le même registre), le bien et le mal.

Mais l’anthropologie en tant que telle ne peut pas nous dire ce que nous devons faire. L’anthropologie « chrétienne » elle-même introduit un peu de confusion, car elle associe un concept scientifique à un concept religieux, ce qui rend probablement plus difficile la poursuite correcte des deux.

Pour vraiment comprendre l’homo sapiens, nous avons besoin d’une bonne philosophie. Et de théologie chrétienne. Et une pratique pastorale. Et, par conséquent, un grand courage. Et de l’audace.

A lire aussi | Synode : Des documents confidentiels accessibles publiquement

Les organisateurs du synode ont répété à plusieurs reprises que le synode n’a pas l’autorité de décider, mais seulement de discerner (un terme clé dans la tradition jésuite). Il y a donc une plaisanterie qui circule. Compte tenu des différentes personnalités impliquées, dont le pape François, le verbe « discerner » devrait être conjugué :

Je discerne.
Vous discernez.
Il décide

Oui, mais pendant ce temps, la façon dont le Synode discerne est une sorte de décision, décidant de ce qui est important et donc de l’expérience valide, de ce qui peut ou ne peut pas être discuté, de ce qui est vrai et bon, de la meilleure façon « d’aller de l’avant« , de ce à quoi la future « gouvernance » devrait ressembler.

En bref, ce que signifie être catholique aujourd’hui.

Le pape peut décider d’ignorer tout cela. Mais lui et ses alliés les plus proches ont organisé les choses de telle sorte que, selon toute vraisemblance, il n’aura pas à le faire.

Cet article a été initialement publié par TheCatholicThing puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Synode : Des documents confidentiels accessibles publiquement

Synode : Des documents confidentiels accessibles publiquement

The Chosen annonce la sortie en salles de la saison 4 et une nouvelle bande-annonce

The Chosen annonce la sortie en salles de la saison 4 et une nouvelle bande-annonce