in , , , ,

Un archevêque donne la communion à un cheik musulman

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’archevêque de Londrina, au Brésil, Geremias Steinmetz, a donné la communion à un cheik musulman lors de la messe de funérailles du cardinal Geraldo Majella Agnelo, décédé il y a quelques jours à l’âge de 89 ans. L’incident a suscité la controverse parmi les catholiques et le prélat a publié une explication sur le site web de l’archidiocèse.

Sur les réseaux sociaux, certains se sont demandés comment l’archevêque pouvait donner la communion à un cheik musulman et ont critiqué le prélat.

Les faits

La messe de funérailles a été célébrée le 28 août dans la cathédrale de Londrina et l’archevêque a donné l’eucharistie au cheikh Ahmad Saleh Mahairi de la mosquée Rei Faiçal. À la suite de la controverse, Mgr Steinmetz a fait part au leader islamique des « répercussions engendrées par la communion que j’ai administrée« .

Dans une explication publiée le 30 août, l’archevêque brésilien a déclaré que le cheikh connaissait le cardinal Agnelo depuis les années 1980 « comme un ami, attristé par les funérailles d’un autre ami« . Le cheikh est un homme connu dans diverses sphères de la société et entretient une « relation respectueuse avec l’Église catholique« .

« Il était également l’ami d’un autre archevêque de Londrina, feu Albano Cavallin, avec lequel il entretenait une relation étroite. En tant qu’ami, il a participé à la célébration eucharistique et, en entrant dans la ligne de communion, a reçu le corps du Christ« , a expliqué M. Steinmetz.

« Les images de la retransmission de la Sainte Messe montrent le Cheik Mahairi recevant l’Eucharistie de mes mains, mais ne le montrent pas en train de la consommer. Compte tenu des répercussions de ces images, j’ai demandé au vicaire général de l’archidiocèse de Londrina, le père Rafael Solano, de s’entretenir avec le cheik pour clarifier la situation« , a poursuivi l’archevêque.

M. Steinmetz a ensuite souligné que le cheikh « regrettait profondément ce qui s’était passé, car son désir n’était pas de manquer de respect à l’Église catholique » et a déclaré au vicaire qu’après avoir reçu Jésus « il s’est rendu à son banc, s’est assis et a consommé l’Eucharistie« . Selon lui, Mgr Albano lui avait expliqué il y a de nombreuses années que l’eucharistie est le corps de Jésus, considéré comme un prophète pour l’islam, comme indiqué dans le document de Vatican II « Nostra Aetate » (« En notre temps« ) sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes.

L’archevêque cite un document du pape François

Après cette explication, le prélat a estimé que ces points étaient désormais « clarifiés » et a cité quelques passages du document « Desiderio Desideravi« , que le pape François a publié en 2022 et qui traite de la formation liturgique du peuple de Dieu.

L’archevêque de Londrina a cité le numéro 6 du texte, dans lequel le Saint-Père déclare :

« Mais chaque fois que nous allons à la messe, la première raison est que nous y sommes attirés par son désir pour nous. Pour notre part, la réponse possible – qui est aussi l’ascèse la plus exigeante – est, comme toujours, de nous abandonner à cet amour, de nous laisser attirer par lui.« 

Plus loin, M. Steinmetz a fait référence au numéro 65, qui conclut le document du pape et affirme : « Abandonnons nos polémiques pour écouter ensemble ce que l’Esprit dit à l’Église. Sauvegardons notre communion. Continuons à nous étonner de la beauté de la liturgie. Le mystère pascal nous a été donné. Laissons-nous étreindre par le désir que le Seigneur continue d’avoir de manger sa Pâque avec nous. Tout cela sous le regard de Marie, Mère de l’Église« .

Qui peut recevoir la communion ?

Le canon 844 du Code de droit canonique, la norme qui régit l’Église universelle, établit que « les ministres catholiques administrent licitement les sacrements aux seuls fidèles catholiques« .

À lire aussi | Les Missionnaires de la Charité célèbrent Mère Teresa de Calcutta

Le n° 1355 du Catéchisme de l’Église catholique affirme :

« Dans la communion, précédée de la prière du Seigneur et de la fraction du pain, les fidèles reçoivent « le pain du ciel » et « la coupe du salut », le corps et le sang du Christ qui s’est offert « pour la vie du monde« . (Jn 6,51).

Le texte cite ensuite saint Justin Martyr :

« Nous appelons cette nourriture l’Eucharistie, et nul ne peut y prendre part s’il ne croit pas que ce que nous enseignons est vrai, s’il n’a pas reçu le baptême pour le pardon des péchés et la nouvelle naissance, et s’il ne vit pas en accord avec ce que le Christ a enseigné« .

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire