in , , , ,

125e anniversaire de la dernière encyclique du Pape Léon XIII sur le Rosaire

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Il y a cent vingt-cinq ans, le 5 septembre 1898, le pape Léon XIII publiait Diuturni temporis (« De longue date »), la dernière de sa douzaine d’encycliques sur le Rosaire.

Des mariologues, ainsi que des prêtres dominicains chargés de la direction de la Confraternité du Très Saint Rosaire dans leurs provinces, expliquent pourquoi le Pape Léon XIII a écrit ses encycliques sur le Rosaire et réfléchissent à la signification continue de l’enseignement du Pape Léon.

Le pape Léon avait quatre-vingt-huit ans et régnait depuis deux décennies lorsqu’il écrivit Diuturni temporis (texte latin, traduction anglaise). Adressée aux évêques de l’Église, il s’agit d’une brève lettre encyclique de sept paragraphes seulement. Le pontife y remercie le Dieu tout-puissant pour les grâces qu’il a reçues, résume l’enseignement de ses précédentes encycliques sur le Rosaire et promet de publier un document sur la sodalité (confraternité) du Rosaire, promesse qu’il tiendra un mois plus tard avec la constitution apostolique Ubi primum.

Diuturni temporis est écrit avec tendresse. Dans le premier paragraphe, le pape Léon parle du « doux souvenir de la protection maternelle de l’auguste Reine du Ciel« . Dans le dernier paragraphe, il exprime l’espoir que « dans la dernière heure de la vie, les fidèles puissent être aidés par son assistance et se reposer doucement dans son étreinte« .

Pour commémorer le 125e anniversaire de l’encyclique, CWR a demandé à des mariologues, ainsi qu’à des prêtres dominicains chargés de la direction de la Confraternité du Très Saint Rosaire dans leurs provinces, d’expliquer pourquoi le pape Léon XIII a écrit ses encycliques sur le Rosaire et de réfléchir à la signification continue de l’enseignement du pape Léon. CWR leur a également demandé de décrire comment le pape Benoît XVI et le pape François ont encouragé la dévotion au Rosaire au cours des décennies qui ont suivi la publication du dernier document papal majeur sur le Rosaire, la lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae du pape saint Jean-Paul II en 2002.

Le pape Léon XIII et le Rosaire

Le père Edward Looney, président de la Société mariologique d’Amérique et prêtre du diocèse de Green Bay, a déclaré que le pape Léon XIII avait écrit ses encycliques sur le Rosaire « pour diverses raisons« . L’une d’entre elles était de rappeler aux fidèles l’importance du mois d’octobre et « la valeur du Rosaire« .

Le Pape Léon « a également vu les erreurs et les dangers de son époque et a cru que le Rosaire pouvait y répondre« , a ajouté le Père Looney. « Non seulement le monde était confronté à des problèmes, mais dans sa deuxième encyclique [sur le Rosaire], il a parlé des épreuves au sein de l’Église. Dans la même encyclique, le pape Léon XIII s’inquiétait de la crise sanitaire qui touchait l’Italie« .

R. K. Samy (Rayar Kulandaisamy), prêtre du diocèse de Thanjavur, est le fondateur de la Société mariologique de l’Inde. Décrivant le pape Léon XIII comme « un pape ouvrier avec un armement différent » (le rosaire), le père K. Samy a déclaré que le pontife « a constamment encouragé l’utilisation du rosaire et du scapulaire« , ce qui montre « à quel point la dévotion à Marie est facile et à quel point elle convient aux gens« .

Le pape Léon « offre un modèle absolument parfait de vie domestique en méditant sur la Sainte Famille à Nazareth« , a-t-il poursuivi. « La société dans son ensemble pouvait ainsi expérimenter les effets salutaires des dévotions« .

« Le pape Léon XIII avait une grande dévotion pour l’apparition de Notre-Dame de Lourdes et de saint Louis de Montfort« , a ajouté le Dr Robert Fastiggi, professeur de théologie au Sacred Heart Major Seminary (Détroit) et membre du conseil d’administration de la Mariological Society of America. « Cela explique en partie son amour du Rosaire« .

« Il ressort également de ses écrits qu’il considérait le Rosaire comme une arme spirituelle pour contrecarrer les mouvements qui, en Europe, menaçaient la foi catholique, tels que la franc-maçonnerie, le communisme et l’anticléricalisme« , a poursuivi M. Fastinggi.

« Nous devons nous rappeler que Léon XIII est devenu pape en 1878, soit huit ans après la prise des États pontificaux par [Giuseppe] Garibaldi, qui était franc-maçon. Dans ses écrits sur le Rosaire, il fait souvent référence aux menaces croissantes qui pèsent sur la foi et au Rosaire comme antidote« .

« Sur le plan politique, l’Église était ostracisée par de nombreux gouvernements laïques« , explique le père Paul Marich, o.p., promoteur du Rosaire pour la province dominicaine de Saint-Joseph. « Dans le monde universitaire, les vérités sacrées étaient niées ou remises en question. Même sur la scène sociale, la révolution industrielle menaçait la vie familiale et les droits de la classe ouvrière, ce que Léon a abordé dans sa célèbre encyclique Rerum novarum« .

« Les catholiques vivant dans le monde moderne ont besoin d’être encouragés à savoir que l’Église n’est pas hors de propos, que les croyances auxquelles nous tenons sont vraies, qu’il y a quelque chose de sacré à embrasser« , a ajouté le père Marich, responsable de la Confraternité du Très Saint Rosaire dans sa province. « Le Rosaire aide à accomplir tout cela« .

En méditant les mystères de la vie du Christ, nous réaffirmons notre foi en la vérité selon laquelle « le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous » (Jn 1,14), et qu’il est mort et ressuscité pour nos péchés. Le Rosaire permet aux personnes, en particulier à la famille réunie dans la maison, de se rassembler pour quelque chose de sacré. Il serait également un moyen de former une plus grande solidarité entre catholiques partageant les mêmes idées, comme le montre le rétablissement [par le Pape Léon] de la Confraternité du Très Saint Rosaire.

Père Dismas Sayre, O.P., directeur du Rosary Center à Portland (OR) et promoteur de la confraternité du Rosaire pour la province dominicaine occidentale, a déclaré qu' »il semble que chaque pape décrie les circonstances morales et spirituelles de son époque, mais le pape Léon XIII tente de répondre à ses propres problèmes particuliers, à savoir l’empiètement, sur le territoire national, de l’Église catholique sur le territoire de l’État : à savoir, l’empiètement, comme il le voyait, des pouvoirs séculiers dans les sphères religieuses, que ce soit par la marginalisation des religieux qui se contentent d’adorer dans un bâtiment d’église, ou par l’attaque pure et simple des séculiers contre les religieux, que ce soit par les communistes, les francs-maçons, etc. « 

Le pape Léon « n’était pas opposé à un gouvernement séculier en soi ; en effet, nous voyons dans Diuturnum l’idée paulinienne qu’un chrétien est un citoyen idéal même dans un État non chrétien ou païen« , a poursuivi le père Sayre.

« Pourtant, des forces internes et externes à l’Église exerçaient des pressions de toutes parts, qu’il s’agisse d’un nombre croissant d’écoles théologiques sceptiques qui rejetaient tous les miracles ou l’inspiration divine des Écritures, ou qui affirmaient que la science ‘réfutait’ en quelque sorte le christianisme, et ainsi de suite. Le communisme athée militant était en plein essor et commençait à faire sentir sa présence dans diverses luttes« .

« Dans son esprit [celui du pape Léon], le rosaire est le moyen le plus aimé et le plus efficace d’implorer l’aide de la Mère de Dieu, comme cela a été démontré à plusieurs reprises dans l’histoire, en particulier dans la situation la plus difficile de la bataille de Lépante« , a ajouté le père Sayre.

Une importance qui ne se dément pas

Interrogé sur les leçons les plus importantes que les encycliques du Pape Léon XIII sur le Rosaire offrent aujourd’hui, le Père Looney a déclaré qu' »il est important pour nous de comprendre le rôle significatif que le Rosaire a joué dans la longue histoire de l’Église« .

« Léon se donne beaucoup de mal pour nous rappeler les puissants moyens par lesquels le Rosaire a aidé l’Église et la société« , a déclaré le père Looney.

« Il nous rappelle la puissance de l’intercession de Marie lorsque nous avons recours à elle. La lecture des encycliques aidera également une personne à mieux apprécier les trois séries de mystères connus du Lion, les joyeux, les douloureux et les glorieux« .

Citant Diuturni temporis (n. 3), le Révérend Dr. R. K. Samy a déclaré que le Pape Léon « a souligné que l’origine de cette forme de prière est divine plutôt qu’humaine, la montrant comme une admirable guirlande tissée à partir de la Salutation Angélique, avec la Prière du Seigneur, jointe à la méditation, et que cette forme de prière était très puissante et particulièrement efficace pour atteindre la vie éternelle. Outre l’excellence particulière des prières, elle offre une puissante protection à la foi et des modèles ostensibles de vertu dans les mystères proposés à la contemplation« .

Le fondateur de la Société mariologique de l’Inde a également évoqué les différences entre les mystères du Rosaire et l’approche de certains textes hindous. « Contrairement aux Puranas et aux Ithikasas, les mystères du salut ne sont pas des vérités abstraites, mais des événements de la vie de Jésus et de Marie, tels qu’ils ont été évoqués par les premières générations.« 

« Les encycliques du Rosaire de Léon XIII sont un riche trésor de thèmes mariologiques profonds« , observe le Dr Fastiggi. Citant les encycliques Octobri mense (1891) et Adiutricem (1895), le Dr Fastiggi a déclaré :

« Je pense que nous devrions apprécier la façon dont Léon XIII souligne l’importance de Marie en tant que médiatrice de toutes les grâces et son rôle dans l’œuvre de la rédemption en tant que ‘Réparatrice du monde entier‘ ».

Les encycliques sur le Rosaire montrent aux catholiques d’aujourd’hui que « le Rosaire est une prière pour tous, qu’ils en soient conscients ou non« , a ajouté le père Marich.

« Bien sûr, il s’agit d’une dévotion, et non d’une prière liturgique ou d’un sacrement. Mais le Rosaire est enraciné dans l’Ecriture, au point que le Pape Léon XIII dit même que ‘cette forme de prière est divine plutôt qu’humaine‘ » (Diuturni temporis, 3).

« Tous les catholiques peuvent embrasser le Rosaire, parce qu’il est centré sur le Christ, qu’il est enraciné dans l’Ecriture, et qu’il nous permet de méditer sur les mystères de notre salut, tout cela avec et par l’intercession de celle qui était la plus proche du Christ, sa Mère Marie« , a poursuivi le Père Marich.

Pour le pape Léon XIII, « plus il y en a, mieux c’est« , a déclaré le père Sayre. Il a expliqué que le pape Léon note qu’historiquement, lorsque le peuple de Dieu se rassemble dans la prière pour une cause commune, nous sommes plus sûrs de la victoire. De même, il estime que « les prières publiques sont beaucoup plus excellentes et efficaces que les prières privées » (Augustissimae Virginis Mariae), c’est-à-dire en tant qu’Église, et pas seulement en tant qu’individus.

L’homme est une créature sociale, et le fait de se rassembler dans des groupes saints et pieux comme celui-ci aide à la fois l’individu et la société, car nous nous « tirons » tous ensemble dans la prière pour le bien de notre Sainte Mère l’Église et de toute l’humanité. C’est pourquoi il encourage l’adhésion à la Confraternité du Rosaire – quelques prières individuelles ici et là sont une chose, mais imaginez si tous ceux qui sont à bord de la Barque de Pierre ramaient en harmonie, en même temps, pour les mêmes choses ?

La tradition se poursuit

Dans Diuturni temporis (n. 4), le pape Léon XIII a rappelé comment cinq papes précédents ont encouragé la dévotion au Rosaire. Au cours du siècle qui a suivi la mort du pape Léon en 1903, le pape Pie XI (en 1937), le vénérable Pie XII (1951), le pape saint Jean XXIII (1959) et le pape saint Paul VI (1966) ont consacré des encycliques au Rosaire. Les saints Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II ont enrichi l’enseignement papal sur le Rosaire dans des lettres apostoliques et des exhortations (1961, 1974, 2002).

Ni le pape Benoît XVI ni le pape François n’ont publié de document d’une telle envergure sur le Rosaire, mais tous deux l’ont prié et ont continué à encourager la dévotion à son égard. En 1985, près de trois décennies avant de devenir pape, le futur pape François a commencé à « réciter chaque jour les 15 mystères du Rosaire« , a-t-il rappelé en 2005.

« Pour moi, la contribution de ces deux papes est leur témoignage« , a déclaré le père Looney. « En particulier, [le pape Benoît] s’arrêtait devant une statue de Marie dans les jardins du Vatican et priait le Rosaire.« 

« Benoît et François ont tous deux fait avancer la cause et le message de Fatima en attirant l’attention sur les messages« , a-t-il poursuivi. « Les deux pontifes ont également été des pèlerins. Le témoignage du pape François visitant Sainte Marie Majeure avant et après ses voyages apostoliques en dit long sur la dévotion mariale. Et l’amour du pape François pour Notre Dame défaisant les nœuds est lié au Rosaire dans le cadre de sa dévotion« .

« Benoît XVI et le pape François ont tous deux visité Fatima, ce qui montre leur soutien à Notre-Dame de Fatima, qui souligne l’importance du Rosaire« , a ajouté le Dr Fastiggi. « Je pense que le pape François a donné un témoignage vivant du pouvoir du rosaire lorsqu’il l’a prié dans les jardins du Vatican pour mettre fin à la pandémie« .

« Il a également composé des prières à utiliser après la récitation du Rosaire pour invoquer la fin de la pandémie« , a poursuivi le Dr Fastiggi. « Lors d’une audience générale en mai dernier, le pape François a expliqué pourquoi il fallait prier le Rosaire.« 

« Le pape Benoît XVI et le pape François ont été très avancés dans leur dévotion mariale, essayant de montrer l’exemple« , a déclaré le père Marich. Il a expliqué :

« Ils ont poursuivi la tradition de visiter la statue de l’Immaculée Conception sur la Piazza di Spagna à Rome chaque 8 décembre, ce que les papes font depuis les années 1950. Le pape François s’est notamment rendu à la basilique Sainte-Marie-Majeure le lendemain du jour où il a été élu pour confier son pontificat à la Vierge.

Les deux papes ont également été vus en train de tenir leur chapelet dans des moments de prière, que ce soit en groupe ou en privé (le pape Benoît était connu pour faire des promenades avec son chapelet dans les jardins du Vatican). Ils ont également encouragé la prière du rosaire dans différentes homélies et discours tout au long de leur pontificat. L’exemple de ces papes devrait servir de catalyseur pour que les catholiques du monde entier comprennent pourquoi le Rosaire est si important pour la vie de notre foi.

À lire aussi | Ce que le pape François a dit du Synode sur la synodalité

Je dirais que le plus grand témoignage du Rosaire que le pape François et le pape Benoît ont montré, aussi différents qu’ils soient dans leur personnalité, est que même les saints pères n’ont pas honte d’être vus en train de réciter publiquement le Rosaire, ou sont souvent surpris en train de le prier en privé« , a déclaré le père Sayre.

« Certaines des images les plus appréciées des pontifes, lorsqu’ils ne sont pas dans une assemblée importante, sont celles où ils récitent simplement le Rosaire, seuls ou en marchant avec une autre personne dans les jardins du Vatican.

Cela unit vraiment le pontife au « commun des laïcs » et nous met sur le même plan, simplement en tant que croyants chrétiens implorant ensemble l’aide de la Mère de Dieu« , a-t-il ajouté.

« Que vous soyez instruits ou non, riches ou pauvres, quelle que soit votre situation, le Rosaire est une chaîne de charité qui nous unit et nous lie les uns aux autres en tant qu’enfants de Marie.« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Ce que le pape François a dit du Synode sur la synodalité

Ce que le pape François a dit du Synode sur la synodalité

Les Missionnaires de la Charité célèbrent Mère Teresa de Calcutta

Les Missionnaires de la Charité célèbrent Mère Teresa de Calcutta