in ,

Étude : l’avortement n’a pas d’effet positif sur le psychisme des femmes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La politique devrait reconsidérer la protection de la santé psychique de la femme comme motif de justification répandu pour l’avortement, car elle ne peut s’appuyer sur aucune preuve scientifique.

C’est la conclusion d’une nouvelle étude de l’Institut d’anthropologie médicale et de bioéthique (IMABE) de Vienne. Pour ce faire, une équipe de chercheurs interdisciplinaire a examiné 14 revues et études individuelles publiées entre 2008 et 2018 sur les conséquences de l’interruption de grossesse sur la santé psychique.

« Pour préserver les femmes des conséquences psychiques négatives d’une grossesse non désirée, l’avortement est considéré comme un moyen éprouvé selon le récit courant qui s’est traduit dans de nombreuses législations« , explique la directrice de l’IMABE Susanne Kummer. Cependant, les données scientifiques sont loin d’être aussi claires. Ainsi, une étude américaine a montré que 96 pour cent des femmes qui voulaient avorter étaient heureuses finalement que leur enfant soit vivant au bout de cinq ans.

98 pour cent des quelque 230.000 avortements déclarés en 2021 en Grande-Bretagne ont été effectués avec l’indication « danger pour la santé psychique » de la femme. En Autriche, en Allemagne et en Suisse, l’interruption de grossesse est autorisée en cas de « danger grave » pour la santé psychique de la femme, même après la 12e semaine de grossesse. Avec la nouvelle étude de 96 pages « Interruption de grossesse et conséquences psychiques« , on veut contribuer à « objectiver le discours sur ce thème très sensible de l’interruption de grossesse« , a déclaré Kummer. L’éthicienne a agi en tant que co-auteur de l’étude publiée lundi par l’institut IMABE.

Une thèse courante remise en question

Selon les auteurs de l’étude, l’analyse s’est d’abord concentrée sur la question de savoir quels critères déterminaient la qualité et l’évidence des 14 études examinées. Les forces et les faiblesses des différentes publications ont ainsi été mises en évidence. La thèse courante est que l’interruption d’une grossesse non désirée est meilleure ou du moins neutre pour le psychisme de la femme par rapport au fait de porter l’enfant jusqu’à la naissance.

« Dans le monde scientifique, il est toutefois controversé de savoir si un tel effet est hypothétique ou s’il existe réellement et dans quelle mesure il peut même être scientifiquement prouvé« , explique le co-auteur Johannes Bonelli. Une analyse plus approfondie montre que les différents résultats sont dus à des lacunes méthodologiques et à une sélection peu transparente des données, poursuit l’interniste et pharmacologue.

L’équipe scientifique de l’étude IMABE remet surtout en question les résultats de l’étude dite « Turnaway » menée aux États-Unis entre 2008 et 2010. Le message principal de cette étude, qui a rencontré un large écho dans le public, est que l’interruption de grossesse ne nuit pas à la santé mentale des femmes et peut même l’améliorer. Les chercheurs de l’IMABE considèrent toutefois que l’étude américaine présente des « lacunes méthodologiques flagrantes« , notamment un manque de transparence dans le recrutement des participantes et un biais d’échantillonnage dû à un taux élevé de drop-out, et constatent que « c’est plutôt l’activisme politique qui prévaut ici que l’objectivité scientifique« .

Pour Kummer et Bonelli, un « résultat apparemment peu souhaité » de l' »étude Turnaway » est en outre remarquable, car il n’a été cité dans aucun des nombreux communiqués de presse lors de sa publication : 96 pour cent des femmes qui ont été refusées par les cliniques en raison du dépassement du délai de semaines de grossesse et qui ont finalement donné naissance à leur enfant, en étaient heureuses cinq ans plus tard et ne regrettaient pas que l’enfant soit vivant et n’ait pas été avorté.

Le risque plutôt que la protection

Selon l’équipe d’experts de l’IMABE, il est également frappant de constater que pratiquement toutes les études sur le thème de l’interruption de grossesse et des conséquences psychiques se sont uniquement penchées sur la question de savoir si un avortement avait des conséquences négatives sur le psychisme de la femme – au lieu de démontrer qu’il aurait amélioré le psychisme de la femme. La question de savoir si une interruption de grossesse apporte le bénéfice thérapeutique hypothétique par rapport à la naissance de l’enfant est un « point aveugle » dans le paysage des études. « L’hypothèse selon laquelle l’avortement aurait un effet positif sur le psychisme de la femme ne peut en tout cas être étayée par aucune preuve scientifique« , affirme l’interniste Bonelli.

L’avortement ne réduit pas non plus les risques psychiques par rapport aux femmes qui mettent au monde un enfant après une grossesse non désirée ou non planifiée. Au contraire : selon les auteurs de l’étude IMABE, une grande partie des études internationales bien faites sur le plan méthodologique s’accordent à dire que l’interruption d’une grossesse non désirée par un avortement ne réduit pas le risque de problèmes psychiques, mais l’augmente ou renforce les problèmes psychiques déjà existants. Ils ne sont pas d’accord sur les raisons de cette situation.

Selon cette étude, l’avortement est statistiquement lié à un risque accru d’abus d’alcool et de drogues, de suicides et de tentatives de suicide, de dépendance, de dépression et d’anxiété. Les avortements multiples et les maladies psychiques préexistantes augmentent les risques de manière statistiquement significative.

Problème méthodologique

Il y a consensus sur le fait qu’il n’existe pas de méthode scientifiquement valable pour prouver ou exclure avec certitude un lien de causalité direct entre un avortement et des conséquences psychiques ultérieures, fait remarquer la directrice de l’IMABE, Mme Kummer. Il y a ici un « problème méthodologique » : la conception habituelle d’une étude randomisée contrôlée en double aveugle, par exemple pour les tests de médicaments, est « totalement inutilisable » dans le cas concret, elle est également rejetée pour des raisons éthiques et pratiquement irréalisable, explique l’experte.

À lire aussi | La Vénérable Antonietta Meo, éclatante de sainteté eucharistique

Les femmes ont le droit d’être informées des éventuelles conséquences psychologiques, d’avoir un accès sûr à des alternatives et de bénéficier d’un suivi psychologique, concluent les chercheurs qui ont participé à l’étude IMABE. Dans une perspective de santé publique, les efforts devraient se concentrer sur la réduction du nombre d’interruptions de grossesse. Les décideurs politiques devraient reconsidérer la justification de « l’interruption de grossesse pour protéger la santé mentale de la femme », car elle ne repose sur aucune preuve scientifique, notent les auteurs de l’étude.

Cet article a été publié originellement par Katholisch (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire