in , , , ,

InfoVaticana s’entretient avec le nouveau préfet du Dicastère, Mgr Fernandez

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le nouveau préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, Víctor Manuel Fernandez, a accordé sa première interview à InfoVaticana.

Le prélat argentin prendra congé de son diocèse lors d’une messe d’action de grâce le 5 août. De La Plata, il se rendra à Rome où il sera installé pour succéder au cardinal Ladaria à la tête du Dicastère pour la doctrine de la foi.

Dans cet entretien, Tucho Fernandez a abordé des sujets tels que la voie synodale allemande, le décret publié par le Dicastère en 2021 sur le refus de bénir les couples homosexuels et son livre controversé dont tout le monde parle.

Q – Quels seront vos principaux axes de travail en tant que Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

R – J’ai envoyé hier une lettre aux membres du Dicastère pour leur dire que j’admirais le cardinal Ladaria comme théologien et aussi pour son style de travail, que je considère exemplaire, mais j’ai ajouté que je le ferais  » à ma manière « , comme le dit la chanson italienne. Compte tenu de l’appel du Pape à la synodalité, je devrai d’abord écouter un peu avant de prendre des décisions, mais il y a certainement des considérations dans la lettre que le Pape m’a envoyée que nous devrons appliquer d’une manière ou d’une autre.

Q- Pourquoi avez-vous demandé au Pape de ne pas aborder la question des abus ?

R- Lorsqu’il m’a proposé ce poste, j’ai refusé, tout d’abord parce que je ne me considérais pas apte à diriger le travail dans le domaine disciplinaire. Je ne suis pas canoniste et, en fait, lorsque je suis arrivé à La Plata, je n’avais guère d’idée sur la manière de traiter ces questions. C’est complexe parce qu’en principe, il faut croire ceux qui portent des accusations d’abus sur des enfants, il faut les croire, et d’un autre côté, on ne peut pas condamner le prêtre sans une procédure régulière, ce qui prend du temps. Et entre les deux, il y a toutes les revendications auxquelles il faut répondre en en disant le moins possible pour ne pas interférer.

À l’époque, je me laissais guider par les canonistes et j’apprenais, mais avec une énorme souffrance de peur d’être injuste envers l’un ou l’autre. Vous imaginez bien que devoir aller à Rome pour régler cela était une torture. Mais le Pape m’a dit qu’il souhaitait précisément que le préfet délègue cette tâche à la section disciplinaire, créée récemment, parce qu’elle dispose de professionnels très compétents, et il a ajouté : « Je vous demande, en tant que préfet, de consacrer votre engagement personnel plus directement à l’objectif principal du dicastère » lié à la foi, à la théologie, à la transmission de la foi. En cela, je me suis senti plus confiant. Si « l’humilité est vraie« , je me sens sûr de mes connaissances théologiques, même si j’ai écrit de nombreux livrets de prières ou de simples catéchèses. Je suis théologien et le pape rappelle dans sa lettre que j’ai été doyen de la faculté de théologie, président de la Société argentine de théologie et président de la Commission épiscopale de la foi et de la culture (doctrinale), toujours élu par mes pairs. Ce n’était pas par accommodement ou par amitié avec Bergoglio.

D’autres « tribunaux » de l’époque étaient bien plus cruels et immoraux que l’Église catholique.

Q. Dans votre lettre aux fidèles de l’archidiocèse de La Plata, votre déclaration selon laquelle le Saint-Office a même torturé et tué a suscité une controverse, la répétez-vous ?

R. Dans cette lettre, j’ai dit que « tout n’était pas comme ça« , mais nous ne pouvons pas nier qu’il y a eu des tortures et des morts. Nous savons que cela ne peut pas être jugé selon les critères d’aujourd’hui. Je l’ai répété dans une interview accordée à un journal. Mais ce qui est mal est mal et je défends la morale objective. Si le conditionnement historique peut diminuer la culpabilité, et que cela doit être pris en compte dans nos jugements, nous ne pouvons pas nier que c’était « objectivement » mauvais. Nous savons également que d’autres « tribunaux » de l’époque étaient bien plus cruels et immoraux que l’Église catholique, même ceux d’autres confessions chrétiennes, mais ce qui est mal est mal.

Q-L’un des principaux défis auxquels vous serez confronté est la controversée voie synodale allemande, comment comptez-vous aborder ce problème ?

R-J’avoue que lorsque j’étais archevêque de La Plata, j’étais enthousiaste pour ce que je faisais, c’est-à-dire annoncer l’Évangile, prêcher, inculquer la spiritualité (savez-vous que la plupart de mes livres parlent de Dieu, de la prière, de Marie, de la messe, de la confession, de la vie éternelle…) et j’ai consacré peu de temps aux stagiaires ecclésiastiques. Pendant une année entière, j’ai fait un programme radio quotidien consacré uniquement à parler de Dieu et de ses attributs. Les Allemands attirent toujours l’attention, et dans mon style d’archevêque, il n’y a pas eu de telles préoccupations concernant l’ordination des femmes ou autres. Il est évident qu’il m’appartient maintenant de rattraper le retard, d’écouter, de parler, de consulter. Pour l’instant, je dois vous dire que je ne crois pas qu’il n’y ait pas quelque chose de bon dans ce « mouvement » allemand. Le cardinal Ladaria m’a dit un jour que je souhaitais qu’il y ait un hérétique qui nous oblige à approfondir notre foi. Cette question historique nous laissera quelque chose de bon, même s’il faut peut-être polir les choses, les préciser, les mûrir.

Q- En 2021, ce Dicastère a affirmé que les couples homosexuels ne peuvent pas être bénis, êtes-vous d’accord ?

R- Ecoutez, tout comme je suis fermement contre l’avortement (et je vous mets au défi de trouver quelqu’un en Amérique latine qui a écrit plus d’articles que moi contre l’avortement), je comprends aussi que le « mariage » au sens strict est une chose : cette union stable de deux êtres aussi différents qu’un homme et une femme, qui dans cette différence sont capables d’engendrer une nouvelle vie. Il n’y a rien de comparable à cela, et utiliser ce nom pour exprimer autre chose n’est ni bon ni juste. En même temps, je pense que nous devrions éviter les gestes ou les actions qui pourraient exprimer quelque chose de différent. C’est pourquoi je pense qu’il faut faire très attention à éviter les rites ou les bénédictions qui pourraient alimenter cette confusion. Maintenant, si une bénédiction est donnée de telle sorte qu’elle ne provoque pas cette confusion, elle devra être analysée et confirmée. Comme vous le voyez, il y a un moment où l’on s’éloigne d’une discussion proprement théologique pour passer à une question plutôt prudentielle ou disciplinaire.

La doctrine ne change pas

Q-Pour vous, la doctrine est-elle quelque chose qui peut changer ou doit-elle être conservée intacte telle qu’elle a été reçue pendant des centaines d’années ?

R – La doctrine ne change pas, parce qu’elle est en fin de compte le mystère insondable, merveilleux et immuable de la Trinité exprimée dans le Christ. Tout est là, et cela ne peut ni s’améliorer ni changer. Il n’y a rien à y ajouter. Une autre chose est notre compréhension de cette doctrine, qui a changé et continuera à changer. C’est pourquoi Dei Verbum dit, par exemple, que le travail des exégètes peut faire mûrir l’opinion de l’Église.

Q – Ces jours-ci, le livre que vous avez écrit, intitulé « Guéris-moi avec ta bouche. L’art du baiser », regrettez-vous de l’avoir écrit ?

Tout théologien, bibliste ou écrivain sait que pour interpréter un texte, il est essentiel de se situer clairement face à son genre et de ne pas lui demander ce qu’il ne peut pas donner. Il s’agit d’un livre que j’ai écrit avec un groupe de jeunes lorsque j’étais un tout jeune curé. Et le thème de ce livre est profondément conservateur. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’il répondait au souci de ces jeunes – que j’avais très bien formés – d’apprendre à expliquer à d’autres jeunes pourquoi il fallait éviter les relations sexuelles avant le mariage. Vous pouvez voir à quel point l’objectif du livre était pro-vert.

Au fil de nos discussions, il nous est venu à l’esprit de souligner que le sexe n’est pas tout, que si vous le repoussez, vous pouvez développer de nombreuses autres façons d’exprimer l’amour et de grandir dans cet amour. Ainsi, comme exemple d’une de ces expressions d’affection qui peut avoir lieu sans qu’il y ait besoin de sexe, il y avait le baiser. Avec eux, nous avons donc interrogé d’autres jeunes, nous avons cherché des poèmes et nous avons élaboré cette catéchèse. Ce n’était pas un manuel de théologie, c’était une tentative pastorale que je ne regretterai jamais. Bien sûr, je n’écrirais pas quelque chose comme ça aujourd’hui, j’ai déjà 60 ans et je commence à me préparer à la vie éternelle. D’ailleurs, peu après, j’ai demandé à l’éditeur de ne pas le réimprimer. Ne pensez-vous pas qu’il est mal vu de prendre ce petit livre, d’utiliser des phrases de ce livret pastoral de jeunesse pour me juger en tant que théologien ?

À lire aussi :

Q – Enfin, votre nomination a suscité la controverse dans certains milieux ecclésiaux qui craignent que vous n’accomplissiez une tâche très éloignée de ce que devrait être celle d’un Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, que diriez-vous à ceux qui ne voient pas votre nomination d’un bon œil ?

R – Ces tâches peuvent aussi être reconfigurées, et le Pape a le droit de lui donner un autre visage. Ne vous semble-t-il pas juste que, pour une certaine période de l’histoire, un Latino-Américain qui a été curé dans les périphéries, qui a grandi dans une petite ville de l’intérieur, avec une sensibilité proche de la douleur des exclus de la société, avec une histoire de vie très différente de celle d’un Européen ou d’un Américain, mais qui a en même temps un doctorat en théologie, occupe ce poste ? Une fois de plus, je lui dis que j’apprendrai de l’histoire, que je respecterai les processus, que je dialoguerai, mais que je le ferai « à ma manière« .

Cet article a été publié originellement par InfoVaticana (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire