in , , ,

Journée des chômeurs dans l’Église d’Autriche

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

« Journée des chômeurs » : les œuvres d’entraide en faveur d’une augmentation des allocations chômage pour les pauvres. Ce genre de constat peut être très bien fait aussi en France, où les chiffres sont encore plus catastrophiques grâce à la république maçonnique.

La secrétaire générale de Caritas, Anna Parr, s’est exprimée sur le taux élevé de pauvreté parmi les chômeurs, qualifiant les évolutions de « dramatiques » et appelant la politique à ne pas ignorer ces réalités. KABÖ soutient l’instauration d’un impôt sur la fortune pour financer les prestations sociales. À l’approche de la « Journée des chômeurs » le 30 avril, les organisations caritatives de l’Église préconisent l’indexation des allocations de chômage et de l’aide d’urgence.

La détérioration du marché de l’emploi aggrave la pauvreté, une situation particulièrement « dramatique » pour les demandeurs d’emploi et les chômeurs de longue durée, a averti Anna Parr dans un communiqué lundi. « Perdre son emploi signifie souvent devoir vivre soudainement avec à peu près la moitié de son revenu antérieur. Avec l’inflation, cela entraîne un nombre croissant de demandeurs d’emploi sous le seuil de pauvreté« , a-t-elle déclaré.

À l’heure actuelle, 369 640 personnes sont inscrites comme chômeurs ou en formation auprès du service de l’emploi autrichien (AMS), ce qui représente une augmentation d’environ 36 000 personnes ou onze pour cent par rapport à la même période l’année précédente. Le nombre de chômeurs de longue durée a augmenté de 6,4 pour cent, indiquant qu’un demandeur d’emploi sur quatre est sans travail depuis un certain temps.

Parr a souligné avec insistance le risque élevé de pauvreté parmi les chômeurs tout au long de l’année : 56 % de ce groupe est affecté, et 28 % sont considérés, d’après les données les plus récentes, comme étant significativement déprimés sur les plans social et matériel, contre seulement 16 % l’année précédente. « Ces individus sont directement frappés par la pauvreté, incapables de subvenir à leurs besoins fondamentaux. Ce sont des changements dramatiques que la politique ne peut ignorer« , a déclaré Parr.

L’inflation est particulièrement grave pour les demandeurs d’emploi

Dans le contexte d’une « réforme sociale structurelle« , la secrétaire générale de Caritas a souligné la nécessité d’augmenter le taux net de l’allocation chômage et de revaloriser l’aide d’urgence. À la différence d’autres allocations sociales, ces deux mesures n’ont pas encore été mises en œuvre, les négociations échouant systématiquement à cause des désaccords entre les partis au pouvoir. En conséquence, les demandeurs d’emploi voient la valeur de ces aides diminuer chaque année à cause de l’inflation, qui a atteint jusqu’à 16% en 2022, les rendant parmi les plus affectés par la hausse des coûts.

Caritas a appelé à un renforcement et à une meilleure dotation de l’AMS pour permettre à davantage de personnes de retrouver un emploi rapidement, malgré une conjoncture économique difficile. « Nul ne souhaite voir la pauvreté s’accroître dans notre pays, c’est pourquoi il est préférable d’agir dès maintenant plutôt que de reporter à demain et d’initier des réformes« , a affirmé Parr.

KABÖ : financement par l’impôt sur la fortune

Anna Wall-Strasser, présidente de la Katholische Arbeitnehmer:innen (KABÖ), a réclamé un ajustement de l’indexation des allocations de chômage en raison de la « perte de pouvoir d’achat qui menace souvent l’existence » des bénéficiaires. Les chômeurs sont fréquemment « isolés tant économiquement que socialement« , ce qui érode la solidarité entre eux et les personnes ayant un revenu, a indiqué Karl Immervoll, aumônier fédéral du KABÖ, dans un communiqué. L’objectif est d’assurer des « conditions de vie dignes« , particulièrement pour les individus défavorisés.

La proposition d’un « impôt équitable sur la fortune et les successions » a été avancée comme modèle de financement. Actuellement, les impôts sur la fortune ne contribuent qu’à hauteur de 1,3 % au budget de l’État autrichien, bien en deçà de la moyenne européenne de 5 %. Une augmentation de ces recettes – à l’inverse de la tendance actuelle – permettrait, d’après la KABÖ, de prévenir un creusement supplémentaire de l’écart entre riches et pauvres. En Autriche, la répartition de la fortune est « extrêmement injuste« , ce qui pose également le « risque d’une influence motivée par des intérêts » dans les sphères économique et politique, menaçant ainsi la démocratie.

Jusqu’à cinq milliards d’euros pourraient être gagnés de cette manière, écrit le KABÖ. Cela permettrait d’accorder des « aides financières réelles » aux groupes de population menacés par la pauvreté, comme les chômeurs ou les familles monoparentales, mais aussi de s’attaquer aux réformes en suspens dans le domaine des soins et de l’éducation ainsi qu’à la réduction de l’impôt sur les salaires.

La fondation épiscopale pour les chômeurs du diocèse de Linz a pris la parole pour souligner les graves conséquences du chômage, telles que « la pauvreté, la honte, le manque de perspectives et l’exclusion sociale« .

À lire aussi | Sainte Catherine de Sienne a marqué l’histoire de l’humanité

En Haute-Autriche, le taux de chômage a connu une hausse alarmante, malgré un taux d’emploi élevé et une pénurie de main-d’œuvre – en mars, il a augmenté de 17% chez les femmes et de 22% chez les hommes. La fondation a plaidé pour « une politique active de l’emploi, l’élaboration de nouveaux modèles et des solutions alternatives pour ceux qui ne peuvent pas encore intégrer le premier marché du travail« . Elle a également souligné que les programmes de soutien coûtent moins cher que les dépenses liées au chômage.

La stratégie de la « communauté d’action de Haute-Autriche pour la journée des chômeurs« , appuyée par une fondation et consistant à organiser des visites guidées de Linz axées sur le chômage ainsi que des rencontres avec des politiciens, n’est pas fortuite.

En effet, durant la pré-campagne électorale, des voix s’élèvent déjà pour réclamer une baisse des allocations chômage, plus de sanctions contre les demandeurs d’emploi, et même une hausse du temps de travail à 41 heures, selon l’institution religieuse. Le verdict est que sans renouvellement des méthodes, il sera impossible de gérer la transformation du marché du travail ou de réduire de manière pérenne le chômage.

Cet article a été publié originellement par le Katholisch et traduit par Lecatho (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Sainte Catherine de Sienne a marqué l'histoire de l'humanité

Sainte Catherine de Sienne a marqué l’histoire de l’humanité

Ludovic Duée dépose ses jambières pour la soutane

Ludovic Duée dépose ses jambières pour la soutane