in , , , , ,

Les idéologies ne donnent pas de réponses aux questions humaines

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Seul Jésus-Christ donne une réponse complète aux questions de l’homme moderne. Les idéologies ne laissent que désunion intérieure et confusion, a déclaré le cardinal Gerhard Ludwig Müller, préfet en retraite de la Congrégation pour la doctrine de la foi, dans une interview accordée à KAI.


KAI : Éminence, l’Église polonaise traverse une période difficile. Les médias parlent presque quotidiennement d’abus commis par le clergé et de divers scandales. Cela signifie-t-il que nous vivons une crise profonde dans l’Église ?

Cardinal Gerhard Müller :
Les médias devraient également parler de leurs propres scandales. Ceux qu’ils provoquent eux-mêmes, et pas seulement les scandales de l’Église. Nous savons que nous sommes des pécheurs. Même parmi les apôtres, il y avait Judas, qui a trahi Jésus, et c’est là une partie de la dimension humaine de l’Église.

Mais le plus important est le message que l’Église transmet pour le salut. Seule la parole de Dieu donnée à l’Église, qui est le corps du Christ, peut sauver les hommes. En aucun cas, ni les journalistes, ni les philanthropes, ni les gouvernants, ni les politiciens, ni aucun être humain ne peut sauver d’autres êtres humains.

Dieu seul est notre sauveur. Jésus-Christ est le Verbe incarné de Dieu et ce n’est qu’à travers l’Église catholique que cette grande espérance de la vie éternelle est communiquée. C’est pourquoi nous devons nous opposer à la propagande antichrétienne. Les médias ne s’intéressent pas aux éventuelles victimes. Ils les instrumentalisent pour discréditer l’Église de Jésus-Christ.

KAI : Le pape Benoît XVI a parlé de la dictature du relativisme. Dans ce domaine, des menaces pèsent également sur la bonne transmission des enseignements de l’Église. Dans l’Allemagne natale de votre Éminence, ces menaces s’expriment dans les exigences extrêmes de ce que l’on appelle la « voie synodale« , qui n’est pas conciliable avec la foi chrétienne.

Cardinal Gerhard Müller :
Tout d’abord, nous devons réfléchir à la foi et ne pas être déséquilibrés par cette fausse propagande d’hérésie, d’apostasie, d’antichristianisme qui existe dans la culture post-chrétienne, post-humaniste et anti-humaniste d’aujourd’hui. Il est la Parole de Vérité et aucune autre parole dans les médias ne peut nous sauver. La doctrine de l’Église n’est pas un système de pensées humaines sur Dieu, un sujet transcendant, mais l’expression de la Parole de Dieu dans l’histoire humaine, dans le credo de l’Église et dans la vie sacramentelle de l’Église.

Nous avons affaire, certes, à la dictature du relativisme évoquée plus haut, mais aussi à la dictature de cette nouvelle idéologie anti-humaine qu’est l’idéologie du genre ou l’idéologie LGBT. Ces idéologies sont tout aussi dangereuses que les idéologies du social-darwinisme ou du national-socialisme, car elles nient la croyance en Dieu.

Elles ont pour conséquence une guerre contre l’humanité, contre l’être humain dans le ventre de sa mère, contre les personnes malades ou âgées. Selon eux, seuls les super-riches ont le plein droit d’exister et de jouir de la vie, et les autres devraient disparaître de la surface de la terre.

Mais nous sommes absolument convaincus, et cette conviction se fonde sur la Parole de Dieu, que tous les hommes sont égaux, que chaque être humain a une valeur absolue, que son existence, sa vie, sa recherche du bonheur et de la vie éternelle s’enracinent en Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Il a donné sa vie divine pour nous tous, les humains. Il est le seul Dieu, notre seul Sauveur et Rédempteur, notre Créateur qui nous aime par-dessus tout.

C’est pourquoi je crois que le christianisme réalisé dans nos vies est la seule solution pour le monde d’aujourd’hui. Les questions de guerre et de paix, avec cette nouvelle géopolitique de Poutine ou de Xi Jinping, avec cette guerre contre l’Ukraine, contre Taïwan, toutes les idées absurdes qu’ils ont et la corruption que nous avons ici, même dans le système judiciaire, ou le traitement instrumental des médias uniquement à des fins politiques, ne peuvent pas être la solution aux grands défis de l’humanité.

Nos politiciens ne peuvent pas apporter de réponses aux grandes questions existentielles : d’où viens-je ? Quel est le sens de la vie, de la souffrance ? Que se passera-t-il après ma mort ? Seul Dieu est le Sauveur de l’homme. Heureux ceux qui se confient à Dieu, maudits ceux qui se confient à l’homme ou au diable.

KAI : J’aimerais également vous interroger sur l’Assemblée générale du Synode des évêques, qui aura lieu en octobre de cette année et un an plus tard, en 2024. Dans le cadre des préparatifs, le mot inclusivité – inclusion – a souvent été évoqué. Comment le comprendre ?

Cardinal Gerhard Müller :
Dieu a tout inclus, mais pas les péchés. Ce mot, « inclusion« , est devenu un stratagème de propagande pour nier les commandements explicites de Dieu. Ce qu’il faut, c’est la conversion et la grâce, et non l’affirmation d’une personne en état de péché. Celui qui dit qu’il n’y a pas de péché fait mentir le Christ, car les pécheurs qui refusent de se repentir et de renouveler leur vie n’avaient pas besoin de donner leur vie sur la Croix.

Au lieu de ces paroles d’inclusion qui apaisent la conscience, il serait préférable d’étudier la Parole de Dieu, la révélation, les enseignements de l’Église. Il faut aussi utiliser le sacrement de la pénitence et ne pas parler comme le diable qui se fait passer pour un ange de lumière en disant :

« Il n’y a pas de péché« 

Jésus dit dans l’Évangile de Saint Jean :

24. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans votre péché ; car si vous ne croyez pas que je suis le Messie, vous mourrez dans votre péché.

La propagande susmentionnée prétend que nous pouvons faire ce que nous voulons, à notre guise, et que tout est bon. En fait, il s’agit seulement de sanctionner les relations homosexuelles comme s’il s’agissait d’un mariage à part entière. Mais cela n’est pas et ne peut pas être le cas, car Dieu a créé l’homme et la femme. C’est une règle de la nature humaine et de la révélation.

KAI : J’aimerais également vous demander quels sont vos espoirs et vos craintes concernant le processus synodal de l’Église universelle.

Cardinal Gerhard Müller :
J’espère que le processus synodal sera un nouvel élan pour suivre Jésus-Christ et ne pas faire du christianisme une sorte d’idéologie facile.

Le cardinal Gerhard Ludwig Müller est né le 31 décembre 1947 à Finthen, dans la banlieue de Mayence. Il a étudié la philosophie et la théologie, d’abord dans sa ville natale, puis à Munich et à Fribourg-en-Brisgau, où il a rédigé son mémoire de maîtrise intitulé « Kirche und Sakramente im Religionlosen Christentum. Bonhoeffers Beitrag zu einer ökumenischen Sakramententheologie » (Église et sacrements dans le christianisme religieux. Contribution de Bonhoeffer à une théologie œcuménique des sacrements).

Le 11 février 1978, il a été ordonné prêtre à Mayence par le cardinal Hermann Volk. Après son ordination, il a exercé son ministère dans trois paroisses et a enseigné la religion dans des écoles secondaires. En 1985, il obtient un poste de professeur à Fribourg-en-Brisgau. L’année suivante, il se voit confier la chaire de dogmatique catholique à l’université Ludwig-Maximilians de Munich.

Au cours de ses activités d’enseignement (1986-2002) dans la capitale bavaroise, il a également exercé un ministère pastoral. À partir de 1990, il a été membre de la Commission pour la foi de la Conférence épiscopale allemande et, de 1998 à 2002, membre de la Commission théologique internationale. En 1999, il a été conseiller théologique de l’assemblée spéciale du Synode des évêques pour l’Europe et, à ce titre, il a également participé à l’assemblée générale ordinaire, célébrée en 2001 sur le thème :

« L’évêque, serviteur de l’Évangile de Jésus-Christ pour l’espérance du monde« .

La même année, il est devenu membre honoraire de l’Académie pontificale Saint-Thomas d’Aquin.

Le 1er octobre 2002, saint Jean-Paul II l’a nommé évêque de Ratisbonne. Le 24 novembre 2002, il a reçu le sacrement épiscopal des mains du cardinal Friedrich Wetter, alors archevêque de Munich et Freising, en présence du cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

La prédication, la culture, la liturgie et les œuvres caritatives de l’Église figurent parmi les priorités de son ministère épiscopal. Au cours de cette période, il a participé au Synode des évêques sur l’Eucharistie en 2005, et en septembre 2006, il a accueilli Benoît XVI lors de son voyage en Bavière.

Le 12 juin 2012, le pape Ratzinger l’a compté parmi les membres de la Congrégation pour l’éducation catholique et du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Le 2 juillet 2012, il le nomme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi et président de la Commission pontificale Ecclesia Dei, de la Commission biblique pontificale et de la Commission théologique internationale, l’élevant ainsi à la dignité d’archevêque. Le 29 septembre de l’année suivante, il est également devenu membre du Conseil pontifical pour les textes juridiques.

Benoît XVI lui confie personnellement la rédaction des Œuvres complètes. Afin de soutenir scientifiquement ce projet en 16 volumes, Mgr Mueller a fondé en 2008 à Ratisbonne l’Institut du pape Benoît XVI, dont la tâche principale est de collecter et de compiler tous les documents publiés et inédits de Joseph Ratzinger.

L’Institut compte plus de cinq cents publications scientifiques à son actif. Parmi les plus connues, citons « Catholic Dogmatics« , qui a été maintes fois réédité et traduit en plusieurs langues. Il a reçu de nombreux prix internationaux, notamment de l’Université catholique de Lublin, de la Faculté pontificale de théologie de Wrocław et de l’Université Jean-Paul II de Cracovie.

Le 23 septembre 2013, le pape François l’a confirmé comme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, poste que le cardinal Müller a occupé jusqu’au 1er juillet 2017. Le 22 février 2014, le pape François l’a incorporé au collège des cardinaux et lui a confié l’église titulaire de Sainte-Agnès, sur la place Navone. Il est membre de : Tribunal suprême de la Signature apostolique.

À lire aussi | L’ex-chef de Caritas dénonce la « prise de pouvoir » du Vatican

Benoît XVI a souligné à plusieurs reprises son amitié avec le cardinal Mūller. Dans une lettre écrite à l’occasion de son 70e anniversaire, il lui a exprimé sa gratitude pour avoir mené à bien un travail qu’il n’avait pas pu accomplir lui-même en raison de l’énormité de sa charge de travail, à savoir la rédaction d’un manuel de dogmatique post-conciliaire.

Il a souligné la richesse des connaissances du cardinal Mūller et sa fidélité à la foi de l’Église, « qui coulait en vous« .

« Au cours de vos années romaines, vous étiez toujours occupé à agir non seulement en tant qu’érudit, mais aussi en tant que sage, en tant que père dans l’Église. Vous avez défendu les claires traditions de la foi, mais dans la ligne du pape François, vous avez cherché à comprendre comment elles pouvaient être vécues aujourd’hui« , a déclaré Benoît XVI en 2017.

Cet article a été publié originellement par Ekai (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'ex-chef de Caritas dénonce la "prise de pouvoir" du Vatican

L’ex-chef de Caritas dénonce la « prise de pouvoir » du Vatican

Le Pape François à propos de la Sainte messe traditionnelle

Le Pape François à propos de la Sainte messe traditionnelle