in , , ,

L’ex-chef de Caritas dénonce la « prise de pouvoir » du Vatican

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La principale organisation caritative du Vatican, Caritas Internationalis, espère ouvrir un nouveau chapitre cette semaine après que le Pape François a renvoyé les principaux responsables suite à des plaintes pour harcèlement moral.

Mais le responsable récemment évincé se défend, affirmant que le Vatican s’est livré à une « prise de pouvoir brutale » alimentée par une attitude « colonialiste« .

Le drame se joue alors que l’Assemblée générale de Caritas se réunit du 11 au 16 mai pour élire de nouveaux dirigeants après plus d’une décennie de troubles et un scandale d’abus sexuels en Afrique centrale. Cette réunion est une étape clé dans les efforts de François pour renouveler la confédération de 162 sections nationales, basée au Vatican, qui est l’un des groupes d’aide les plus visibles au monde.

Dans une démonstration extraordinaire du pouvoir papal, François a renvoyé en novembre dernier le secrétaire général de Caritas, Aloysius John, le président de Caritas, le cardinal philippin Antonio Tagle, et les vice-présidents de Tagle, le trésorier et l’assistant ecclésiastique. Le Saint-Siège a déclaré qu’une enquête externe avait révélé de « réelles déficiences » dans la gestion qui avaient affecté le moral du personnel au secrétariat de Caritas à Rome.

Il n’y a aucune preuve de malversation financière ou d’inconduite sexuelle. Mais d’anciens employés ont décrit un environnement de travail toxique sous John, où les employés étaient intimidés, harcelés et humiliés. Plusieurs d’entre eux ont démissionné, renonçant à un emploi recherché au Vatican, exempt d’impôt sur le revenu, plutôt que de rester dans des conditions abusives.

Lorsqu’ils ont commencé à se plaindre en interne en 2021, le conseil d’administration de Caritas a enquêté, mais a refusé de prendre des mesures. Les plaintes se sont poursuivies, incitant le Vatican à intervenir et à lancer une enquête externe indépendante. Les résultats ont conduit au décret papal du 22 novembre, qui révoque John, Tagle et la direction de Caritas et nomme des administrateurs temporaires pour gouverner jusqu’aux élections de cette semaine.

M. John n’a rien dit au moment de son éviction. Mais à la veille de l’assemblée qui doit élire son successeur, il a rompu six mois de silence et rédigé une lettre ouverte de huit pages au réseau Caritas pour tenter de donner sa version des faits. L’Associated Press a obtenu une copie de la lettre, ainsi qu’une lettre d’accompagnement du prédécesseur de M. John, qui dénonce également la « brutalité » des licenciements.

Dans la lettre, M. John insiste sur le fait que Caritas fonctionnait bien et était en bonne santé financière lorsqu’il a été licencié, et affirme qu’il a demandé une enquête indépendante afin de pouvoir mieux soutenir les employés qui s’étaient plaints. Il a déclaré que la décision du Vatican de le licencier avait été « prise à la hâte, avec une violence incroyable et une très mauvaise communication publique« , et qu’elle avait « discrédité l’Église et l’un de ses joyaux, Caritas Internationalis« .

« Il s’agit d’une prise de pouvoir brutale« , écrit-il à propos de la prise de contrôle par le bureau de développement du Vatican.

John, citoyen français d’origine indienne, a présenté son éviction en termes raciaux. Il a déclaré que les responsables Caritas des régions riches du « Nord » avaient voulu imposer leur volonté à la confédération et n’avaient jamais voulu d’un responsable Caritas du « Sud« .

En réponse, Caritas Internationalis a déclaré qu’elle avait passé les six derniers mois sur un « chemin de renouveau et de communion » basé sur le décret de François appelant à une réforme de l’organisation. François a récemment approuvé de nouveaux statuts pour Caritas Internationalis qui seront présentés aux délégués lors de la réunion qui commence cette semaine.

« Nous nous préparons à ce que ce soit un moment de rencontre joyeuse, de dialogue sincère et d’écoute mutuelle, visant à construire ensemble le futur chemin de la coopération fraternelle, au service des pauvres et des plus vulnérables« , a déclaré Caritas dans un communiqué transmis à l’AP.

L’espoir est que les nouvelles élections clôtureront un chapitre profondément problématique pour Caritas Internationalis qui remonte à une décennie, y compris la décision abrupte du Vatican en 2011 de ne pas permettre à la secrétaire générale de l’époque de briguer un second mandat parce qu’elle ne promouvait pas suffisamment l' »identité catholique » de Caritas.

Plus récemment, le mandat 2019-2022 de M. John a été problématique dès le départ. Il n’a pas réussi à obtenir la majorité des voix lors de l’élection de Caritas, même après que d’autres candidats se soient retirés ou aient été empêchés par le Vatican de se présenter.

Bien qu’il ait finalement remporté le vote, John ne disposait pas d’un mandat solide pour diriger et a été immédiatement plongé dans une crise liée à un scandale d’abus sexuels en République centrafricaine datant du mandat de son prédécesseur, Michel Roy.

Fin 2019, CNN a rapporté qu’un prêtre salésien belge avait été nommé directeur de Caritas en République centrafricaine malgré une condamnation pénale de 2012 en Belgique pour abus sexuels sur des enfants et possession de matériel pédopornographique. CNN a identifié deux personnes en République centrafricaine qui auraient été abusées après que le prêtre y ait été affecté.

Ces révélations ont incité les Nations unies à suspendre les liens avec Caritas dans le pays.

Caritas a admis que Roy était au courant des problèmes de pédophilie du révérend Luk Delft en 2017, mais qu’il n’a appris la condamnation pénale qu’en 2019, lorsque l’histoire de CNN a été rapportée. Il s’est avéré que ce n’était pas le cas, car une enquête interne a révélé que Roy, Tagle et d’autres personnes étaient au courant de la condamnation de Delft en 2017.

Certains membres du personnel de Caritas se sont plaints de la manière dont Caritas et John ont géré les conséquences, compte tenu d’une loi du Vatican de 2019 qui exigeait que Delft et toute personne qui l’aurait couvert soient dénoncés au Saint-Siège.

À lire aussi | SOS Calvaires se rend en Irlande pour construire des croix

Caritas a finalement commandé un « examen de responsabilité » interne sur la manière dont l’affaire a été traitée, mais il n’a jamais été rendu public. Aucun responsable n’a fait l’objet de mesures disciplinaires. Les Salésiens n’ont pas répondu à une demande d’information sur le statut de Delft.

Luc Van Looy, un évêque salésien belge qui siégeait au conseil d’administration de Caritas à l’époque, a refusé d’être nommé cardinal l’année dernière après que François l’ait nommé. Il a invoqué sa mauvaise réaction face aux cas d’abus commis par des membres du clergé et a décidé de refuser l’honneur « pour ne pas nuire à nouveau aux victimes« .

Cet article a été publié originellement par ApNews (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

SOS Calvaires se rend en Irlande pour construire des croix

SOS Calvaires en Irlande pour construire des croix

Les idéologies ne donnent pas de réponses aux questions humaines

Les idéologies ne donnent pas de réponses aux questions humaines