in , , , , ,

SOS Calvaires en Irlande pour construire des croix

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

SOS Calvaires est un mouvement catholique laïc qui restaure des monuments catholiques en France. L’association se rend en Irlande du 5 au 13 mai pour construire des croix dans l’espoir de restaurer la foi dans ce pays.

Alexandre Caillé, 26 ans, PDG de SOS Calvaires, a déclaré à CNA qu’un groupe se rendrait à Croagh St. Patrick, un lieu de pèlerinage traditionnel irlandais, et sur quatre autres sites. « Nous allons ériger cinq croix celtiques dans tout le pays« , a-t-il déclaré.

SOS Calvaires, qui a connu une croissance exponentielle en l’espace de deux ans, a été fondée en 1987. Sa devise est « Stat crux dum volvitur orbis » – « Le monde tourne tandis que la Croix demeure« .

Le groupe cherche à restaurer le patrimoine artistique et religieux de la France, dont une grande partie se détériore en raison de causes naturelles, mais aussi du vandalisme et de la négligence des pouvoirs publics.

Le groupe ne reçoit aucun financement gouvernemental. Son objectif déclaré est de « renforcer l’unité des chrétiens autour de la Croix et de faire de l’apostolat par l’exemple« .

L’effort en Irlande n’est que le début de l’action internationale du groupe. SOS Calvaires a déjà construit une croix traditionnelle en Arménie et a reçu des demandes pour travailler en Belgique. Selon M. Caillé, des antennes sont prévues en Amérique et dans le reste de l’Europe.

Originaire de France, M. Caillé a appris l’anglais lors d’un voyage à vélo de plusieurs mois en Irlande, il y a plusieurs années, et a été frappé par les défis à la foi catholique qu’il y a rencontrés.

Un autre membre du groupe, surnommé « Titouann« , s’est penché sur les divisions politiques et religieuses de l’île d’émeraude :

« Je vois là une merveilleuse occasion de relever ce défi afin de partager notre foi. Dans ce pays particulièrement touché par les guerres de religion, se rassembler autour de la croix est un signe de fraternité donné au monde« .

La restauration des croix en France

La république en France est propriétaire de la quasi-totalité des monuments et lieux de culte catholiques, mais ne consacre pas de moyens importants à leur entretien, malgré les demandes de réparation. En revanche, la restauration doit faire l’objet d’une autorisation de l’État. Selon le site Internet de SOS Calvaires, 80 % des édifices religieux d’importance historique sont en mauvais état.

Certains calvaires (crucifix en plein air) et croix ont été construits par Saint Louis Grignon de Montfort, par exemple, il y a plus de 200 ans et se trouvent aux carrefours et dans les centres-villes, en particulier dans les zones rurales.

Les croix se trouvent sur les sommets des montagnes, comme le Pic Saint-Loup dans le sud. En 2020, la croix en fer de 12 mètres de haut y a été abattue et des vandales ont inscrit un graffiti sur lequel on pouvait lire « Epic laïque« . Moins d’une semaine plus tard, une croix en bois a pris sa place et les sympathisants ont collecté plus de 24 000 euros pour ériger une croix en métal.

SOS Calvaires se concentrait autrefois sur une petite région de France. En 2020, son objectif était de restaurer au moins un monument par trimestre. Cependant, après que les dirigeants ont loué une usine de production et embauché des charpentiers et du personnel, elle s’est étendue à l’échelle nationale.

Depuis, les antennes de SOS Calvaires sont passées de deux à 52 dans toute la France et ont restauré quelque 4 000 monuments religieux. L’association compte aujourd’hui environ 3 000 membres actifs, et des centaines d’étudiants bénévoles et de scouts fournissent des heures de travail supplémentaires pendant l’été.

N’hésitez pas à faire un don à SOS Calvaire en cliquant ici !

« Lorsque je suis arrivé à la tête de l’association il y a six mois, nous avions 25 antennes. En six mois, nous avons doublé leur nombre. Nous restaurons plus d’une croix par jour« , a déclaré M. Caillé.

« L’année dernière, nous avons restauré 150 calvaires, et au 24 avril [de cette année], nous avons restauré 135 calvaires« , a déclaré M. Caillé, ajoutant :

« Je pense que le budget va doubler« 

« L’association a été fondée parce que le patrimoine chrétien était en mauvais état et avait besoin d’être restauré« , a déclaré M. Caillé. Il a expliqué que les fondateurs vieillissaient et étaient devenus moins actifs ; des personnes plus jeunes ont pris le relais et ont apporté un regain d’énergie.

« Ils ont constaté que les gens étaient très réceptifs à ce type d’activité : Il s’agit de sortir sous une pluie battante et de porter des choses lourdes. Ils se sont donc montrés très intéressés par l’association« , a-t-il déclaré.

Se référant au petit nombre de croyants qui vont à l’église ou au temple chaque semaine en France, M. Caillé a déclaré :

« Nous voulons redonner de l’espoir« .

Bien que le groupe ait restauré deux chapelles et souhaite en restaurer d’autres, les membres souhaitent qu’elles servent au culte plutôt qu’à la conversion par le gouvernement.

« Si vous restaurez une église, ce n’est pas pour qu’elle devienne une boîte de nuit. C’est pour qu’elle devienne une église« , a déclaré M. Caillé.

Signification historique

L’importance historique des croix n’échappe pas aux membres de SOS Calvaires. Le groupe a promis de restaurer une croix de fer monumentale sur le lieu de naissance de Charles-Melchior Artus de Bonchamps, un commandant héroïque des forces de résistance de la région de la Vendée qui s’est battu pour sauver ses concitoyens catholiques de l’armée républicaine athée et génocidaire dans les années 1790. La maison de la famille Bonchamps était d’ailleurs connue sous le nom de Château du Crucifix.

En mars, un crucifix massif de plus de 6 mètres a été restauré dans le nord-ouest de la France, où il avait été caché par un bosquet d’arbres. Après sa découverte, le groupe a remis le crucifix et le corpus de bronze, vieux de 200 ans, à leur place, à la vue d’un vignoble. Un prêtre local a procédé à la bénédiction du monument sous le regard de dizaines d’habitants de la région.

De nombreux bénévoles ne sont pas chrétiens, mais ont le sens du civisme et reconnaissent l’importance du patrimoine national. Titouann a déclaré à CNA :

« C’est une riche idée pour montrer notre foi en tant que chrétiens« .

Titouann a grandi dans un foyer chrétien évangélique et descend d’une longue lignée de fervents huguenots. « Je ressens la fierté d’être chrétien, la fierté d’être sauvé et de vouloir partager cette joie avec le monde« , a-t-il déclaré.

« En France, il est fréquent de rencontrer ces calvaires, nos villages en ont tous dans leur cœur, nos campagnes sont peuplées de croix, et donc, que l’on tourne à droite ou à gauche, notre décision est prise sous le regard de cette croix« , a déclaré Titouann, qui conduira le groupe en Irlande.

« J’ai toujours aimé ces calvaires, qui représentent une part importante du patrimoine matériel de l’Église : pas seulement de l’Église catholique, protestante ou orthodoxe. Non, ces croix appartiennent à tous les chrétiens, qui peuvent y voir un rappel de notre identité« .

Titouann a déclaré qu’il espérait préserver les monuments et même en installer de nouveaux « pour permettre aux générations futures de vivre cette grâce de rencontrer la croix au « hasard » de nos promenades« .

Lors d’une restauration, se souvient-il, « nous avons été agressés verbalement par un voisin. Notre réaction calme et priante l’a déstabilisé et il a même fini par nous aider et prier avec nous. Ce que je retiens de cet épisode, c’est la qualité du témoignage que nous portons« .

« Nous sommes réunis en ce moment par notre foi, et malgré nos différences, nous avons réussi à témoigner de l’amour que nous recevons et que nous nous portons les uns aux autres, entre frères et sœurs« , a-t-il poursuivi. « Cela a touché cette personne qui a manifestement agi de la sorte par manque d’amour.« 

La restauration d’un seul des grands crucifix coûte plus de 1 500 dollars. La restauration de statues et de chapelles en bronze ou en fonte peut coûter beaucoup plus cher. SOS Calvaires a créé une application pour smartphone qui permet aux utilisateurs d’identifier les calvaires, les croix et autres monuments à restaurer. L’association continue de collecter des fonds pour son travail à but non lucratif.

À lire aussi | Pétition : Que le Vatican fixe une date pour Fulton Sheen

Commentant les liens entre la restauration des monuments catholiques et la foi chrétienne, M. Caillé a déclaré :

« J’ai entendu des témoignages de personnes qui venaient à notre association pour la croix, pour le patrimoine, et qui repartaient avec le Christ. Parce qu’à la fin du travail, ils lèvent les yeux vers Celui qui est sur la croix et là s’arrête notre travail et là commence le travail du Dieu tout-puissant« .

« Notre but est de réévangéliser la France et de restaurer le maximum de calvaires : Il y en a des centaines de milliers. Nous avons beaucoup de choses à faire, alors pourquoi ne pas aller à l’étranger et toucher tous les pays qui ont un patrimoine chrétien« , a déclaré M. Caillé.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire