in , , ,

Mgr Paglia : le suicide médicalement assisté est « faisable »

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’archevêque Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, s’est prononcé en faveur de la légalisation du suicide médicalement assisté, le qualifiant de « faisable » malgré les enseignements clairs de l’Église catholique qui s’y opposent.

« Personnellement, je ne pratiquerais pas l’assistance au suicide, mais je comprends que la médiation légale puisse être le plus grand bien commun concrètement possible dans les conditions où nous nous trouvons« , a déclaré Paglia dans un discours prononcé le 19 avril lors du Festival international du journalisme à Pérouse, en Italie.

Les remarques de l’archevêque italien faisaient partie d’une présentation qui incluait un documentaire sur un Italien qui s’est rendu en Suisse pour mourir par suicide assisté. Une vidéo de la discussion, en italien, est disponible ici.

Le journal italien Il Riformista a publié le texte du discours de Mgr Paglia samedi.

Selon le Catéchisme de l’Église catholique, « l’euthanasie intentionnelle, quels qu’en soient les formes et les motifs, est un meurtre » et « gravement contraire à la dignité de la personne humaine et au respect dû au Dieu vivant, son Créateur » (CEC 2324).

Plus récemment, en 2020, la Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican a affirmé cet enseignement dans sa lettre Samaritanus bonus, « sur le soin des personnes dans les phases critiques et terminales de la vie« , qui a été approuvée par le pape François.

« La valeur infrangible de la vie est un principe fondamental de la loi morale naturelle et un fondement essentiel de l’ordre juridique« , affirme la lettre. « Nous ne pouvons pas choisir directement de prendre la vie d’autrui, même s’il le demande« .

Plus tôt cette année, lors de l’audience générale du 9 février, le pape François a déclaré que les mourants avaient besoin de soins palliatifs, et non d’euthanasie ou de suicide assisté, affirmant : « Nous devons accompagner les personnes vers la mort, mais pas provoquer la mort ou faciliter le suicide assisté.« 

Dans son intervention du 19 avril, Mgr Paglia a souligné que l’Église n’est pas un « distributeur de pilules de vérité » lorsqu’il s’agit de s’engager avec une société pluraliste sur les questions morales les plus difficiles du moment.

« La pensée théologique évolue dans l’histoire, en dialogue avec le Magistère et l’expérience du peuple de Dieu (sensus fidei fidelium), dans une dynamique d’enrichissement mutuel« , a déclaré Mgr Paglia.

Mme Paglia a rappelé la décision du pape François, en 2018, de réviser le Catéchisme de l’Église catholique pour affirmer que la peine de mort est « inadmissible« .

« L’apport des chrétiens se fait au sein des différentes cultures, ni en haut – comme s’ils possédaient une vérité donnée a priori – ni en bas – comme si les croyants étaient porteurs d’une opinion respectable, mais désengagée de l’histoire« , a poursuivi Mme Paglia.

« Entre les croyants et les non-croyants, il existe une relation d’apprentissage mutuel« , a déclaré Paglia.

« En tant que croyants, nous posons donc les mêmes questions qui concernent tout le monde, sachant que nous sommes dans une société démocratique pluraliste. Dans ce cas, à propos de la fin de la vie (terrestre), nous nous trouvons tous confrontés à une question commune : Comment pouvons-nous parvenir (ensemble) à la meilleure façon d’articuler le bien (plan éthique) et le juste (plan juridique), pour chaque personne et pour la société ? »

Paglia a critiqué l’expansion des lois dans certains pays pour permettre l’euthanasie involontaire. Dans le même temps, il a déclaré qu’il n’était « pas exclu » que le suicide assisté légalisé « soit possible dans notre société« , à condition que certaines conditions énoncées dans un arrêt de la Cour constitutionnelle italienne de 2019 soient remplies.

Plus précisément, il a déclaré, en citant les directives de la Cour, que la personne doit être « maintenue en vie par un traitement de survie et souffrir d’une pathologie irréversible, source de souffrances physiques ou psychologiques qu’elle considère comme intolérables, mais pleinement capable de prendre des décisions libres et conscientes« . La Chambre des représentants italienne a déjà approuvé une telle législation, mais pas le Sénat, a-t-il noté.

Ce n’est pas la première fois que les remarques de Mgr Paglia sur le suicide assisté suscitent la controverse. En 2019, répondant à une question sur le suicide assisté et sur la possibilité pour un catholique ou un prêtre catholique d’assister à la mort d’une personne par suicide assisté, M. Paglia a déclaré à un petit groupe de journalistes qu’il serait prêt à le faire, car « le Seigneur n’abandonne jamais personne« .

« En ce sens, accompagner, tenir la main de quelqu’un qui est en train de mourir, est, je pense, un grand devoir que chaque croyant devrait promouvoir« , a-t-il déclaré à l’époque, ajoutant que les croyants devraient également offrir un contraste avec la culture du suicide assisté.

À lire aussi | La vision catholique concernant le voile

Plus récemment, en août 2022, Paglia a été vivement critiquée par les opposants à l’avortement pour avoir qualifié, lors d’une interview à la télévision italienne, la loi 194 – la loi de 1978 légalisant l’avortement en Italie – de « pilier de la société ». Dans une déclaration ultérieure, l’Académie pontificale de la vie a affirmé que ce commentaire avait été pris hors contexte.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire