Père Leon Knabit : Non aux unions homosexuelles

Le mariage catholique, union d'un homme et d'une femme, doit être une union sacramentelle. Ce n'est que dans un tel mariage que des enfants doivent naître.

Tant de choses sont dites et écrites sur la nécessité de réparer et d'améliorer la réalité actuelle. Regardons Jésus pour la prescription. Et il dit : Si vous ne changez pas et si vous ne devenez pas comme des enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux (Mt 18, 3).

Et c'est là que le problème commence. On peut écrire des volumes sur l'enfant, et je voudrais partager avec vous quelques-unes de mes réflexions basées sur la théorie, mais aussi sur l'expérience que j'ai acquise au contact de personnes ayant plus de 65 ans de sacerdoce.

Quel type d'enfant avons-nous à l'esprit, quel type d'enfant doit-il être ? Dépendant de ses aînés pour tout, mais en même temps égoïste, inintelligent, incapable de prévoir les conséquences de ses actes, un enfant qui dérange les adultes, avec une mémoire qui les perturbe parfois ? Ou peut-être un enfant innocent, confiant, cherchant l'amour et l'offrant à tous ceux en qui il a confiance ? Au nom de cet amour, prêt à faire des sacrifices, curieux de tout ce que lui offre le monde des adultes ? Ou peut-être d'autres encore…

Mais pour parler des enfants, il faut aussi parler des parents, et donc de la famille. Car les parents sont en grande partie responsables de ce que sera l'enfant. Ils le conçoivent (le plus souvent !) par amour. Et je m'adresse ici aux croyants, car les non-croyants raisonnables et honnêtes ont certainement leurs propres méthodes et motivations pour bien élever leur propre enfant. Ainsi, l'enfant de parents croyants a le droit de naître dans un mariage sacramentel en restant en état de grâce sanctifiante. Sa vie commence par la réception d'un amour total - de la part de Dieu et des autres.

L'ambition spirituelle des parents devrait être de concevoir un enfant en état de grâce, car alors une grande chose est accomplie - une nouvelle création voit le jour. Dieu donne à ceux qui s'aiment le pouvoir de transmettre cet amour à leur progéniture. Un grand mal est fait à l'enfant dès le début lorsque l'acte de conception a lieu sans état de grâce. S'il n'y a pas de Christ, il y a Satan. Il ne peut y avoir de vide. Bien sûr, on peut y remédier, car des attitudes ultérieures peuvent annuler les effets de la première imprudence. Le sacrement du baptême s'occupera de Satan tant chez l'enfant que chez les parents s'ils y renoncent consciemment - au moins au moment du baptême de l'enfant. Cependant, le mal doit être appelé par son nom et ensuite éliminé de manière cohérente.

Si l'amour parental est tiré de Dieu, qui dit "Ces pauvres pécheurs, afin qu'ils sachent combien je les aime" (Jésus à Sainte Faustine), il s'agira d'un amour inconditionnel, quel que soit le comportement de l'enfant. Oui, la faute d'un enfant doit être reconnue et punie en conséquence. Mais il ne faut jamais dire à un enfant, surtout s'il est jeune : "Je ne t'aime plus, tu n'es plus notre enfant, ce n'est plus ta maison". Pour un jeune enfant, qui se sent en sécurité dans une atmosphère de chaleur domestique, refuser l'amour, c'est comme couper le chauffage dans une serre. Il perd son sentiment de sécurité, crée des blessures et des phobies dans son âme, qui ne tardent pas à se manifester. Une génération de "jeunes terribles" est en train de grandir.

Mais l'amour doit être exigeant. "Vous devez être exigeants envers vous-mêmes", disait saint Jean-Paul II aux jeunes. Où cela s'apprend-il ? Par une éducation sage à la maison. Dès la petite enfance, l'enfant doit apprendre à partager la responsabilité du foyer. Il doit être fier de participer aux tâches ménagères, de savoir que ce qui est beau et bon dans la maison lui revient également. Pour que cela ne ressemble pas à l'histoire racontée par le concierge d'une école :

Un papier traîne sur le sol de l'école.

  • Ramassez-le, dis-je à l'élève.
  • Que fais-tu ici ?
  • Et si le papier est par terre à la maison, que se passe-t-il ?
  • Maman le ramasse.

Il faut enseigner la discipline aux enfants. Les bonnes actions doivent toujours être remarquées et félicitées par tous les moyens possibles, et les mauvaises punies en conséquence - sans abuser du corps ou du psychisme de l'enfant. L'histoire est racontée par une mère, une femme ayant fait des études universitaires et possédant des compétences pédagogiques, comme vous pouvez le constater :

Je rentre du travail et ma petite fille se tient dans un coin. Qu'est-ce qui ne va pas ?

- Je lui demande.

  • Hania a été méchante, Hania s'est mise au coin.
  • Peut-être que ça suffit ? - Je demande au bout d'un moment.
  • Non, j'ai besoin de rester debout encore un peu.

A peine un commentaire…

Eh bien, et l'éducation religieuse. Les signes de foi ne doivent pas manquer à la maison : croix, tableaux, etc. La famille doit prendre une part active à la vie de l'Église, d'abord l'Église locale, puis la communauté locale. Il convient de rappeler que l'obligation d'assister à la messe dominicale ne s'applique à l'enfant qu'à partir du moment où il reçoit la première communion. Avant cela, il est nécessaire de l'introduire lentement dans l'atmosphère du sacré, d'abord pour un temps très court, en lui expliquant qu'il ne s'agit pas d'une cour de récréation, mais d'un lieu où l'on ne parle pas fort, où l'on ne court pas et où l'on ne crie pas. Ici, il y a le Seigneur Jésus silencieux, qui nous aime beaucoup. Il est également important de rappeler que les adultes ont le droit de participer à l'Eucharistie dans la concentration, et que le comportement bruyant des enfants rend cela difficile et parfois même impossible.

Oui, lors des messes pour jeunes enfants, un certain désordre sacré est supposé à l'avance, et c'est une autre question. Mais si un enfant ne peut pas être contrôlé, s'il est souvent tout simplement mal élevé et s'il est bruyant et insupportable partout, n'allez pas à l'église avec lui. On a la chair de poule de voir un enfant de trois ans à la liturgie du samedi saint ou à tout autre service similaire. C'est souvent ainsi que sont élevés les athées qui, à l'avenir, fuiront l'église et l'Église et deviendront parfois - comme c'est parfois le cas aujourd'hui - ses ennemis acharnés.

L'enfant est un don et une tâche pour la société. C'est un devoir social de créer les conditions de son développement et de le préparer à l'accomplissement responsable des tâches qui l'attendent dans le groupe social auquel il appartient. D'où la responsabilité des parrains et marraines et de la communauté de croyants dans la foi de laquelle l'enfant a été baptisé. Le rôle de l'école et des autres facteurs éducatifs est également très important. Ce qui est bon dans les lignes directrices du Médiateur des enfants doit être suivi avec diligence, tout en se rappelant que les parents et les éducateurs ont aussi leurs droits.

Je recommande à tous, malades et en bonne santé, les questions soulevées ici et celles qui les concernent. Je recommande à la prière tous les enfants, en particulier ceux qui ont été affectés d'une manière ou d'une autre par un manque d'amour.

Je voudrais maintenant exposer ma position sur les questions soulevées ici en quelques points :

Le mariage catholique, l'union d'un homme et d'une femme, doit être une union sacramentelle. Ce n'est que dans un tel mariage que des enfants doivent naître.

NON aux unions homosexuelles et à leur adoption d'enfants.

NON au divorce, qui est un désastre pour la vie affective de l'enfant.

NON aux relations sexuelles hors mariage.

NON à l'avortement, à l'euthanasie et à l'in vitro, car la vie est sacrée de la conception à la mort naturelle.

NON à l'éducation sexuelle des enfants, surtout à partir de la maternelle, selon les lois et directives actuelles des bureaux de l'Union européenne.

NON à la violence, même verbale, contre les enfants.

À lire aussi | Mgr Paglia : le suicide médicalement assisté est "faisable"

Je ne serai pas rancunier si quelqu'un a une opinion différente sur les questions soulevées ci-dessus. Pour ces personnes, je prie pour qu'elles trouvent la vérité, car la vérité nous rendra libres.

Ce texte a été publié sur le blog du père Leon Knabit OSB

Leon Knabit OSB - né le 26 décembre 1929 à Bielsk Podlaski, moine bénédictin, prieur de l'abbaye de Tyniec en 2001-2002, publiciste et auteur de livres. Son blog a reçu la statuette "Blog of the Year 2011" dans la catégorie "Professional". En 2009, il a été décoré de la Croix de chevalier de l'Ordre de la renaissance de la Pologne.

Source : Cet article a été publié originellement par Niedziela (Lien de l’article).

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *