Quatrième dimanche du temps ordinaire – homélie du Père Warren

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce quatrième dimanche du temps ordinaire : en avril 1986, deux hommes aux cheveux gris se saluent à l'aéroport de Tokyo.

Les deux hommes avaient les larmes aux yeux, l'un était un Américain nommé Ponich. L'autre était un Japonais nommé Ishibashi, la dernière fois qu'ils se sont rencontrés, c'était 40 ans auparavant dans une grotte d'Okinawa. Le sergent Ponich avait amené dans la grotte un petit garçon japonais de 5 ans qui avait reçu une balle dans les jambes. Il lavait les blessures de l'enfant, essayant d'arrêter l'hémorragie. Ishibashi, un tireur d'élite caché dans la grotte, est sorti d'un coin sombre.

Il a pointé son fusil sur Ponich et s'est préparé à tirer à bout portant. Ponich n'a rien pu faire, il a simplement continué à s'occuper de l'enfant. Ishibashi a regardé avec stupéfaction, puis il a lentement baissé son fusil. Puis Ponich s'est levé, a pris l'enfant dans ses bras, s'est incliné et a prononcé le mot hôpital en japonais. Il a quitté la grotte et a emmené l'enfant dans un hôpital de campagne américain.

Heureux les miséricordieux, car on leur fera miséricorde. Lorsque Jésus a prononcé les Béatitudes, il s'adressait aux foules, à des gens de tous les jours comme vous et moi.

Il ne donnait pas de conseils spirituels de haute voltige que seuls ceux qui étaient déjà hautement sanctifiés pouvaient suivre. Il donnait une prescription de vie quotidienne pour les gens ordinaires. Avez-vous déjà pardonné à quelqu'un, avez-vous déjà dit :

"Ne t'inquiète pas pour ça. Passons à autre chose, recommençons, c'est un exemple de "heureux ceux qui font preuve de miséricorde".

Avez-vous déjà réalisé que vous étiez impuissant dans une certaine situation et que vous ne pouviez compter que sur Dieu :

"Heureux les pauvres en esprit".

Avez-vous déjà été dans une situation où la mauvaise chose semblait extrêmement attrayante ?

Et la bonne chose semblait extrêmement difficile et vous avez demandé à Dieu de vous aider à faire la bonne chose parce que vous vouliez vraiment le faire, mais n'étiez pas sûr de pouvoir le faire ?

"Heureux ceux qui ont faim et soif de sainteté".

Vous est-il déjà arrivé d'être extrêmement triste et bouleversé par une perte quelconque, de vous efforcer de la surmonter et de réaliser plus tard que cela vous a aidé à grandir et à devenir une meilleure personne…..

"Heureux ceux qui sont dans la peine."

La semaine dernière, j'ai dû visiter un refuge pour sans-abri à New York. Je ne me souviens pas avoir jamais été aussi choquée.

Des malades mentaux, des femmes et des enfants, on se serait cru dans un roman de Dicken plutôt que dans le New York du 21e siècle. Alors, que disent les disciples du Christ à ces personnes parmi nous, osons-nous dire :

"Vous êtes bénis… vous êtes dans une situation chanceuse".

Pouvons-nous au moins dire :

"Vous êtes bénis parce que Dieu vous aime… parce que le Christ a une place spéciale dans son cœur pour les opprimés, les déshérités. Vous êtes bénis parce que, d'une manière ou d'une autre, nous ne savons pas comment… d'une manière ou d'une autre, les bénédictions du royaume de Dieu seront vôtres."

Quelquefois…. nous ne savons pas quand parfois, vous rirez et sauterez de joie.

"Bénis sois-tu car Dieu seul peut remplir ton vide. Heureux êtes-vous parce que vous piquez notre conscience. Parce que vous nous révélez notre pauvreté aux yeux de Dieu. Bénis êtes-vous parce que vous vivez le Christ crucifié que nous évitons si souvent. "

L'évangile de ce jour est une invitation à nous demander dans quelle mesure nous remplissons les conditions pour être appelés bénis par Jésus. Sommes-nous une personne à qui Jésus donnerait le nom de miséricordieux… sommes-nous une personne à qui Jésus donne le nom d'artisan de la paix ?

Sommes-nous une personne à qui Jésus donnerait le nom de pauvre en esprit ? Nous sommes-nous jamais arrêtés pour réfléchir à ce que cela signifie d'être un chrétien ? Il n'y a pas de réponses faciles à ces questions. Il serait plus facile de faire comme si le défi n'existait pas.

Peut-être pourrait-on ajouter une autre béatitude à la liste. Quelque chose comme ceci :

"Heureux ceux qui se débattent avec les problèmes. Qui subissent des critiques pour avoir agi au nom de l'évangile ?"

À lire aussi | La servante de Dieu Wanda Malczewska, mystique polonaise

La récompense… peut-être que Sophonie nous donne un indice dans les mots prononcés par le Seigneur. Ils paîtront et se coucheront, et personne ne leur fera peur. Il y a eu un long feuilleton intitulé "Une vie à vivre".

L'évangile d'aujourd'hui nous pose une question simple : comment vivons-nous notre vie ?

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *