in , , , , , , , ,

Les meilleures pratiques pour repousser le diable

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Ne laissez pas la crainte du diable dominer votre vie. Les chrétiens doivent craindre seulement Dieu et vivre dans l’admiration de tout ce qu’Il fait pour nous.

Surtout pour ce que Dieu fait dans nos vies en raison de son grand amour pour chacun d’entre nous. Notre force vient de « la résurrection du Seigneur, du triomphe de la vie sur la mort, de l’amour sur la haine, de l’amour sur la vie, de la vérité sur le mensonge et de la lumière sur les ténèbres« 

Trois cent soixante-cinq fois dans la Bible, il nous est dit, sous une forme ou une autre : « N’ayez pas peur !« . Littéralement, une fois pour chaque jour de l’année, Dieu nous rappelle que le mal est quelque chose que nous ne devons pas craindre. Un exemple nous vient du deuxième livre des Rois ( 2 Rois 6:15-17):

15. Le serviteur de l’homme de Dieu se leva de bon matin et sortit ; et voici qu’une troupe entourait la ville, avec des chevaux et des chars. Et le serviteur dit à Élisée :  » Ah ! Mon seigneur, comment ferons-nous ? « 

16. Il répondit:  » Ne crains rien; car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux. « 

17. Élisée prié et dit :  » Yahweh, ouvre ses yeux, pour qu’il voie.  » Et Yahweh ouvrit les yeux du serviteur, et il vit, et voici que la montagne était pleine de chevaux et de chars de feu, autour d’Élisée.

Ces versets nous rappellent que, même si le match peut sembler inégal entre l’homme et le démon, nous avons l’assistance de la grâce divine et des anges. Nous devrions toujours nous rappeler que les forces du bien sont toujours plus nombreuses que les forces du mal. Une grande remarque de Sainte Thérèse d’Avila, mystique espagnole du XVIe siècle, dit :

« Je ne comprends pas ces peurs qui nous font pleurer. Je ne comprends pas ces peurs qui nous font crier, le diable, le diable, alors que nous pouvons dire Dieu, Dieu ! Dieu, Dieu !« 

Les esprits impurs varient en force, en audace et en malice. Ils peuvent influencer nos pensées par le biais de l’imagination, et ils peuvent exciter des sentiments tels que la convoitise, la colère ou le désespoir. Grâce à leur intelligence, ils peuvent déduire ce que nous pensons en nous observant attentivement et en notant les effets qu’ils produisent. Ils ont leurs spécialités, et pour implanter leur vice particulier, ils recherchent le moment et l’endroit opportuns où nous nous trouvons.

Le moment et l’endroit où nous sommes les plus faibles et où nous baissons la garde. Leur pouvoir sur nous augmentera ou diminuera en fonction de la résistance qu’ils rencontreront en nous. Nous nous rendons forts contre les attaques du diable lorsque nous choisissons l’amour de Dieu plutôt que la peur que le diable essaie de semer. Dans la première lettre de Jean, nous lisons :

18. Il n’y a point de crainte dans l’amour ; mais l’amour parfait bannit la crainte, car la crainte suppose un châtiment ; celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. ».

L’amour approfondit notre foi et ce qui est au cœur de notre foi, ce n’est pas la démonologie, c’est Jésus-Christ. Nous devons toujours nous concentrer sur lui et sur lui seul, et non sur ce que les démons tentent de nous faire croire. Les démons n’ont aucun pouvoir sur nous que celui que nous leur abandonnons. Ils peuvent proposer, mais ils ne peuvent imposer.

La meilleure défense contre les forces du mal est que chacun d’entre nous allions vivre notre foi et faire grandir notre relation et notre engagement envers Jésus-Christ. Je voudrais partager avec vous quelques exemples très concrets de ce que nous pouvons tous faire pour nous concentrer sur le Christ et, ce faisant, pour nous engager dans la lutte contre le mal.

Lire et connaître la Bible. Saint Jérôme (347-420 ap. J.-C.) a dit :

« L’ignorance de l’Écriture, c’est l’ignorance du Christ, » (Romains 11:14)

Par conséquent, connaître l’Écriture, c’est connaître le Christ et sa puissance. Voici quelques exemples :

11. Cela importe d`autant plus, que vous savez en quel temps nous sommes : c`est l`heure de nous réveiller enfin du sommeil; car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons embrassé la foi.

12. La nuit est avancée, et le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière.

13. Marchons honnêtement, comme en plein jour, ne nous laissant point aller aux excès de la table et du vin, à la luxure et à l`impudicité, aux querelles et aux jalousies.

14. Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et ne prenez pas soin de la chair, de manière à en exciter les convoitises.

Éphésiens 6:13-15

13. C`est pourquoi prenez l`armure de Dieu, afin de pouvoir résister au jour mauvais, et après avoir tout surmonté, rester debout.

14. Soyez donc fermes, les reins ceints de la vérité, revêtus de la cuirasse de justice,

15. et les sandales aux pieds, prêts à annoncer l`Evangile de paix.

Galates 2:19-21

19. puisque c`est par la Loi que je suis mort à la Loi, afin de vivre pour Dieu. J`ai été crucifié avec le Christ,

20. et si je vis, ce n`est plus moi qui vis, c`est le Christ qui vit en moi. Ce que je vis maintenant dans la chair, je le vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m`a aimé et qui s`est livré lui-même pour moi.

21. Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s`obtient par la Loi, le Christ est donc mort pour rien.

Jacques 4:7-10

7. Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il s`enfuira de vous.

8. Approchez-vous de Dieu, et il s`approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos coeurs, hommes à l`âme double.

9. Sentez votre misère; prenez le deuil, et pleurez que votre rire se change en pleurs, et votre joie en tristesse.

10. Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. Frères, ne dites point de mal les uns des autres.

La Parole de Dieu est l’outil le plus efficace que nous puissions utiliser pour vaincre le diable. Jésus l’a utilisée pour renoncer aux tentations du diable au début de son ministère public. Jésus l’a utilisée pour renoncer aux tentations du diable au début de son ministère public et, ce faisant, il nous enseigne à faire de même.

Pratiquez la dévotion mariale. La Sainte Mère est une alliée puissante pour quiconque est confronté aux forces du mal. Le diable ne pouvait pas toucher la Sainte Mère parce qu’elle était pleine de grâce.

Le père Gabriele Amorth raconte l’histoire d’un collègue exorciste qui demanda un jour au diable quelles étaient les qualités de la Vierge Marie qui le rendait si en colère et le faisait tant souffrir ?

Le diable répondit qu’elle est la plus pure de tous, et lui le plus sale ; elle est la plus humble, et lui le plus orgueilleux, et qu’il est le plus rebelle ; qu’elle est la plus obéissante. La Sainte Mère nous enseigne également que chaque heure est l’heure du Christ. Dans l’histoire des noces de Cana, Jésus dit à sa mère : « Mon heure n’est pas encore venue » (Jean 2:4) à sa mère. La réponse de Marie est la suivante : « Faites tout ce qu’il vous dira » (Jean 2:5).

Ce sont les derniers mots qu’elle prononce dans la Bible. Une fois qu’elle nous a dit d’écouter et d’obéir à Jésus, elle a dit tout ce qu’il y avait à dire. Fréquentez les sacrements. Le démon est combattu positivement et préventivement par tout ce qui nourrit et fortifie la vie chrétienne, et donc, avant tout, par le recours aux sacrements.

En tant que catholiques, nous devons nous confesser et assister à la Sainte Messe avec la réception de la Sainte Communion. Saint Ignace d’Antioche (35- 108) souligne l’importance de la Sainte Messe dans sa Lettre aux Éphésiens, où il écrit Éphésiens, où il écrit :

« Faites donc de votre mieux pour vous réunir plus souvent et à rendre grâce et gloire à Dieu. Lorsque vous vous réunissez fréquemment, les pouvoirs de Satan sont confondus, et face à votre foi collective, sa malice s’effondre. » (n° 13).

Notre foi catholique ne doit pas, et ne doit pas être purement culturelle, par laquelle nous nous contentons de suivre le mouvement. Elle doit être une relation vécue avec Jésus-Christ, illustrée par la vie sacramentelle de l’Église. Prier et jeûner. Lorsque les disciples ont demandé à Jésus pourquoi ils ne parvenaient pas à chasser un démon particulier, il a répondu :

« Ce genre de démon ne peut être chassé que par la prière et le jeûne« .

Dans ce même récit, dans l’Évangile de Matthieu, Jésus répond qu’ils n’ont pas pu chasser le démon à cause de leur manque de foi.

Lorsque nous prions, nous nous lions plus étroitement à Dieu et nous sommes protégés de l’influence démoniaque. Lorsque nous jeûnons, nous créons un vide physique en nous et réalisons que seul Dieu peut satisfaire les désirs les plus profonds de l’homme. Faites aussi appel à votre Ange gardien et rappelez-vous que votre Ange gardien est plus puissant que le diable.

Les Écritures nous enseignent l’importance de nos anges. Dans le Psaume 91, nous lisons :

11. Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies.

12. Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte contre la pierre.

Dans l’Évangile de Matthieu, Jésus dit :

10. Prenez garde de mépriser aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux.

Saint Bonaventure, docteur de l’Église (1221-1274 ap. J.-C.), a tiré de l’Écriture une liste de douze façons dont les enfants doivent être traités, une liste de douze façons dont nos anges gardiens veillent sur nous et nous réprimande pour nos fautes. Il nous libère des liens de nos péchés, éloigne de nous ce qui fait obstacle à la bonté, contraint les démons qui nous affligent, nous enseigne, nous révèle les secrets du mystère de Dieu nous console, nous réconforte, nous guide et nous conduit à Dieu. Il terrasse nos ennemis, atténue nos tentations, prie pour nous et porte nos prières à Dieu.

Je crois que nos anges gardiens sont importants parce qu’ils servent à nous inspirer, nous instruire et nous éclairer pour que nous nous occupions toujours de Dieu.

Utiliser aussi les sacramentaux. Il s’agit d’objets bénis, tels que les scapulaires, le crucifix, la médaille miraculeuse, l’eau bénite, le sel et l’huile. Le Code de droit canonique définit les sacramentaux comme des « signes sacrés par lesquels les effets, surtout spirituels, sont signifiés« .

« Les effets, surtout spirituels, sont signifiés par une certaine imitation des sacrements et sont obtenus par l’intercession de l’Église » (Can. 1166)

À lire aussi | La justice de Dieu : punition éternelle pour un péché d’un instant ?

Le Catéchisme de l’Église catholique ajoute que les sacramentaux « préparent à la vie« . Ajoute que les sacramentaux « nous préparent à recevoir la grâce et nous disposent à coopérer avec elle » (1670).

Dans les Actes des Apôtres, il y a le récit d’une délivrance qui s’opère par l’intermédiaire d’objets bénis :

11. Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul,

12. si bien que même (on appliquait) sur les malades des mouchoirs ou des tabliers qui avaient été pris sur son corps, et que les maladies les quittaient, et que les esprits mauvais s`en allaient.

13. Or quelques-uns aussi des exorcistes juifs ambulants essayèrent d’invoquer le nom du Seigneur Jésus sur ceux qui avaient des esprits mauvais, en disant :  » Je vous adjure par le Jésus que Paul prêche. « 

Les sacrements sont importants parce qu’ils nous renvoient toujours au Christ, le sauveur.

Source : Exorcism The Battle Against Satan and His Demons – Fr. Vincent P. Lampert – 2020

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire