in , , , ,

L’alliance contre-nature de Mgr Bätzing et du Cardinal Grech

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La visite de l’Évêque Bätzing à Rome début octobre pour y « promouvoir » la « voie synodale » allemande a montré qu’il en était ainsi. Comme on pouvait s’y attendre, la photo de presse finale avec le Cardinal Grech, secrétaire général et organisateur du Synode mondial, a démontré une parfaite concordance ; le fait que les Allemands aient rompu avec la doctrine de l’Église n’a rien gâché.

De toute évidence, le message est passé. Quelques jours plus tard, le Cardinal Müller a mis en garde dans une interview contre une « prise de contrôle hostile » de l’Église. Il s’est expressément référé au synode mondial dont les résultats sont déjà connus. Selon lui, certains initiateurs se considèrent manifestement comme « plus intelligents que Dieu » et tentent à tout prix d’imposer un agenda de réforme personnel.

Müller a expressément cité Grech. Celui-ci se considère comme une sorte de « super-autorité » et veut établir une « nouvelle herméneutique » de la foi catholique. Si un tel projet devait aboutir, cela équivaudrait à une « destruction de l’Église« , a déclaré Müller, qui s’est également étonné que de tels processus soient tolérés par le Pape.

Le Pape ne peut pas non plus introduire une nouvelle doctrine simplement parce qu’il y a des demandes en ce sens, comme par exemple de la part de l’Allemagne ou du secrétariat du synode de Grech. La mission du Pape consiste au contraire à servir le Christ et à protéger la foi de ses ennemis. En clair, cela signifie : de l’alliance contre-nature de Bätzing et Grech.

Entre-temps, tous deux ont découvert le Concile Vatican II (1962-1965) à leurs propres fins : la « voie synodale » et le synode mondial doivent désormais « développer » les idées du Concile. Il s’agit bien sûr de la « consécration des femmes« , de la « réévaluation » de l’homosexualité ainsi que de l’établissement d’une morale séculière. Toutefois, le Concile n’a rien dit sur tout cela et, comme l’a fait remarquer le Cardinal Kasper, il n’a jamais rompu avec l’enseignement de l’Église.

Comme Bätzing et Grech le savent tout autant que leurs partisans, ils se réfèrent maintenant à ce qu’ils appellent vaguement « l’esprit » du Concile. Que celui-ci corresponde à leur propre esprit, personne n’en doute. Qu’il s’agisse du véritable esprit du Concile, et encore moins de l’Esprit Saint, relève de la pure fantaisie.

C’est donc à juste titre que le Cardinal Müller atteste aux protagonistes de la « voie synodale » et du « synode mondial » une « hérésie à la manière de l’arianisme« . Après tout, tous les conciles ont déclaré que la foi révélée n’est jamais et à aucun moment modifiable. Même un synode ou une « synodalité » quelconque n’y change rien.

C’est précisément le deuxième concile du Vatican qui a rendu ce terme aussi inconnu que l’image protestante de l’Église qu’il incarne généralement. Ce n’est pas pour rien que le Pape a toujours mis en garde contre la confusion entre un synode et un « parlement« .

Mais le Pape contribue lui-même à cette confusion lorsqu’il appelle par exemple à écouter davantage le « peuple de Dieu » au sein du synode. Ce genre de choses sonne toujours « démocratique » et aussi « parlementaire » et suscite donc des attentes qui ne sont pas nécessairement celles du Pape.

De plus, le pape a récemment créé la surprise en prolongeant le synode jusqu’en 2024, ce qui lui confère un poids toujours plus important et lui donne l’apparence d’un « super synode » ou d’un « concile Vatican III« .

Toutefois, les tensions non résolues au sein de l’Église sont déjà si évidentes qu’elle menace de se disloquer à plus ou moins long terme. C’est flagrant en Allemagne, et même au Vatican, cela se dessine un peu partout.

Récemment, des critiques de la morale sexuelle catholique ont été nommés à l' »Académie pontificale pour la vie« , mais aussi Mariana Mazzucato, une partisane controversée de l’avortement. Cette athée a dernièrement fait sensation en approuvant une vidéo. La présentatrice y déclarait, en rapport avec l’interdiction catholique de l’avortement : « Je ne m’intéresse pas à votre fichue religion« .

Mazzucato s’est néanmoins volontiers fait admettre à l’Académie pontificale et fait depuis la promotion de sa « proximité » avec le Pape.

À lire aussi | L’idéologie du genre arrive dans l’université catholique Notre Dame

Tout cela le montre : L’Église a besoin de paroles claires et novatrices – maintenant et non pas en 2024, comme l’a récemment rappelé le Cardinal Pell. Dans le cas contraire, elle sera en effet reprise par ses ennemis. Pour citer à nouveau le Cardinal Müller, ce serait alors « la fin de l’Église catholique« .

Joachim Heimerl, prêtre et professeur d’université.

Cet article a été publié originellement et en allemand par le CNA Deutsch (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire