La maison de Sainte Thérèse de Lisieux a inspiré des conversions
in , , , ,

La maison de Sainte Thérèse de Lisieux a inspiré des conversions

Des scènes tirées de l’autobiographie spirituelle de Sainte Thérèse de Lisieux, « Histoire d’une âme », prennent vie lorsqu’on parcourt les pièces de la maison de son enfance, dans le nord de la France.

La maison en briques rouges de Lisieux, dans la région Normande, a accueilli sous un même toit un foyer de saints.

Outre le plus jeune docteur de l’Église, les parents de Thérèse, les Saints Louis Martin et Zélie Martin, ont été canonisés ensemble en 2015, et la cause de sa sœur aînée, Léonie, est actuellement examinée par le Vatican.

Sœur Véronique, une carmélite qui assiste les visiteurs de la maison d’enfance de Sainte Thérèse, a déclaré à CNA que les visites de la maison ont donné lieu à « de nombreuses conversions« .

« Les gens sont très touchés par le témoignage de la famille Martin lorsqu’ils entrent dans cette maison. Ils réalisent combien d’amour a été échangé entre les parents et les enfants« , a-t-elle déclaré.

« Ils sentent cet amour et que cette maison a une âme« .

La famille Martin s’est installée dans la maison de Lisieux en 1877 après que la mère de Thérèse, Zélie, soit décédée d’un cancer alors que Thérèse n’avait que 4 ans.

Thérèse était le neuvième enfant de la famille – quatre de ses frères et sœurs, dont deux garçons, étaient morts avant sa naissance.

Après la mort de sa femme, Louis Martin a « bien éduqué ses filles en plaçant Dieu au premier plan dans la famille« , a déclaré Sœur Véronique.

« Il allait à la messe tous les matins et lorsque ses filles voyaient leur père prier, elles l’imaginaient comme un saint. Vraiment toutes les filles Martin ont réalisé qu’elles avaient des parents qui étaient des saints et ont suivi leur exemple.« 

Thérèse choisit sa sœur aînée Pauline comme « seconde mère« . Lorsque Thérèse apprend que Pauline projette d’entrer au Carmel local comme religieuse cloîtrée, elle est très affligée et finit par tomber malade. Son père demande qu’une neuvaine de messes soit offerte pour la guérison de Thérèse, âgée de 10 ans. Ses prières furent bientôt exaucées.

Dans la chambre de Thérèse, au deuxième étage de la maison, on peut se tenir à l’endroit où une statue de la Sainte Vierge Marie a souri à Thérèse et où elle a connu une guérison miraculeuse le 13 mai 1883.

Thérèse a raconté l’événement dans « Histoire d’une âme » : « Je me suis tournée vers ma Mère du Ciel, la suppliant du fond de mon cœur d’avoir pitié de moi. Soudain, la statue sembla s’animer et devenir belle, d’une beauté divine que je ne trouverai jamais les mots pour décrire. L’expression du visage de la Vierge était d’une douceur, d’une tendresse et d’une compassion ineffables, mais ce qui me toucha au plus profond de mon âme fut son sourire gracieux.« 

À lire aussi | « La foi n’éteint pas le désir, mais l’enflamme. »

Avec la grâce du sourire de la Sainte Vierge, Thérèse a été guérie. La statue mariale blanche qui se trouve actuellement dans la chambre de Thérèse est une copie de l’original, qui se trouve au-dessus du sanctuaire de la chapelle des Carmes à Lisieux.

Les vrais cheveux de sainte Thérèse, coupés avant son entrée au Carmel, sont accrochés au mur de la chambre.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic News Agency ( Lien de l’article ).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire