in , , ,

Un haut conseiller du Pape répond avec mollesse aux Allemands

Un haut conseiller du Pape François a déclaré qu’un dialogue était nécessaire avec les évêques allemands après un récent vote en faveur de la bénédiction des unions homosexuelles, insistant sur le fait que cette décision n’était pas conforme à la doctrine catholique officielle.

Une église locale, particulière, ne peut pas prendre une telle décision qui implique la discipline de l’Église universelle“, a déclaré lundi le cardinal italien Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican.

Il doit certainement y avoir une discussion avec Rome et le reste des Églises dans le monde (…) pour clarifier quelles sont les décisions à prendre“, a déclaré M. Parolin.

Au cours du week-end, l’influente et riche Église allemande a conclu son processus de réforme controversé “Synodal Path“, une consultation pluriannuelle lancée en 2019 et visant à donner aux laïcs une voix plus forte après la crise dévastatrice des abus sexuels commis par des clercs dans le pays, qui a encore vidé les bancs de l’église.

La dernière réunion du processus a rassemblé plus de 200 représentants de la vie catholique en Allemagne, qui ont voté massivement en faveur des bénédictions homosexuelles, mais ont retardé la date de début jusqu’en mars 2026.

Le Vatican a réitéré cette position en 2021 lorsque son Dicastère pour la doctrine de la foi a publié une déclaration contre de telles bénédictions au motif que Dieu “ne peut pas bénir le péché” et qu’il serait “illicite” pour un prêtre d’accorder une quelconque légitimité à des unions entre personnes de même sexe.

Pourtant, malgré la position du Vatican, 176 participants à la réunion de clôture de la Voie synodale en Allemagne ont voté en faveur de ces bénédictions. Quatorze participants ont voté contre et 12 se sont abstenus, mais la majorité des deux tiers nécessaire a tout de même été atteinte.

Les participants ont également voté en faveur de l’offre de la communion aux couples divorcés et remariés sans annulation, et ils ont exhorté le Pape François à reconsidérer l’exigence du célibat des prêtres.

S’adressant aux journalistes lundi, M. Parolin a réitéré la position de Rome sur la bénédiction des couples de même sexe en se référant à la déclaration du Vatican de 2021, affirmant que “la position de Rome est la suivante” et que le vote des évêques allemands doit être inséré dans le Synode des évêques sur la synodalité du Pape François, qui aborde des thèmes similaires et s’achèvera en 2024.

Cette décision doit s’inscrire dans le parcours synodal de l’Église universelle. C’est là que seront décidés les développements à venir“, a déclaré M. Parolin, estimant que le fait que l’Église allemande ait choisi de ne pas offrir de bénédiction aux couples de même sexe jusqu’en 2026 était un bon signe.

Les représentants du Vatican et les évêques allemands ont eu des échanges sur la voie synodale pendant des années, le pape ayant écrit une lettre à l’Église allemande l’été dernier pour la mettre en garde contre la tentation d’attiser les divisions sur des questions telles que le célibat des prêtres, l’ordination sacerdotale des femmes, la bénédiction des couples de même sexe et une série d’autres questions.

En novembre, le Vatican a tenté de mettre un terme au processus lors d’une réunion avec plusieurs responsables de départements dans le cadre de la visite ad limina des évêques allemands à Rome, mais le processus s’est poursuivi malgré tout.

En janvier, plusieurs hauts fonctionnaires du Vatican, dont M. Parolin, ont envoyé une lettre, avec l’approbation explicite du pape François, indiquant qu’ils n’accepteraient pas la proposition d’un nouvel organe directeur de l’Église en Allemagne, composé d’évêques et de laïcs, mais les plans vont de l’avant pour établir cet organe, le Conseil synodal, quoi qu’il en soit.

Le pape François lui-même a laissé entendre qu’il n’approuvait pas le processus de la Voie synodale, le qualifiant à un moment donné de “très, très idéologique” et de “fait par les élites“.

M. Parolin s’est opposé à l’idée que le vote allemand était un acte de rébellion, déclarant : “Ne parlons pas de rébellion. Dans l’Église, il y a toujours eu des tensions et des positions divergentes“.

Il a toutefois précisé que le chemin synodal allemand “prend des décisions qui ne correspondent pas exactement à la doctrine actuelle de l’Église. Même s’ils disent que tout cela se passe dans le cadre du droit canonique, nous devons nous réunir et réexaminer la question“.

M. Parolin s’est exprimé aux côtés du Premier ministre italien Giorgia Meloni lors de la présentation, le 13 mars, d’un nouveau livre écrit par le père jésuite Antonio Spadaro, un ami proche et un collaborateur du pape François qui l’a interviewé à plusieurs reprises et qui accompagne le pape dans tous ses voyages internationaux.

Le nouveau livre, intitulé The Atlas of Francis : Vatican and International Politics, a été publié à l’occasion du dixième anniversaire de l’élection du pape François et explore la politique étrangère de François dans un contexte mondial de plus en plus interconnecté, mais aussi polarisé et divisé par la guerre et les conflits violents.

À cette fin, M. Parolin a souligné l’accent mis par le pape François sur la fraternité, affirmant que le pape François a proposé au monde “une diplomatie de l’homme pour l’homme, du peuple pour le peuple“, qui se concentre moins sur le profit et plus sur la croissance et le développement des personnes.

Saluant ce que M. Spadaro décrit comme la “diplomatie de la miséricorde” du pape, M. Parolin a fait remarquer que dans son dernier discours au corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège en janvier, il a répété le mot “miséricorde” à plusieurs reprises, l’offrant comme une ligne directrice claire pour les efforts diplomatiques internationaux.

Le cœur de la diplomatie de la miséricorde ne considère personne comme définitivement perdu“, a-t-il déclaré.

Concernant la guerre en Ukraine, M. Parolin a déploré que “le mot paix soit largement absent“, alors que “la voix trop forte et tonitruante des armes” est présente. La solution au conflit, a-t-il dit, “ne passe pas par la polarisation du monde entre les bons et les méchants“.

Si le point de départ est que “personne n’est l’incarnation du diable, alors il est possible de laisser une porte ouverte“, a-t-il déclaré, affirmant que le Saint-Siège s’efforce de promouvoir le dialogue “même lorsque ceux qui sont mal à l’aise sont présents dans le dialogue“.

La seule solution réaliste à la menace de guerre est la négociation“, a déclaré M. Parolin, ajoutant que c’est la raison pour laquelle “le Saint-Siège dialogue avec tout le monde et croit fermement au multilatéralisme” à un moment où “nous assistons malheureusement à son érosion“.

En présence de M. Meloni, M. Parolin a déclaré que le Saint-Siège bénéficiait du soutien total de l’Italie pour son offre de mener des négociations de paix entre l’Ukraine et la Russie.

Le pape veut visiter les deux capitales, il l’a dit depuis le début. Il maintient qu’un service à la paix ne peut être rendu que s’il est en mesure de rencontrer les deux présidents, le président Zelenski et le président Poutine“, a-t-il déclaré.

Notant que le Saint-Siège a “une vision différente de celle des États singuliers“, M. Parolin a déclaré qu’il avait “une vision universaliste et une approche consistant à travailler concrètement pour la paix“.

Je dirais que nous essayons de libérer toute notre créativité pour trouver les moyens qui nous permettraient de faire un premier pas vers un cessez-le-feu“, a-t-il dit, insistant sur le fait qu’en tant qu’entité universelle, le Saint-Siège cherche à intervenir “sans mettre en jeu aucun type d’intérêt particulier“.

Le problème, a-t-il ajouté, “est de trouver la manière de commencer“.

M. Parolin a également évoqué l’engagement controversé du Saint-Siège avec la Chine par le biais de l’accord sur la nomination des évêques, qualifiant cet accord d’étape importante destinée à “ouvrir un forum de négociations, mais aussi une attitude d’espoir“.

Cette ouverture et ce dialogue sont quelque chose que les deux parties veulent poursuivre. Du côté chinois, ce désir a toujours été exprimé, de continuer à dialoguer ensemble“, a-t-il déclaré, affirmant que l’accord peut conduire “à une normalisation de la vie de l’Église”.

Notant que l’évêque de Hong Kong, le jésuite Stephen Chow, rendra visite à son homologue à Pékin à la fin du mois d’avril, ce qui constituera la première visite de ce type en près de 40 ans, M. Parolin s’est dit heureux de cette visite et a déclaré qu’il était du devoir de l’Église de Hong Kong d’être “une Église-pont”.

Ils sont un pont entre l’Église chinoise et l’Église universelle, c’est donc un geste positif que l’évêque de Hong Kong puisse aller rencontrer son frère. Nous soutenons tout ce qui peut aider à donner et à multiplier les rencontres avec l’Église chinoise, ses évêques et ses fidèles“, a-t-il déclaré.

M. Parolin a également évoqué les futurs voyages du pape, déclarant qu’il était “probable” qu’il se rende à Marseille et en Mongolie en septembre, ainsi que les célébrations du dixième anniversaire du pape.

À lire aussi | Un bâtiment historique situé près du Vatican va devenir un hôtel

Réfléchissant à la décennie écoulée sous François, M. Parolin a déclaré : “Ces dix années ont été très intenses” et ont été marquées par divers efforts de réforme. La réforme de la curie, en particulier, “a demandé beaucoup de temps et d’énergie“.

Ces années ont été marquées par un grand travail, un grand travail d’expérimentation de ce désir de toucher de nombreux aspects de la vie de l’Église et de les rendre, comme il l’a dit depuis le début, plus transparents dans l’Évangile… de donner à l’Église et d’offrir à l’Église la capacité d’être écoutée et accueillie dans le monde d’aujourd’hui“, a-t-il déclaré.

Cet article a été publié originellement par Crux Now (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire