Des historiens découvrent une lettre japonaise du XVIIe siècle adressée au pape
in , , , ,

Des historiens découvrent une lettre japonaise du XVIIe siècle adressée au Pape

La lettre japonaise était une réponse à celle du Pape Paul V offrant des encouragements aux catholiques confrontés à la persécution au Japon.

Une équipe de recherche japonaise a découvert une lettre adressée par des catholiques japonais du XVIIe siècle au Pape Paul V, ce qui en fait le premier objet de ce type découvert en dehors du Vatican.

La découverte du parchemin à Florence, en Italie, fait partie d’un programme d’étude sur place intitulé « Vatican et Japon : The 100-Year Project« , organisé par la Fondation Kadokawa pour la promotion de la culture et parrainé par l’Asahi Shimbun et le Conseil pontifical de la culture du Vatican, a rapporté l’Asahi Shimbun le 21 novembre.

Le projet, soutenu par diverses entreprises japonaises, se concentre sur les relations diplomatiques entre le Vatican et le Japon qui « souhaite contribuer à faire progresser cette amitié au cours des 100 prochaines années.« 

Shinzo Kawamura, professeur d’histoire à l’université Sophia de Tokyo, et chercheur principal du projet, considère le parchemin découvert comme la lettre originale qui a été envoyée par les chrétiens japonais.

« Celui qui se trouve à Florence est très probablement la lettre originale« , a déclaré Kawamura, cité par l’Asahi Shimbun.

Il a également ajouté que « de multiples copies ont apparemment été faites dans le but de défendre la Compagnie de Jésus (Jésuites), à qui l’on reprochait alors de ne pas avoir empêché une interdiction religieuse, contre toute une série de critiques.« 

« Des notes similaires ont été livrées depuis cinq régions du Japon« .

Les lettres envoyées entre 1620-1621 sont des notes appréciatives en réponse à la lettre d’encouragement du Pape Paul V aux convertis catholiques japonais qui faisaient face à la persécution des autorités féodales au début de la période Edo (1603-1867).

Les chercheurs ont trouvé le parchemin avec le mot « premier » écrit en latin dans la bibliothèque d’un couvent dominicain qui appartient à une Église de Florence.

Deux autres parchemins portant les mots « deuxième » et « troisième« , envoyés de la région de Tohoku et découverts précédemment, sont désormais conservés à la Bibliothèque apostolique du Vatican.

L’équipe de recherche a également constaté que le contenu de la lettre était identique à celui des copies de deux réponses de la région de Tohoku conservées au Vatican.

Les lettres comprennent également le nom de Goto Juan (1578-1623), qui s’est converti au christianisme en tant que serviteur du célèbre seigneur de guerre Date Masamune (1567-1636), parmi d’autres personnes.

Selon les chercheurs, outre la région de Tohoku, des notes similaires ont été envoyées depuis cinq régions du Japon, dont l’actuelle préfecture de Nagasaki et les régions actuelles de Kinki.

Selon les archives de l’Église, le catholicisme est arrivé au Japon après que les explorateurs portugais ont établi une route maritime vers l’Asie en 1498. On pense que des missionnaires portugais ont introduit le catholicisme au Japon dans les années 1540.

Le missionnaire jésuite Saint-François Xavier et d’autres jésuites ont été parmi les premiers missionnaires catholiques à débarquer et à évangéliser au Japon.

« Un ordre a été émis pour expulser tous les missionnaires catholiques« .

Plusieurs seigneurs féodaux et leurs sujets se sont convertis au catholicisme et la foi a continué à prospérer à la fin du XVIe siècle avant de se heurter à l’hostilité extrême des dirigeants militaires du Japon.

Sous le règne du daimyo (seigneur féodal) Toyotomi Hideyoshi (1585-98), un ordre a été émis pour expulser tous les missionnaires catholiques et quelque 137 églises ont été détruites au cours de ce processus.

Il y a aussi eu une persécution en 1597 lorsque les seigneurs féodaux japonais ont exécuté 26 catholiques, dont six frères franciscains, par crucifixion à Nagasaki.

En 1865, l’Église a ouvert la basilique mineure des vingt-six saints martyrs du Japon pour honorer les sacrifices des chrétiens martyrs.

La persécution des chrétiens s’est intensifiée sous le règne du shogunat Tokugawa (1603-1868), entraînant des brutalités contre les chrétiens et la suppression du christianisme.

L’interdiction du christianisme a été levée en 1853, mais l’évangélisation était interdite.

À lire aussi | Un rabbin investi comme chevalier pontifical

En 1873, le gouvernement Meiji a finalement levé l’interdiction du prosélytisme en raison de la pression des nations occidentales.

En 2019, le Japon comptait 540 496 catholiques répartis dans 16 diocèses.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le UCA News (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire