Le pape déclare que la vaccination est une obligation morale

Le pape déclare que la vaccination est une obligation morale

Le pape François a suggéré lundi que de se faire vacciner contre le coronavirus était une "obligation morale" et a dénoncé la façon dont les gens avaient été influencés par des "informations sans fondement" pour refuser l'une des mesures les plus efficaces pour sauver des vies pendant la pandémie.

François a utilisé des mots forts pour appeler les gens à se faire vacciner dans un discours aux ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège, un événement annuel au cours duquel il définit les objectifs de politique étrangère du Vatican pour l'année.

François, 85 ans, s'est généralement abstenu de parler de la vaccination comme d'une "obligation morale", bien que ses conseillers du COVID-19 l'aient qualifiée de "responsabilité morale". François a plutôt qualifié la vaccination d'"acte d'amour" et a déclaré que refuser de se faire vacciner était "suicidaire".

Lundi, il est allé plus loin en déclarant que les individus avaient la responsabilité de prendre soin d'eux-mêmes "et cela se traduit par le respect de la santé de ceux qui nous entourent. Les soins de santé sont une obligation morale", a-t-il affirmé.

Il a déploré que, de plus en plus, les clivages idéologiques découragent les gens de se faire vacciner.

« Souvent, les gens se laissent influencer par l'idéologie du moment, souvent soutenue par des informations sans fondement ou des faits mal documentés », a-t-il dit, appelant à l'adoption d'une "thérapie de la réalité" pour corriger cette distorsion.

« Les vaccins ne sont pas un moyen magique de guérison, mais ils représentent sûrement, en plus des autres traitements à développer, la solution la plus raisonnable pour la prévention de la maladie », a-t-il ajouté.

Certains catholiques, dont certains évêques et cardinaux américains conservateurs, ont affirmé que les vaccins basés sur des recherches utilisant des cellules provenant de fœtus avortés étaient immoraux et ont refusé de se faire vacciner.

Le bureau de la doctrine du Vatican a toutefois déclaré qu'il était "moralement acceptable" pour les catholiques de recevoir des vaccins COVID-19 basés sur des recherches utilisant des cellules provenant de fœtus avortés. François et le pape émérite Benoît XVI ont été entièrement vaccinés avec des doses Pfizer-BioNTech.

François a réitéré son appel en faveur de l'accès universel aux vaccins, en particulier dans les régions du monde où les taux de vaccination sont faibles, et a demandé une révision des règles relatives aux brevets afin que les pays les plus pauvres puissent développer leurs propres vaccins.

« Il convient que des institutions telles que l'Organisation mondiale du commerce et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle adaptent leurs instruments juridiques afin que les règles monopolistiques ne constituent pas de nouveaux obstacles à la production et à un accès organisé et cohérent aux soins de santé au niveau mondial », a-t-il déclaré.

François a prononcé son discours devant un groupe de diplomates beaucoup plus restreint que d'habitude, et a évité la partie de l'audience que les ambassadeurs apprécient le plus : l'occasion de le saluer personnellement et d'échanger quelques mots. Les restrictions étaient clairement une réponse à l'augmentation exponentielle des cas de coronavirus en Italie.

Sur d'autres sujets, François a déploré la dévastation de la Syrie, appelant à des "réformes politiques et constitutionnelles" pour que le pays puisse "renaître", et a demandé instamment que toute sanction évite de cibler les civils. Il n'a pas désigné nommément la Russie, mais a appelé à des "solutions acceptables et durables" pour l'Ukraine et le Caucase du Sud, inspirées par "la confiance réciproque et la volonté d'engager une discussion sereine".

Il a également appelé à une communication plus ouverte pour éviter les guerres culturelles, sans mentionner nommément l'idéologie du genre ou d'autres sujets brûlants.

"(Certaines attitudes) ne laissent aucune place à la liberté d'expression et prennent aujourd'hui la forme d'une 'culture de l'annulation' qui envahit de nombreux milieux et institutions publiques. Sous couvert de défendre la diversité, elle finit par annuler tout sentiment d'identité, avec le risque de faire taire les positions », a-t-il averti.

À lire sur KSAT

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *