Le Père Frank Pavone, militant pro-vie renvoyé de la Prêtrise
in , , ,

Le Père Frank Pavone, militant pro-vie renvoyé de la Prêtrise

Le Père Frank Pavone, un célèbre militant pro-vie et directeur national de l’organisation Priests for Life, a été renvoyé de l’état clérical pour « communications blasphématoires sur les médias sociaux » et « désobéissance persistante aux instructions légitimes de son évêque diocésain », a appris CNA.

Dans une lettre du 13 décembre adressée aux Évêques américains, obtenue par CNA et confirmée par de multiples sources comme étant authentique, Mgr Christophe Pierre, Nonce Apostolique aux États-Unis, a écrit que le Préfet du Dicastère pour le Clergé a émis la décision le 9 novembre, ajoutant qu’il n’y avait « aucune possibilité d’appel« .

« Le Père Pavone a eu amplement l’occasion de se défendre dans la procédure canonique, et il a également eu de multiples occasions de se soumettre à l’autorité de son Évêque diocésain« , explique une déclaration séparée jointe à la lettre de Pierre. « Il a été déterminé que le Père Pavone n’avait aucune justification raisonnable pour ses actions« .

Pavone a toutefois déclaré samedi à CNA qu’il n’avait pas été informé du jugement du Vatican.

La communication de Pierre ne précise pas les actions qui ont conduit au renvoi du Père Pavone et ne nomme pas l’Évêque auquel il a désobéi.

La déclaration se réfère au Père Pavone comme « M. Pavone » et l’appelle « un laïc« , soulignant la nature dramatique et immédiate de l’action du Vatican.

« Étant donné que Priests for Life, Inc. n’est pas une organisation catholique, la poursuite du rôle de M. Pavone en tant que laïc dépend entièrement de la direction de cette organisation« , précise le communiqué.

M. Pavone continue de célébrer des messes, dont une diffusée en ligne samedi. Le site Internet de Prêtres Pro-Vie indique que le Prêtre Pavone « est un Prêtre catholique en règle, et exerce son ministère en pleine communion avec l’Église catholique« .

Dans un courriel adressé à CNA samedi, le Père Pavone a déclaré qu’il n’était pas au courant de l’action du Vatican.

« Comment CNA a-t-il pu être mis au courant de cette affaire avant moi ?«  Dans un courriel ultérieur, il a ajouté que l’enquête de CNA était « la toute première communication qui m’est parvenue à ce sujet« .

On ne sait pas exactement dans quel Diocèse le Père Pavone, 63 ans, est incardiné comme Prêtre. Sur le site Web de Priests for Life, il est indiqué qu’il a reçu l’autorisation du Vatican en 2019 de passer du Diocèse d’Amarillo, au Texas, où il a été incardiné en 2005, à un autre diocèse non nommé.

Le Père Pavone a animé l’émission « Defending Life » sur EWTN pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que l’Évêque d’Amarillo, au Texas, révoque la permission du Prêtre Pavone d’apparaître sur le réseau. EWTN est l’organisation mère de CNA.

Une histoire de heurts avec la hiérarchie

Basé à l’origine à Staten Island, New York, Prêtres Pro-Vie a maintenant son siège à Titusville, Floride, dans le Diocèse d’Orlando. Ce diocèse n’a pas non plus répondu à la demande de commentaires de l’ANC samedi.

M. Pavone est le directeur national de l’organisation pro-vie depuis 1993.

À ce titre, il a une longue histoire de conflits avec les Évêques, qui a commencé il y a plus de 20 ans avec feu le Cardinal Edward Egan de l’Archidiocèse de New York. Egan a succédé à feu le Cardinal John J. O’Connor, qui a ordonné Pavone en 1988 et encouragé son travail en faveur de la vie.

Dans son courriel, le Père Pavone a dirigé CNA vers un document posté sur son site web personnel intitulé « Résumé de la façon dont le Père Frank et Prêtres pour la Vie ont été traités par certains dans la hiérarchie« .

« Nous nous attendons tous à ce que les groupes pro-avortement, comme Planned Parenthood, nous ciblent, nous harcèlent et tentent de nous intimider. Et ils le font« , a-t-il écrit.

« Mais lorsque ce traitement provient d’Évêques et d’autres autorités de l’Église – ce qui est de plus en plus le cas – c’est particulièrement déplorable« , a-t-il ajouté.

« Au lieu de soutenir et d’encourager le travail pro-vie de l’Église, certains de ces hommes tentent d’y faire obstacle et de l’entraver, et abusent de leur autorité pour tenter d’intimider les prêtres et les laïcs qui font de la fin de l’avortement la priorité absolue de nos vies.« 

Le Père Pavone est en désaccord avec l’Évêque Patrick J. Zurek à Amarillo depuis que ce dernier y est devenu Évêque en 2008. En 2011, M. Zurek a publiquement suspendu M. Pavone, mais ce dernier a vu sa suspension annulée par le Vatican. Le Diocèse d’Amarillo n’a pas répondu aux demandes de commentaires de CNA avant la publication.

L’activisme politique de Pavone a joué un rôle dans ses problèmes à Amarillo.

Partisan déclaré de l’ancien président Donald Trump, Pavone a occupé des postes officiels de sensibilisation de la campagne Trump en 2016, et était à l’origine un coprésident de la coalition pro-vie 2020 de Trump, ainsi qu’un membre du conseil consultatif de Catholics for Trump. Le droit canonique interdit aux clercs d’avoir un rôle actif dans les partis politiques, sauf s’ils reçoivent l’autorisation de leur Évêque.

En novembre 2016, le Père Frank Pavone a filmé une vidéo au siège de Priests for Life, exhortant à soutenir Trump. La vidéo était mise en scène avec le corps d’un bébé avorté déposé devant le Père Pavone sur ce qui semblait être un autel.

Zurek a déclaré peu après la diffusion de la vidéo qu’il allait ouvrir une enquête sur l’incident, le qualifiant de « contre la dignité de la vie humaine » et de « profanation de l’autel« , ajoutant que « l’action et la présentation du Père Pavone dans cette vidéo ne sont pas conformes aux croyances de l’Église catholique. »

Sur son site web, le Père Pavone détaille sa version de ce qui s’est passé dans la vidéo. Il a également publié une transcription de ce qu’il a dit dans la vidéo.

« La plupart des critiques portaient sur le fait que j’avais placé le bébé sur un « autel » et certains ont commencé à se plaindre techniquement de ce qu’il fallait ou ne fallait pas faire avec un autel. Mais dans la mesure où ils veulent devenir techniques, je le peux aussi, et j’ai souligné qu’il s’agissait d’une table dans notre bureau, et non d’un autel consacré dans une chapelle« , a-t-il écrit.

« Cette table, parfois utilisée pour la messe, était également l’endroit où toutes mes vidéos de cette série éducative d’émissions sur les élections ont été réalisées« , poursuit-il.

« Rétrospectivement, j’aurais dû réaliser la vidéo du bébé dans un endroit différent afin d’éviter toute confusion au départ.« 

Le Père Pavone a écrit dans son récit que les restes du bébé lui ont été remis afin qu’il procède à un enterrement correct, ce qu’il a dit avoir fait après avoir réalisé la vidéo.

Le Prêtre Pavone a démissionné de ses deux postes au sein de la campagne de réélection de Trump en 2020 à la demande de ce qu’il a appelé « l’autorité ecclésiastique compétente. » Mais il a continué à utiliser ses plateformes de médias sociaux pour défendre Trump et dénoncer le Parti démocrate.

Ces posts ont conduit à une autre confrontation avec Zurek peu avant l’élection de 2020.

Dans des tweets qui ont été supprimés par la suite, Pavone aurait traité le candidat démocrate à la présidence de l’époque, Joe Biden, de « loser » et a déclaré que le parti démocrate était « haineux de Dieu » et « haineux de l’Amérique » et que les partisans de Biden « ne peuvent pas dire une chose pour soutenir leur candidat loser sans utiliser le mot Trump« .

« Que diable avez-vous à dire pour vous-mêmes, losers ? » a demandé le Père Pavone.

À lire aussi | La junte du Myanmar réduit en cendres un village catholique

Le Prêtre Pavone aurait également tweeté qu’il entendrait la confession d’un catholique qui vote démocrate, « mais nous sommes formés qu’en l’absence de repentir, l’absolution doit être refusée.« 

En réponse, le Diocèse d’Amarillo a publié une déclaration désavouant les commentaires de Pavone, disant qu’il a utilisé « des mots scandaleux qui ne conviennent pas à un prêtre catholique« .

« Ces affichages ne sont pas conformes aux enseignements de l’Église catholique« , a déclaré le diocèse dans sa déclaration. « Veuillez ne pas en tenir compte et prier pour le père Pavone« .

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic News Agency (Lien de l’article).

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire