L'huile du bon samaritain soi-disant révélé par la Vierge Marie
in , , , ,

L’huile du bon samaritain soi-disant révélé par la Vierge Marie

L'huile du bon samaritain soi-disant révélé par la Vierge Marie

L’huile du bon samaritain est un remède naturel révélé par la Vierge Marie à Luz de maria de Bonilla, pour se protéger de la contagion des maladies respiratoires, des pandémies, dont le COVID.

Qui est Luz de maria ?

Ceci est tiré du site officiel de la « voyante », impossible donc de vérifier les dires de nous même.

La vie de Luz de María a été guidée par Dieu depuis sa naissance dans un petit pays d’Amérique centrale: Le Costa Rica. Elle vit actuellement en Argentine.

Elle est issue d’une famille de grandes traditions chrétiennes, dans laquelle elle a grandi aux cotés de ses frères dans une atmosphère de spiritualité, l’Eucharistie étant le centre de sa vie. Elle passa sa jeunesse sous le regard de ses bien-aimés Anges Protecteurs et de la Sainte Mère qui furent ses compagnons et confidents. Depuis lors, elle fut témoin de manifestations célestes, prédisant ainsi ce qui se concrétisera progressivement des années plus tard.

Pendant les fêtes de Pâques 1990, eut lieu la rencontre définitive avec la Très Sainte Mère de Dieu, qui lui annonça la guérison physique d’une maladie dont elle souffrait et l’accueillit de façon spéciale afin de la préparer à rencontrer Son Fils Divin, commençant ainsi un long chemin durant lequel sa mission céleste s’éclaircira petit à petit.

À lire aussi | Extension de la limite légale de l’avortement de 12 à 14 semaines

Lorsque l’Ordre Divin lui fut donné de se faire connaître et sous l’inspiration de l’Esprit Saint, elle commença à visiter divers pays, spécialement de l’Amérique Latine, accordant des interviews radio et des conférences ouvertes au public. De là, des frères désireux de mettre en pratique les enseignements de la Parole Divine sont arrivés de partout, créant des cénacles de prière et de pratique de l’Évangile, se maintenant dans une lutte constante afin d’atteindre une vie dans l’accomplissement de la Volonté de Dieu et l’amour du prochain.

Les deux messages sur l’huile du bon samaritain

Message de la Sainte Vierge Marie dans une vision donnée à Luz de María le 3 juin 2016 :
« Soudain, notre Mère lève Son autre Main et alors apparaissent des créatures humaines malades de grandes pestes. Je vois une personne saine qui s’approche d’une autre qui est malade et elle est immédiatement contaminée…
Je demande à notre Mère :
– comment pouvons-nous aider ces frères ?
Et Elle me répond : UTILISEZ L’HUILE DU BON SAMARITAIN, JE VOUS AI DONNE LES INGRÉDIENTS NÉCESSAIRES ET APPROPRIÉS. Notre Mère m’a dit que de véritables pestes allaient arriver.
»

Voici un extrait d’un autre message plus récent. Message de la Très Sainte Vierge Marie à sa fille bien-aimée, Luz de Maria le 28 janvier 2020 :
« Enfants bien-aimés de Mon Cœur Immaculé, je vous porte tous dans mon Coeur Maternel. De grands fléaux, des épidémies générées par des virus inconnus avancent sur l’humanité. Utilisez l’huile du Bon Samaritain comme protection dans le cas où une maladie très contagieuse se trouve où vous vivez : une pointe d’épingle sur le lobe des oreilles suffira. Mais si l’épidémie gagne en intensité, appliquez l’huile sur les deux côtés du cou et sur les poignets des deux mains. N’ayez pas peur, mes enfants, je vous couvre de mon manteau ! Je vous bénis. »

La « voyante », aurait donc reçu ces messages de Notre-Dame le 3 juin 2016 et le 28 janvier 2020, qui donnait des instructions sur l’utilisation d’un mélange d’huiles essentielles qu’elle appelait l’huile du Bon Samaritain, à utiliser comme une mesure préventive contre les épidémies infectieuses. Elle a dit que la vision recommandait également aux gens d’ingérer une gousse d’ail crue tous les matins ou d’utiliser de l’huile d’origan parce qu’ils « sont d’excellents antibiotiques« .

Que contient cette huile ?

Dans un flacon en verre, ambré de préférence, mélanger ces cinq huiles essentielles bio (H.E.) pures avec une huile de base :
• H.E. Cannelle de Ceylan = 15 gouttes
• H.E. Clou de girofle = 30 gouttes
• H.E. Citron = 30 gouttes
• H.E. Romarin officinal = 30 gouttes
• H.E. Eucalyptus radiata = 30 gouttes
• Et ajouter : 25 millilitres d’huile grasse de base au choix (olive, amande, minérale ou autre).

Et c’est un business bien juteux pour certains, 13 € FDP compris pour 30 ML :

De la sorcellerie dites-vous ?

Connaissez-vous l’huile du voleur ?

Ce mélange d’huiles essentielles a un passé unique. Selon l’histoire, au plus fort de la peste bubonique qui balayait l’Europe et l’Asie, quatre voleurs marseillais sont devenus célèbres pour avoir volé les biens des morts infectés – mais n’ont jamais attrapé la peste eux-mêmes.

Les gens étaient stupéfaits que ces voleurs aient pu toucher les corps et rester en bonne santé, car la peste était très contagieuse. La nouvelle a commencé à se répandre au sujet de cette concoction spéciale qui pouvait être trempée dans une serviette et enroulée sur le nez pour empêcher la « peste » de les contaminer.

La recette de l’huile du voleur utilise les mêmes ingrédients que celle du « bon samaritain« .

  • Clou de girofle
  • Écorce de cannelle
  • Eucalyptus
  • Romarin
  • Citron (parfois utilisé)

Un hasard ? J’y vois là une singerie de Satan pour ma part.

Ces huiles sont utilisées également depuis des siècles dans la sorcellerie pour la « protection » des corps et sont vantées par les distributeurs d’huiles essentielles prétendant qu’elles améliorent le système immunitaire et protègent les gens contre des infections telles que la grippe et les virus.

Une petite contradiction

Certaines de ces prédictions semblent se contredire. À un moment donné, elle dit ceci :

16/01/2019 :
« Notre Seigneur Jésus-Christ : Le champ magnétique terrestre est entré dans un processus d’altération définitive et l’effet protecteur sur la Terre s’est donc affaibli, exposant l’humanité à une perte d’avancées scientifiques et à une régression technologique sans précédent. »

Plus tôt pourtant, elle parle d’une puce qui annulera les pensées des hommes :

07/07/2017 :
« Par la puce électronique, la pensée de l’homme sera annulée. »

Si donc une « régression technologique sans précédent » est à venir, comment le gouvernement est-il censé nous contrôler à l’aide de puces électroniques de pointe, comme on n’en a jamais vu auparavant ?

Que dit l’Église ?

Même si l’Église n’a rendu aucune décision quant à la nature surnaturelle des révélations, les messages sont devenus viraux sur Internet, de nombreux catholiques faisant la promotion des huiles comme étant une méthode « approuvée par l’Église » pour se protéger contre le coronavirus.

Aussi convaincantes que cela puisse paraître, ces révélations font sourciller, car elles semblent contredire l’enseignement de l’Église contenu dans les Directives éthiques et religieuses pour les services de santé. Basées sur la lettre encyclique du pape Jean-Paul II sur la valeur et l’inviolabilité de la vie humaine ( Evangelium Vitae ), les Directives stipulent : « Une personne a l’obligation morale d’utiliser des moyens ordinaires ou proportionnés pour préserver sa vie« . Cela est particulièrement vrai dans le cas de maladies potentiellement mortelles ou transmissibles.

Comme Kevin Rickert, Ph.D., professeur agrégé de philosophie à l’Université St. Mary’s du Minnesota, nous l’a dit, « le nœud de ce problème est la distinction entre les soins ordinaires et extraordinaires » et explique ces distinctions en ce qui concerne les alternatives dans son article , « Médecine alternative et devoir d’employer des moyens ordinaires. »

Les moyens ordinaires sont les traitements qui sont généralement considérés comme ordinaires pour la préservation de la vie humaine, tels que la nourriture, un abri, la prévention de tout danger corporel inutile et le recours à des interventions médicales acceptées en cas de besoin.

La médecine alternative, comme les huiles essentielles, est généralement définie comme des traitements qui n’ont pas été testés scientifiquement ou qui n’ont pas satisfait aux normes de ce qui serait considéré comme des interventions médicales acceptées. C’est pourquoi la prétendue recommandation de Notre-Dame d’utiliser des huiles essentielles pour prévenir la contagion est suspecte.

Les recherches en cours sur l’utilisation des huiles essentielles pour les soins de santé ont révélé que certains produits étaient utiles pour le bien-être général, mais même les initiés de l’industrie admettent qu’il n’y a aucune preuve scientifique pour étayer leur utilisation de la manière que Notre-Dame l’aurait prescrite.

Si tel est le cas, pourquoi Notre-Dame nous demanderait-elle d’utiliser quelque chose qui n’est ni scientifiquement prouvé ni conforme à la politique de santé publique locale pour nous protéger lors d’une grave urgence de santé publique ? Pourquoi donnerait-elle des messages qui n’incluent pas au moins une recommandation d’obéir à la politique de santé locale ou de demander un avis médical judicieux ?

Des experts tels que Michael O’Neill, auteur de ‘ Virgin, Mother, Queen ‘ et créateur de MiracleHunter.com , doutent que Notre-Dame ait donné ces instructions.

« Alors que Sainte Bernadette a été dirigée vers les eaux de Lourdes par Notre-Dame, Marie ne recommande généralement pas de remèdes naturels ni ne bafoue les conseils médicaux », a déclaré O’Neill. « Cela semble être une demande non standard de Marie lors d’une apparition et jette donc des doutes sur la validité de ces apparitions.« 

L’imprimatur alors ?

L’ajout de crédibilité aux prétendus messages est un imprimatur donné par un évêque nommé Mgr. Juan Abelardo Mata Guavara, évêque d’Esteli, au Nicaragua, qui a approuvé les messages reçus par cette voyante de 2009 à 2017. Rien n’indique que Mgr. Mata – ou toute autre autorité de l’Église – a approuvé le message de 2020 recommandant ces alternatives à utiliser contre le COVID-19.

O’Neill explique qu’un imprimatur ne signifie pas qu’un événement surnaturel s’est produit. Il déclare simplement que les messages sont exempts d’erreur doctrinale. Une telle déclaration est généralement donnée par l’ordinaire d’un lieu où se déroule une prétendue apparition mariale. Étant donné que Luz de Maria, née au Costa Rica, vit actuellement en Argentine, on ne sait pas pourquoi un imprimatur a été donné par un évêque du Nicaragua. Des tentatives pour obtenir des éclaircissements auprès de l’évêque Mata et des autorités ecclésiastiques argentines sont en cours.

Fraternellement inspiré et traduit depuis NCR

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire