in , , , , ,

La religieuse Elizabeth Barton tuée pour sa prophétie

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La religieuse Elizabeth Barton tuée pour sa prophétie
La religieuse Elizabeth Barton tuée pour sa prophétie

La religieuse Elizabeth Barton, née vers 1506 dans le Kent en Angleterre, est connue comme la « Nonne du Kent », et la « jeune fille sainte de Londres », ou encore la « sainte du Kent », fut une religieuse anglaise.

À Pâques 1525, à l’âge de 19 ans, elle souffrit d’une grave maladie et affirma avoir reçu des visions divines prédisant la nécessité de plaider pour que les gens restent dans l’Église, nous nous situons au XVIe siècle, soit 9 ans avant le schisme de l’Église d’Angleterre qui deviendra la fausse religion anglicane avec à sa tête Henri VIII.

De nombreux Anglais croient dur comme fer aux prophéties de la jeune Elizabeth Barton et répondent positivement à ses demandes de prier toujours et toujours la Sainte Vierge Marie ainsi que de faire des pèlerinages dans le pays anglais. Peu à peu, elle devient une bénédictine de l’ordre de Saint-Benoît fondé en 530 et après quelques années, reçoit la grâce des visions et des révélations.

Vers 1527, Henri VIII est persuadé qu’en épousant Catherine, l’épouse de son frère, il a violé la loi divine (Lévitique 20,21) et que même une dispense papale ne pouvait rendre cette union valide. En réalité, un autre extrait de la Bible, dans le Deutéronome, autorise le frère du défunt, qui n’a pas eu de progéniture, à épouser sa belle-sœur, le lévirat. Sa femme, Catherine d’Aragon, est invitée à se retirer discrètement dans un couvent, mais elle refuse en déclarant qu’elle est la « seule et véritable épouse du Roi. »

Henri VIII dépêche donc des émissaires auprès du Saint-Siège pour demander l’annulation du mariage, mais le Pape refuse, car il ne veut pas désavouer son prédécesseur et irriter Charles Quint, le neveu de Catherine, dont les troupes se trouvent à proximité du Vatican et ont pillé Rome en mai 1527.

En 1528, la jeune religieuse Elizabeth Barton rencontre pour la première fois Henri VIII et entretint une relation cordiale avec le Roi, qui était satisfait de ses prophéties contre l’hérésie et la rébellion.

Cependant, lorsque Henri VIII entame le processus d’annulation de son mariage avec Catherine d’Aragon, elle commence à prophétiser que si Henri VIII se remarie, il mourra en quelques mois et qu’elle a même vu le lieu en enfer où il ira.

Après cette prophétie, en 1529, la voyante est arrêtée sur ordre de la Couronne et forcée d’avouer qu’elle a inventé la prophétie contre le Roi concernant son remariage. Elle est déclarée coupable de trahison et elle est pendue le 20 avril 1534 à l’âge de 28 ans, sa tête est mise au bout d’une pique sur le London Bridge et son corps est enterré au monastère des Greyfriars à Londres.

En 1533, Thomas Cranmer, qui fut l’un des principaux artisans de la Réforme anglaise, préside un tribunal spécial annulant le mariage d’Henri VIII et de Catherine et, cinq jours plus tard, officialisa le nouveau mariage d’Henri VIII et d’Anne Boleyn.

Suite à ça, le Roi décide de convoquer un Parlement à l’automne 1534. En novembre, celui-ci vote l’Acte de Suprématie, par lequel le souverain est reconnu comme étant à la tête de son Église : 

« Bien que le roi soit, à juste titre, et comme il se doit, le chef suprême de l’Église d’Angleterre, et que cela soit admis par les assemblées du clergé de ce royaume, cependant, pour le confirmer et l’établir, […] il est déclaré par l’autorité du présent Parlement que le roi, ses héritiers et successeurs, qui seront à leur tour rois de ce royaume, doivent être pleinement considérés par tous comme chefs suprêmes en ce monde de l’Église d’Angleterre, appelée Anglicana ecclesia. »

À lire aussi | Mercredi Rouge : La situation des chrétiens se détériore

Les sujets anglais, désormais soustraits à l’autorité du Pape, sont donc soumis aux décisions de leur monarque aussi bien en matière spirituelle que temporelle. Le schisme est consommé : l’Église d’Angleterre s’émancipe de l’Église de Dieu à Rome.

Concernant la prophétie de la jeune bénédictine, le Roi n’est pas mort quelques mois après son remariage, mais il a survécu quinze ans encore, quant à sa place en enfer, seul Dieu le sait.

Aujourd’hui, l’Église de Saint-Augustin de Canterbury, dans le Kent, continue de vénérer Elizabeth Barton.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Mercredi Rouge : La situation des chrétiens se détériore

Mercredi Rouge : La situation des chrétiens se détériore

La Russie envisage de créer une société militaire orthodoxe

La Russie envisage de créer une société militaire orthodoxe